Nous suivre sur

Articles

Alerte au Celta Vigo

Dix-huitième de Liga, le Celta Vigo ne vit pas la fin de saison la plus tranquille de son histoire. À quatre longueurs de Villarreal, il ne sera pas simple de sortir de la zone rouge d’autant que l’équipe galicienne souffre d’un sérieux manque de confiance. Pour preuve, 25% des buts encaissés par le Celta sont survenus lors du dernier quart d’heure de jeu. Les hommes de Fran Escribá (auparavant ceux de Miguel Cardoso) ont un mal fou à tenir un score et enchaînent les désillusions, ce qui ne rend pas les choses faciles pour sortir la tête de l’eau.

 

Pourtant, le Celta compte des joueurs de grand talent (Boufal, Sisto, Brais Méndez, Mor, Lobotka ou Hjulsager) doués d’une technique propice au championnat espagnol. En phase de récupération basse, l’arrière-garde et le tandem Lobotka-Yokuslu font preuve d’un sang-froid remarquable pour sortir le ballon proprement. En phase offensive, l’imprévisibilité de Sofiane Boufal lui permet d’endosser le rôle de dynamiseur en attaque. Grâce à ses appuis, le Franco-Marocain affole les défenses adverses et sa vitesse balle au pied favorise la création d’espaces. Ainsi, Miguel Cardoso privilégie un jeu léché mais la formation utilisée change sans arrêt. Le technicien essaye le 3-4-3 puis le 4-4-2 en passant par le 3-5-2. Jamais il ne semble déceler la solution miracle.

 

En manque de repères, Vigo coince offensivement. Seul trois hommes ont inscrit 24 des 35 buts marqués cette saison : Brais Méndez (5), Maxi Gómez (9) et Iago Aspas (10).

 

Au grand dam des Bleus ciel, le meilleur buteur est blessé au mollet depuis fin décembre. L’Espagnol a pu jouer l’espace de deux semaines avant de rechuter. Sans le fer de lance de leur attaque, les Célticos ont traversé une période creuse. Depuis sa blessure à Barcelone, le Celta n’a glané qu’une maigre victoire à Séville (1-0) sur un total de 13 matchs. La défaite à Eibar (1-0) a poussé le club à se séparer de Miguel Cardoso pour le remplacer par Fran Escribá.

L’ancien entraîneur de Villarreal semble privilégier un schéma classique, le 4-2-3-1. La première période réalisée au Santiago Bernabéu peut lui donner des idées. Même si le score ne leur est pas favorable (défaite 2-0), la prestation d’ensemble est encourageante. Les Galiciens sont parvenus à tenir la dragée haute aux Madrilènes pendant une heure de jeu et auraient pu ouvrir le score à plusieurs reprises s’ils s’étaient montrés plus adroits devant le but. Le retour d’Iago Aspas après la trêve internationale promet une amélioration du secteur offensif.

 

À dix matchs de la fin du championnat, le Celta a encore son destin entre les mains. La rencontre contre Villarreal, ce samedi, sera déterminante pour l’avenir du club. Le rétablissement d’Aspas est de toute évidence une bonne nouvelle pour ses coéquipiers et pourrait engendrer une nouvelle source de motivation au sein de l’équipe. Il faudra cependant espérer des faux pas adverses car Vigo ira défier l’Atlético avant de recevoir Barcelone à l’Abanca-Balaídos.

 

Yacine Bouland

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Articles