Nous suivre sur

Basketball

Basket/Betclic Elite – Monaco remporte le choc face à l’ASVEL !

Dans ce choc de la treizième journée (jouer en avance pour cause de calendrier serré), les 2 ogres de la Betclic Élite s’affrontaient. L’ASVEL et l’ASM se sont déjà rencontrés une première fois avec une victoire au buzzer des Villeurbannais sur un shoot miraculeux de William Howard. 

Dans ce match, Monaco prend d’entrée les devants. Et sur un 3 points de son intérieur Motiejunas, les Monégasques font même un premier trou (12-5) avant de l’accroître sur un nouveau 3 points de Paris Lee (15-7 après 5 minutes de jeu). L’ASVEL a du mal à rentrer dans son match et T.J Parker est obligé de prendre un temps-mort pour stopper l’hémorragie. 

Et cela va avoir son effet. Les Villeurbannais vont réagir et recoller petit à petit. Par 2 lancers-francs d’Osetkowski, l’ASVEL revient d’abord à -2 (15-13), avant que sur un alley-oop magistral d’Okobo pour Antetokounmpo, elle passe devant (15-16). Sur un nouveau panier Villeurbanais, Mitrovic est lui aussi contraint de prendre un temps-mort à son tour (15-18 reste 2’). L’ASVEL est plus agressive en défense et force son adversaire à perdre des ballons. 

Finalement, ce QT1 se finit sur le score de 19-20 pour les visiteurs. Riche en spectacle, avec 2 phases (une première pour Monaco et une deuxième pour Villeurbanne), ces 10 premières minutes ne déçoivent pas et laissent présager une belle fin de partie.

Cette fin de QT1 a fait le plus grand bien aux locaux. Sur une faute anti-sportive d’Okobo sur Rob Gray, ce dernier convertit ses 2 lancers (21-22) avant que le jeune et prometteur Demahis-Ballou n’inscrive 2 autres lancers sur l’action qui suit (25-22).

Défensivement, Monaco sort les barbelés et empêche l’ASVEL de développer son jeu. Les locaux en profitent pour accroître leur avance. D’abord par Motiejunas qui inscrit 4 points de suite (pour en inscrire au final 11 dans ce QT2), avant qu’un énorme dunk d’Armel Traoré ne donne 9 points d’avance à l’ASM (31-22, reste 6’15). 
T.J Parker est dans l’obligation de reprendre un nouveau temps-mort.  

En difficulté, l’ASVEL va enfin inscrire un panier, par Paul Lacombe (33-24 après 4 min 30 de jeu). Mais porté par son intérieur Lituanien, Monaco enfonce la tête des Villeurbannais pour prendre 13 points d’avance, soit le plus gros écart du match. (37-24 après 16 min de jeu).

Mais comme dans le QT1, l’ASVEL revient porté par leur jeune Wembanyama, qui inscrit 7 points de suite. Il permet à son équipe de faire un nouveau rapproché à -5 (39-34 reste 2’30). Monaco tente bien de maintenir son adversaire à distance (+9, 43-34 alors qu’il reste 1’30 à jouer). Mais par un nouveau alley-opp entre Okobo-Antetokounmpo et 5 lancers inscrits au total (1 de Chris Jones et 4 du Grec), on pensait l’ASVEL revenu à -2 à la MT. Mais, au buzzer, sur un remake du shoot de William Howard en Euroleague, Alpha Diallo permet à son équipe de conserver une légère avance (46-41) à la pause. 

Tout est possible dans cette deuxième mi-temps. 

Ce match semble être celui du Lituanien. En effet, il va inscrire les 6 premiers points de son équipe pour bien lancer cette deuxième mi-temps (55-46 reste 7’ à jouer dans ce QT3).

Le problème est qu’en face il y a de vrais champions qui ne craquent pas et sont sûrs de leur collectif. Howard (5 points de suite) et Kahudi (à 3 points) permettent à leur équipe de rester au contact (55-51 reste 5 min à jouer).
Alors que les 2 équipes se rendent coup pour coup dans ces dernières minutes, Rob Gray en décide autrement et permet à son équipe de prendre 7 points d’avance aux abords des 10 dernières minutes (68-61).

D’entrée, et comme dans tous les débuts de quart-temps, Monaco refait un break. Sur un dunk de Traoré en contre-attaque, T.J Parker prend un T.M pour remettre son équipe en marche, alors menée 71-61 (reste 9 min à jouer).

Et bis repetita. L’ASVEL réagit évidemment. Strazel (à 3 points), Wembanyama (sur un dunk) et Charles Kahudi (sur un lay-up) puis Okobo (sur la ligne des lancers) permettent à leur équipe de revenir à -3 (71-68 reste 7’20). 
Alors que les équipes se rendent panier pour panier (73-70 ; 75-70), William Howard oblige Mitrovic au temps-mort, en inscrivant 4 points de suite (75-74 reste 4’15).
Ce match est très indécis et tout est encore possible. Avec tant de talents de part et d’autre, on n’est pas à l’abri d’une surprise. 

Tellement indécis avec de tels champions sur le parquet que ce match devient insoutenable. Aucune des 2 équipes ne veut lâcher et elles se répondent à chaque fois (75-76 ; 77-76 ; 77-78 ; 79-78 ; 79-80 ; 81-80). 

À 1 minute de la fin, rien n’est fait, 82 partout. Paris Lee permet de prendre 2 points d’avance pour son équipe (sur un lay-up) avant que Chris Jones ne fasse gamelle sur l’action suivante. Mais Monaco ne tue pas le match et il reste une possession, 3,4 secondes, à l’ASVEL pour s’en sortir. 

Résultat ? Elie Okobo rate son tir à 3 points et Monaco l’emporte (et chasse ainsi les vieux démons du match d’Euroleague).

Dans ce très beau match, qui n’a pas déçu entre 2 superbes équipes, c’est Monaco qui l’emporte. Portés par leur formidable intérieur Motiejunas (28 points et 9 rebonds) et leur meneur Paris Lee (10 points et 6 passes), les locaux passent devant leur adversaire du soir et gardent la deuxième place du championnat. 

Alexis Bracq 

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Basketball