Nous suivre sur

Basketball

Basket/NBA – Ball vs Edwards : Nouvelle Rivalité

Après Luka Doncic et Trae Young, Zion Williamson et Ja Morant, il semble qu’une nouvelle rivalité soit prête à exploser : Lamelo Ball et Anthony Edwards.

Les 2 meilleurs rookies de la saison 2020-2021 sont déjà considérés comme le futur de leurs franchises respectives. On ne peut qu’apprécier la course au Rookie de l’année qu’ils ont animé tout au long de la saison.

Dans des contextes et des temporalités différentes, ils ont su à seulement 19 ans (20 ans en août 2021) démontrer l’étendue de leurs talents à toute la ligue. À la suite de la Draft et à cette bataille pour le titre de meilleur Rookie de l’année, de nombreuses connexions se sont faites entre ces deux joueurs et une rivalité est née. Ensemble, retraçons leurs premières saisons et évoquons leurs aspirations futures.

Lors du processus de la Draft 2020, s’est produit un phénomène inattendu. Malgré un manque de consensus autour du choix n°1, Edwards était vu comme le meilleur prospect de la draft. Pourtant c’est le prénom du jeune Ball qui ressortait le plus lors de cette soirée. Assurément cela était dû au tapage médiatique que le père Lavar Ball a su brillamment réaliser.

On ne peut que se douter de l’agacement du Georgien, qui fut l’un des premiers choix de draft les moins médiatisés des dernières années. Le combo draft plutôt faible et choix de Minnesota ne faisait pas vraiment le bonheur des médias américains. C’est ainsi qu’Anthony Edwards débarque chez les Minnesota Timberwolves et que Lamelo Ball atterrit aux Charlotte Hornets.

C’est dans un contexte de COVID, avec une saison précédente tronquée, que les deux jeunes sont lancés dans le grand bain et directement qui plus est. Pas de case Summer League pour les rookies, c’est-à-dire pas d’adaptation à la vitesse et au jeu physique NBA.

Pourtant, malgré peu de préparation, le rookie des Hornets fait forte impression avec le trophée de Rookie du mois sur les 3 premiers mois de la compétition. Lamelo propose un jeu flashy. Bordé de culot, le jeune s’éclate dans la franchise de Michael Jordan. Les Hornets mettent tout en place pour que Ball s’exprime à fond sur le terrain et c’est une réussite. Charlotte est fun à regarder jouer et est plutôt bien partie dans la course aux playoffs. Il bat même le record du plus jeune joueur à avoir réalisé un Triple double en NBA.

Le 22 mars, c’est une blessure au poignet droit qui frappe Lamelo. Charlotte annonce une fin de saison pour lui et ainsi, les chances de remporter le titre de Rookie de l’année s’envolent.

De son côté, Anthony Edwards galère à trouver ses marques dans une franchise en désordre. Il est inconstant et son équipe est bonne dernière de la NBA. Le rookie est toute de même auteur de quelques matchs de haut niveau. Mais un manque de régularité au tir et quelques difficultés à s’acclimater au jeu NBA le freinent dans sa réussite.

Mais à partir de fin février, Edwards joue de plus en plus de minutes et à de plus en plus de responsabilités en attaque. Quelques dunks monstrueux plus tard, Ant-Man de son surnom, devient la pièce maîtresse de Minnesota. Lors de cette période, Minnesota gagne deux fois plus de matchs qu’en début de saison et Edwards tourne à plus de 23 points par match avec deux performances à 42 points. Avec cette évolution, Anthony est clairement le candidat n°1 pour la succession de Ja Morant au Rookie de l’année.

Mais c’est sans compter la force de caractère de Lamelo. Lui qui était annoncé out pour la fin de saison, revient sur les parquets NBA dès début mai. Il revient et ce n’est pas pour faire de la figuration, cette passe lunaire dès son retour face à Détroit le prouve. Lamelo revient juste assez tôt dans la compétition pour comptabiliser le bon nombre de matchs pour peut-être recevoir le trophée. Récompense qu’il reçoit à la fin de cette saison laissant à son rival la 2e marche du podium.

Lamelo Ball est le ROY de la saison 2020-2021. Melo 1 – 0 Ant-Man

Anthony et Lamelo sont désormais des sophomores (2e année), souvent une année synonyme de forte progression chez les jeunes en NBA. Sont-ils capables de faire mieux que l’an dernier ? C’est une certitude. Quelles sont leurs limites ? Ça c’est bien plus flou…

Lamelo écopera certainement de la mène titulaire cette saison. Souvent critiqué pour sa défense en pré-draft, Ball a su montrer par séquence qu’il était plus que capable. Son envergure et son QI basket l’aident plutôt bien à la tâche. En attaque il aura encore plus de responsabilités en création pour les autres, mais surtout pour lui. Le meneur doit devenir une plus grosse menace offensive pour créer encore plus d’espace autour de lui.

Dans un développement propice, Ball devrait réaliser des moyennes d’environ 19 points et 9 passes par matchs, le meneur en est capable. S’il atteint ces stats et que Charlotte est dans la course aux playoffs, pourquoi pas viser une 1ère étoile d’All Star pour Lamelo. Alors, s’est sûrement un peu trop tôt mais, cela prouve bien le potentiel immense du plus jeune des trois frères.

Autour de lui, Mitch Kupchak a ajouté des jeunes joueurs pour étoffer un effectif qui avait bien besoin de sang neuf sur certains postes. Le projet est stable, mais le groupe n’est pas encore assez fort pour concurrencer les grands de l’Est. Charlotte n’a pas besoin de gagner sur-le-champ. Le contexte est parfait pour que Melo s’exprime sans avoir un poids énorme sur les épaules.

Edwards quant à lui est dans une situation différente. La franchise du Minnesota n’est pas la plus stable actuellement et pourrait s’effondrer si les résultats ne sont pas au rendez-vous. Karl Anthony-Towns, leur tout meilleur joueur pourrait exprimer son mal-être et demander à partir.

Dans ce cas, Ant-Man sera la nouvelle tête de gondole des Wolves. Dans la théorie, il sera certainement surexploité en attaque est affichera de moyenne de points titanesque. Mais tout cela dans une équipe qui joue le fond du classement et où l’objectif n°1 sera la draft.

Dans le cas où Minnesota ne décevrait pas sportivement, il jouera le rôle de 2e scoreur derrière Towns. Le développement idéal d’Anthony Edwards serait de garder ses moyennes de fin de saison en augmentant ses pourcentages aux tirs. Le plus important sera de travailler sa régularité. Il s’épanouira dans une équipe des Wolves séduisante et combative pour accéder au Play-in.

Les deux scénarios sont tous deux probables et peut-être que le changement du coach sera la réponse à cette question. Depuis l’arrivée de Finch sur le banc, les loups semblent avoir relevé la tête. Espérons que KAT reprendra des couleurs car il a désormais une vraie star à ses côtés.

Voici le résumé de la première saison d’une rivalité qui a commencé comme beaucoup d’autres le soir de la Draft. Il reste plus d’une décennie à parcourir, mais peut-être qu’un jour cette rivalité se terminera au Hall of Fame. Melo et Ant-Man ont du talent plein les mains et risquent d’éclabousser la ligue avec pendant quelques saisons, à nous d’en profiter !

Noé Ibouzitene

A lire aussi :

Les 3 joueurs qui doivent refaire leurs preuves cette saison

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Basketball