Nous suivre sur

Basketball

 Portrait de légende : Patrick Ewing, la légende des Knicks !

Patrick Aloysius Ewing est né à Kingston en Jamaïque le 5 aout 1962. Il arrive à l’âge de 13 ans aux Etats-Unis et plus précisément à Cambridge. C’est ici qu’il découvrira le basketball, lui qui pratiquait auparavant deux autres sports, le football et le cricket. 

Sa carrière universitaire

Le jeune Ewing est repéré par le recruteur de l’Université de Georgetown. Avec un physique impressionnant pour son âge. L’université de Georgetown forgera les fondations d’Ewing à la superstar qu’il sera par la suite dans la grande ligue. Il y sera entrainé par John Thompson, avec qui il atteindra trois fois les finales universitaires nationales. Il la remportera une seule fois face aux Cougars de Houston emmené par Hakeem Olajuwon.

Une carrière extraordinaire sans un seul titre

Patrick Ewing est drafté par les New York Knicks en première positon de la Draft 1985. Il en profitera pour rafler le titre de Rookie de l’année en dominant la totalité de la cuvée 1985. Cependant, il se blessera cette année ce qui influera sur sa première saison chez les Knicks. Le bilan de cette année n’est pas des plus flamboyant avec seulement 23 victoires. Il n’en gagnera qu’une de plus la saison suivante. 

Il faudra attendre sa troisième saison pour qu’il atteigne les playoffs avec son équipe. C’est ainsi que Patrick Ewing lancera la série de 13 saisons de suite en playoffs pour New York. Cependant, cette première expérience en playoffs est assombrie par les Celtics de Larry Bird qui sortiront l’équipe d’Ewing dès le premier tour.

Lors de sa quatrième saison, Patrick Ewing et les siens enregistreront un bilan de 52 victoires et se hisseront en playoffs. Un record qui ne s’était pas reproduit depuis le dernier titre des Knicks. Cependant ils se feront de nouveau sortir, mais cette fois ci par les Bulls.

En 1989-1990, Ewing alignera l’une de ses meilleures saison avec 29 points, 11 rebonds et 4 contres par match. Au premier tour des playoffs, ils affrontent de nouveau les Celtics qui prendront l’avantage en menant 2-0 dans la série. Jusqu’à ce que « The Beast » se rebelle, en faisant remonter son équipe avec trois prestations monstrueuses. Lors du game 3 : 33 points et 19 rebonds, le game 4 : 44 points, 13 rebonds et 7 interceptions et le game 5 : 31 points, 8 rebonds et 10 passes. Ils parviennent à passer la douloureuse marche des Celtics. Mais les Badboys de Detroit en profiteront pour les éliminer le tour suivant et remporter le titre par la même occasion.

Le changement de Coach

L’arrivée de Pat Riley l’année suivante permet de modifier les défauts de cette équipe des Knicks. Ils éliminent les Badboys au premier tour, avant de se retrouver face aux Bulls de Jordan.

Malheureusement pour Ewing, c’est une nouvelle défaite qui l’attend au bout de cette série qui restera l’un des plus mythique de l’histoire de la NBA avec 7 magnifiques rencontres de pur basket et deux équipes incroyables.

Cette fois, c’est la bonne…

En 1992-1993, les Knicks se positionnent en première position de la conférence Est avec le meilleur bilan de leur existence : 60 victoires. En playoffs, ils explosent les Pacers et les Hornets pour rejoindre de nouveau les Bulls en finale de conférence. Elle se conclura de nouveau par une défaite alors que les Knicks menaient par deux victoires. 

L’annonce de la retraite de Jordan et le bon moment 

Le 6 octobre 1993, Michael Jordan, le meilleur joueur de tous les temps annonce sa retraite. L’occasion rêvée pour Ewing et les siens d’enfin accrocher les finales NBA. Ils élimineront les Bulls au premier tour en sept matchs, puis les Pacers en sept matchs dont le dernier aura particulièrement fait briller Ewing puisqu’il comptabilisera 24 points, 22 rebonds, 7 passes et 5 blocks lors de ce match 7. 

Les finales NBA sont enfin la pour notre ami Patrick, lui qui échoue depuis le début de sa carrière. Ils y affronteront les Houston Rockets emmenés par Hakeem Olajuwon qui eux aussi se faisaient refuser l’accès à ces finales. Cependant une chose est sure, il n’y aura qu’un seul vainqueur. On assistera de nouveau à un fantastique duel, aucun match à plus de 93 points marqués par une équipe, preuve de l’intensité de cette série. C’est au final les Rockets qui s’imposeront en game 7.

Les 5 saisons suivantes, les Knicks se feront éliminés constamment en playoffs et n’atteindront plus les finales de conférence. S’en suit le départ du coach Pat Riley en direction du Heat de Miami. 

En 1999, ils rejoignent de nouveau les playoffs et étonnamment les Knicks partent bien alors qu’ils ne sont clairement pas les favoris. Cependant Ewing se blesse à la cheville lors du second tour. Son équipe poursuit tout de même son chemin pour atteindre pour la seconde fois les finales NBA. Mais ils se feront une nouvelle fois balayer en finale, cette fois ci par les Spurs de San Antonio. 

En 2001, les Knicks transférent Patrick Ewing qui a alors 36 ans en direction de Seattle, où il ne jouera qu’une saison. Puis il jouera sa dernière saison à Orlando pour finir son incroyable carrière sous le maillot du Magic.

Ewing en image, c’était ça !

Un palmarès impressionnant

  • Rookie of the Year 1985
  • 16 saisons NBA jouées 
  • 2 fois champions de la Conférence Est 1994 et 1999
  • 2 fois finaliste NBA en 1994 et 1999
  • 11 apparitions au All-Star Game
  • 2 médailles d’or au JO de 1984 et 1992 
  • Hall of Fame en 2008

Patrick Ewing ne gagnera jamais un titre de sa carrière, cependant Michael Jordan a dit « Lorsque vous pensez à New York, vous pensez à Patrick Ewing ». En effet, celui que l’on surnomme « The Beast from the East » aura marqué à jamais la franchise des Knicks, avec un style de jeu puissant et une défense formidable. Il enregistrera en carrière 21 points, 10 rebonds et 2,4 blocks. Ewing est et restera pour longtemps le franchise player de référence à Big Apple.

A bientôt pour un prochain portrait de légende.

Valentin DUBOIS

A lire aussi :

Portrait de légende : Bill Russell, la première superstar afro-américaine !

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Basketball