Nous suivre sur

Basketball

Basket – Après un match offensif, Le Mans se sort du piège Parisien

Après avoir ouvert son compteur victoire sur le parquet de Cholet la semaine passée (83-85), les Parisiens souhaitaient enchaîner à domicile. Face à une équipe du Mans, au bilan équilibré, mais qui restait sur une défaite face à Pau, tout était possible.

Mais les visiteurs vont d’entrée faire le break. Grâce à une bonne défense mais aussi une adresse incroyable, ils prennent vite les devants.  Les banderilles longue distance de Scott Bamforth, par deux fois, permettent à son équipe de prendre rapidement 12 points d’avance (5-17 après 4 min de jeu). Ils iront même jusqu’à +13 sur un nouveau 3 points de Tarpey (7-20). Les Manceaux récitent leur basket (4/4 à 3 points à ce moment-là du match).


Jean-Christophe Prat doit alors prendre un temps-mort, il sent que son équipe prend l’eau. Ce temps-mort fait du bien aux Parisiens, et leur permet d’inverser la dynamique. Grâce à 5 points consécutifs de Kyle O’quinn, puis en continuant à être agressifs, ils reviennent à -7 (15-22) après 7 min de jeu. 

Réponse immédiate des Manceaux par un 3 points, encore un, de Matthieu Gauzin puis par un floater de Scott Bamforth. Ils reprennent alors le large, +12.  Le MSB conclut ce QT1 avec 11 points d’avance, 19-30. On ne présente plus ces qualités de sniper, mais Scott Bamforth a clairement artillé dans ces 10 premières minutes en inscrivant 12 points à 72% de réussite. 

Dans ce début de QT2, les Parisiens n’arrivent pas à réduire l’écart. Ils sont en difficulté offensivement. Ils compensent donc leur maladresse par leur envie puisqu’ils sont déjà à 9 prises au rebond offensif après 12 minutes de jeu. Ils profitent de ces rebonds pour marquer des paniers faciles.  Mais Le Mans est efficace et laisse les locaux à distance (+13 après 13 minutes de jeu).

On connaît la philosophie de Paris cette année, ne rien lâcher. Elle leur permet notamment de faire deux rapprochés, un à -8 ; un à -9. Mais chaque assaut est tout de suite annihilé par les Manceaux qui reprennent leurs distances (34-46 alors qu’il reste 3 minutes à jouer). 

Mais la troisième tentative est la bonne. Avec un premier 3 points puis un deuxième avec la faute inscrits par Ryan Boatright, Paris revient à 2 points à la mi-temps, 48-50. 
Les locaux auront réussi à inscrire 11 points dans la dernière minute 30 de ce QT2 pour revenir à hauteur des visiteurs, bien moins efficaces que dans le QT1. Alors qu’ils ont mené assez largement pendant 15 minutes, ils ont semblé en contrôle dans ces dernières minutes et auront donc vu leur avance fondre comme neige au soleil. Tout leur reste donc à refaire dans cette deuxième mi-temps pour l’emporter.

Les Parisiens continuent à avoir les crocs après leur bonne fin de première mi-temps. Ils reviennent à égalité d’entrée de ce QT3 sur un panier à 2 points de Dustin Sleva. Cette égalisation entraîne une belle série offensive où les attaques vont se rendre panier pour panier. Après 2 min de jeu, le score est de 55 partout. 

Alors que les Parisiens ont pris leur plus gros avantage du match, +3 (58-55) sur un 3 points de Sleava, ils vont alors subir la foudre des visiteurs. 
Les manceaux vont en effet passer un 3-15 pour reprendre 9 points d’avance, obligeant Jean-Christophe Prat au temps-mort (61-70). Dans ce QT3 rythmé et plaisant, qui va se finir plus tranquillement, les Manceaux s’assurent un nouveau petit matelas confortable. Plus 8 après 30 minutes de jeu, 64-72. 

D’entrée dans ce QT4, les visiteurs reprennent leurs 10 points d’avance ou plus et obligent une nouvelle fois le coach Parisien à prendre un temps-mort (69-81 reste 7’35). Mais n’oublions pas, les Parisiens n’abdiquent et n’abdiqueront pas. Par 2 fléchettes consécutives à 3 points de Gauthier Denis, ils reviennent à 4 points. (79-83 à 5’10 de la fin).

Malheureusement, le match semblait promis aux visiteurs. Sur une faute technique sifflée contre Kyle O’quinn, ils inscrivent le lancer bonus pour reprendre 7 points d’avance à 2 minutes de la fin. Cette fois-ci les Parisiens ne reviendront pas (une nouvelle fois) dans le match. 

Bien qu’ils n’aient pas su tuer le match plus tôt et ont joué à se faire peur, les Manceaux s’imposent 81-92. Pour leur première victoire à l’extérieur, ils auront su s’appuyer sur un beau trio Bamforth-Thomas-Baptiste à respectivement 20 points et 7 passes – 18 points – 19 points et 7 rebonds. Bien que valeureux et combattifs, cela n’a pas suffi pour Kyle O’quinn (auteur certainement de son meilleur match cette saison avec 18 points) et consorts. Dans un match qui s’annonce d’ores et déjà difficile à Monaco, ils tenteront de rebondir. 

Alexis Bracq

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Basketball