Nous suivre sur

Sport Mécanique

La Formule 1 et les femmes !

Aujourd’hui la F1 est un sport dans lequel les femmes ne sont pas représentées, ou du moins trop peu. Mais les choses sont sur le point de changer.

En effet, seules deux femmes ont déjà participé à un Grand Prix. Maria Teresa de Filippis et Lella Lombardi. Mais aucune d’elles n’a été engagée par la suite, en tant que titulaire.

Toutefois nous observons quelques avancées chez certaines écuries. Avec le rôle de pilote d’essai de Tatiana Calderón chez Alfa Romeo, ou encore avec la présence de Jamie Chadwick, championne W Series en titre, dans le programme de jeunes pilotes Williams.

C’est maintenant autour de Ferrari. Et pour cause la Ferrari Driver Academy a déjà vu passer 20 pilotes depuis sa création en 2009, mais aucune femme. Le directeur de la Scuderia, Mattia Binotto veut changer ça en 2020.

“La Driver Academy est un investissement important pour nous. Charles [Leclerc] en est le meilleur exemple. Nous devons trouver la nouvelle génération de talents pour Ferrari”, déclare Binotto. “L’académie recherche également des femmes pour l’avenir. Les femmes devraient faire partie de la Ferrari Driver Academy. C’est quelque chose sur quoi nous travaillons actuellement pour en faire une réalité très bientôt.”

“J’espérerais évidemment que ce pilote vienne de W Series”, précise Catherine Bond Muir, PDG de ce championnat de niveau F3 réservé aux femmes. “Je sais que Ferrari s’est fait critiquer sur les réseaux sociaux [pour avoir exprimé le souhait de recruter une femme, ndlr], mais nous devons tous nous rappeler qu’il y a un an, il n’y avait pas beaucoup de femmes impliquées en sport auto à un haut niveau. Si l’on regarde le temps que vous passiez à parler des femmes en sport auto, c’était largement moindre qu’aujourd’hui. Je pense que c’est ce qu’il faut applaudir.”

En ce qui concerne le championnat de monoplace féminin, la W Series se lance dans une seconde édition en 2020. La première saison avait été dominée par Jamie Chadwick, mais Beitske Visser, Alice Powell, Marta García et Emma Kimiläinen avaient aussi marqué de leur empreinte la saison 2019. Cette seconde année va connaitre une première évolution, avec la possible obtention de points Super Licence, accordés à celles qui remportera le championnat (15 points pour la championne).

 

John Rocher

 

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Sport Mécanique