Nous suivre sur

Breaking News

Cyclisme/Dans le rétro #4 – 1981 – Le doublé fantastique de Giovanni Battaglin en 48 jours

Dans la mémoire des plus anciens, 1981 reste une année marquée par la victoire de Bernard Hinault sur Paris-Roubaix, maillot de champion du monde sur le dos. Le blaireau qui s’était imposé quelques jours plus tôt sur l’Amstel Gold Race, allait remporter, au mois de Juin, le Dauphiné Libéré, succès annonciateur de son retour gagnant sur le Tour de France, après son abandon l’année d’avant. L’apogée du grand champion Français.

Pourtant cette saison riche en émotion a été le témoin d’un grand exploit majeur, tellement rare que seul, jusque-là, Eddy Merckx avait réalisé : Le doublé Vuelta-Giro de l’Italien Giovanni Battaglin.

Battaglin et son maillot à pois

Vuelta

En 1981, Battaglin est un excellent coureur de grands tours qui a terminé 3eme des Giro 73 (1er Merckx, 2eme Gimondi) et 80 (1er Hinault, 2eme Panizza). Il s’est également classé 6eme du Tour de France 79, enlevant par la même occasion, le maillot à pois de meilleur grimpeur.

Quand il prend le départ de la 36eme Vuelta, le transalpin doit affronter une cohorte d’équipes espagnoles ayant fait de leur tour national, leur chasse gardée.  Un coup de théâtre précède la course avec le forfait de l’équipe Teka pour une sombre histoire de prime ; 2 des favoris, Alberto Fernandez et Marino Lejarreta ne seront pas au départ.

Après le prologue remporté par le Français Régis Clère, la course tarde à se décanter. C’est le contre la montre  de 30km sur les pentes de la Sierra Nevada qui verra Battaglin prendre la course en main. Au cours de cette 8eme étape, le leader de la Inoxpran repousse Pedro Munoz, son principal adversaire, à 53’’. Pendant la 13eme étape, alors que le grimpeur de poche Vicente Belda caracole en tête, Battaglin se retrouve isolé dans un groupe de contre-attaque accompagné de 7 espagnols (Munoz, Ruperez, Arroyo, Laguia, Ladron de Guevara et Coll). L’italien est attaqué de toute part mais c’est lui qui donne une leçon magistrale à la coalition Ibérique. Belda gagne l’étape devant Battaglin à 36’’ et 1’34’’ sur le groupe des poursuivants. Plus rien ne changera dans cette Vuelta, Giovanni Battaglin l’emporte avec 2’09’’ sur Pedro Munoz et 2’29’’ sur Vicente Belda.   

Le grimpeur italien et son maillot de leader de la vuelta

Giro

Ce n’est que 3 jours après la fin du Tour d’Espagne qu’est donné le départ de la 64eme édition du Giro d’Italia. En ce début des 80’s les tifosis se passionnent pour le duel Moser-Saronni. Mais le tour d’Italie ne se résume pas à ces 2 champions. La densité de vainqueurs potentiels est impressionnante. Il y a là une redoutable équipe Bianchi (Baronchelli, Prim, Contini), les grimpeurs Suisse de la Cilo-Aufina (Breu, Fuchs), l’ambitieuse Sammontana avec Visentini et Argentin ou encore l’escaladeur expérimenté de la Santini, Mario Beccia. Battaglin est considéré comme un outsider, la presse spécialisée ne le voit pas rééditer sa victoire de la Vuelta, surtout avec si peu de récupération entre les 2 épreuves. 

Tre Cime di Lavaredo

Après le prologue remporté par le norvégien Knudsen (Bianchi), chacun fourbit ses armes. Saronni et Moser se rendent coup pour coup et au jeu des bonifications c’est Saronni qui se montre le meilleur, remportant 3 des 6 premières étapes. Après 10 jours de course et quelques cols, le décor est planté dans un Giro extrêmement dense et serré. Saronni est en rose, Moser ayant lâché plus de 5’ ne joue plus la victoire finale, Baronchelli et Contini de la Bianchi sont 3eme et 4eme à 31 et 49’’, Battaglin 6eme à 50’’, Prim, autre leader de la Bianchi 7eme à 1’04’’, Visentini 9eme à 1’32’’. Ce dernier profite du contre la montre de Montecatini pour s’emparer de la maglia rosa. La Bianchi en embuscade semble tenir la course en main. Le Suédois Tommy Prim, meilleur jeune du Giro l’année précédente et vainqueur du tour de Romandie quelques jours plus tôt, impressionne les suiveurs mais c’est son  coéquipier, Silvano Contini, qui revêt le maillot de leader. A San Vigilio di Marrebe, Battaglin gagne l’étape, accentuant la pression sur Contini qui commence à craquer mentalement.

Avant l’étape reine de ce Giro, l’arrivée au sommet des Tre cime di Lavaredo, rien n’est fait ; Contini toujours en rose, Battaglin 2eme à 3’’, Prim 3eme à 8’’, Saronni 4eme à 30’’. La victoire se jouera entre les 4 hommes.

Battaglin répondant à une accélération de Visentini

L’étape est dantesque. Battaglin utilise un triple plateau, démontrant son sens du détail et préfigurant les cadences de pédalage à venir dans le cyclisme moderne. Ils se classe 3eme de l’étape derrière les Suisses Breu et Fuchs mais l’écart reste faible avec Saronni et Prim, Contini ayant abdiqué pour le podium.

La conclusion de ce Giro est un contre la montre se terminant dans les prestigieuses arènes de Vérone. Battaglin est vêtu de rose, Saronni 2eme à 39’’, Prim 3eme à 50’’. L’Italie attend un triomphe de Saronni mais le natif de Marostica, survolté par le port  de la maglia rosa ne lâche rien. Le spécialiste Norvégien Knut Knudsen remporte l’étape devant son coéquipier Tommy Prim, Giovanni Battaglin ne perd que 2’’ sur le Suédois et en gagne 3 sur Giuseppe Saronni. Ce dernier sera même devancé par Prim au classement général par le jeu des bonifications qui était sensé l’avantager sur ce Giro.

Giovanni Battaglin remporte son tour national

Exploit parfois oublié

En s’adjugeant, avec une rare intelligence tactique, 2 grands tours en 48 jours, Giovanni Battaglin signait un authentique exploit, rejoignant Merckx, auteur du même doublé 8 ans auparavant ( Alberto Contador gagnera en 2008 et dans l’ordre, le Giro puis la Vuelta mais à une époque ou les 2 courses sont espacées de plusieurs mois).

Aujourd’hui, Giovanni Battaglin et son fils Alex, dans leur fief de Marostica, fabriquent une gamme de cycles parmi les plus beaux du monde, à l’image de ce champion élégant, soucieux du moindre détail.

Alix Bombail

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Breaking News