Nous suivre sur

Breaking News

[Interview exclusive] Cyclisme – Valentin Paret-Peintre “Je veux prendre du plaisir et peser sur les courses en WorldTour”

Sport Business Mag est allé à la rencontre des talents du cyclisme français qui devraient faire parler d’eux en 2021. Valentin, cadet de la fratrie Paret-Peintre, vient de rejoindre le plus haut niveau mondial en WorldTour avec AG2R Citroën Team et il compte bien continuer à s’imposer au plus haut niveau dans les années à venir.

SBM : Bonjour Valentin Paret-Peintre, déjà merci de nous accorder de ton temps, on avait déjà pu réaliser une interview avec toi, on avait fait un premier article. Est-ce que tu peux te re-présenter, expliquer comment tu as pu évoluer et aborder ta progression depuis notre dernière interview ?

Valentin Paret-Peintre : Ouais super, déjà merci pour l’invitation, on avait fait une interview l’an dernier en fin de saison. On se retrouve fin de saison de cette année donc il y a pas mal de choses qui ont changé parce que je passe dans l’équipe WorldTour l’an prochain donc déjà beaucoup de mouvement sur cette fin de saison civile. J’étais logé par la U23, maintenant j’ai mon propre appartement, je paie mon loyer, je fais mes petites courses, je me fais à manger… donc pas mal de changements.

SBM : Au quotidien, est-ce que tu as vu un vrai changement entre l’année dernière et aujourd’hui ? Des choses que tu dois gérer maintenant que tu n’avais pas à gérer avant? Est-ce que ton planning a un peu changé et comment t’es-tu réadapté un peu à tout ça ?

Valentin Paret-Peintre : Là je ne le sens pas trop on va dire parce ce que c’est la période hivernale donc je n’ai pas eu trop de contrainte avec l’équipe professionnelle, mais c’est sûr que lorsque je parle aux entraîneurs, ils ne sont pas habitués à parler à quelqu’un qui est encore à l’école.

SBM : Tu arrives bien à alterner vélo et école ? Tu as comme objectif de finir tes études à l’INSEEC ?

Valentin Paret-Peintre : Oui je suis toujours à l’INSEEC en troisième année de Bachelor. C’est ma dernière année donc jusqu’à avril-mai je vais faire les deux, mais comme que je suis dans la branche sport de l’école, ils sont assez indulgents on va dire sur les absences, les retards.

SBM : Là tu viens de terminer ta dernière année à Chambéry Cyclisme Formation, que retiens-tu de cette saison passée avec cette équipe formatrice ?

Valentin Paret-Peintre : Oui, c’était surtout de la formation, l’an dernier je suis arrivé plutôt dans un rôle de découverte qui s’est très bien passé et cette année j’avais plus un statut de leader dans l’équipe, plus le rôle de porter l’équipe. Je ne sais pas si j’ai réussi à le faire mais en tout cas je suis satisfait de ma saison.

SBM : L’année dernière, tu avais réussi à lever les bras il me semble sur la Ronde de l’Isard, mais cette année tu n’as pas levé les bras. Est-ce que c’est une déception pour toi ou ce n’est pas forcément une chose qui t’inquiète ?

Valentin Paret-Peintre : Oui c’est quand même une déception, j’avais envie de lever les bras surtout après ce que j’avais fait l’an dernier. Cette année, c’était plus compliqué sur les courses de montagne comme à la Ronde de l’Isard où je n’étais pas dans ma meilleure forme, donc là il y a des gros points noirs cette saison, ça tache un peu le bilan. J’ai quand même gagné le classement général du Tour de Moselle, je n’ai pas levé les mains mais c’est presque pareil.

SBM : Tu as quand même aussi fini 4ème de Paris-Tours Espoirs en fin de saison. Tu as fait un podium sur une étape du Tour de Savoie Mont Blanc. Là ça va être ta première saison chez AG2R Citroën Team, comment tu l’appréhendes, est-ce que tu as une certaine pression de coureur avec le peloton professionnel ?

Valentin Paret-Peintre : Oui, c’est ça. Oui c’est sûr qu’il y a une certaine pression, même au sein de l’équipe, courir avec des coureurs comme Greg Van Avermaet ou Bob Jungels, qui ont des palmarès énormes, ça va être un peu intimidant mais je pense que ça va bien se passer. Je suis vraiment pressé d’être dans les pelotons.

SBM : Si on revient sur ton bilan, tu es plutôt satisfait de ta progression ? Et sur ton aspect physique, est-ce que tu sens du progrès, de la fraîcheur? Est-ce que tu sens que tu as plus de puissance et que tu es en train de développer cet aspect-là, en suivant une courbe ascendante ?

Valentin Paret-Peintre : Oui d’un point de vue numérique, si on prend juste les résultats je ne suis pas satisfait de ma saison, il manque une saison où je lève les bras, des places sur les courses de montagne. Mais si on prend le bilan d’un point de vue physique, je suis vraiment content, j’ai réussi à progresser sur mes points faibles, sur le plat, sur les courses un peu nerveuses où il faut frotter pour se placer, en atteste ma 4ème place à Paris-Tours en fin de saison. C’est aussi un point que je voulais travailler avant de passer chez les professionnels. Là je vais tomber contre des coureurs qui ont beaucoup de force et qui roulent très vite sur le plat, donc c’était vraiment important de travailler dans ce domaine et c’est plutôt réussi cette année.

SBM : Tu as parlé du plat mais est-ce que tu as aussi travaillé tout ce qui est chrono? puisque que tu vises les classements généraux. Est-ce que tu as pu t’exercer sur des vélos de chronos, revoir ta position ou des aspects techniques ?

Valentin Paret-Peintre : Oui le travail sur le plat et le chrono ça va un peu ensemble. On a fait des tests avec des vélos de chronos et des capteurs de puissance. On s’est rendu compte qu’en début d’année j’avais dû mal à sortir les valeurs que je sortais dans les cols sur le vélo de chrono et on a réussi à diminuer cet écart en fin de saison.

SBM : 1ère saison en tant que professionnel, c’est quoi tes objectifs pour cette saison ?

Valentin Paret-Peintre : Ça va être de vraiment apprendre comment se passe le monde professionnel. Je pense que c’est assez différent du monde amateur. Ça va être de prendre du plaisir et être dans le coup dans le final pour aider l’équipe.

SBM : On avait appris l’année dernière que la course qui te fait rêver est le Tour de France, est-ce que tu as déjà, pas forcément cette année mais d’ici un ou deux ans, l’envie d’être aligné sur l’un des trois grands Tours et d’essayer d’y briller. Est-ce que c’est quelque chose qui est dans un coin de ta tête ?

Valentin Paret-Peintre : Oui c’est sûr, pas au Tour de France tout de suite parce ce que c’est quand même une course différente des deux autres grands Tours. Pas cette année mais l’an prochain j’espère faire le Giro ou la Vuelta. Pour le Tour, on verra un peu plus tard.

SBM : Pour terminer sur tes objectifs, est-ce que tu as déjà des courses qui sont un peu cochées sur ton calendrier, ou ce n’est pas encore défini ?

Valentin Paret-Peintre : Non, je ne sais pas du tout mon calendrier pour l’instant. On verra, je pense quand même faire une course de début de saison en France sûrement pas la Marseillaise mais peut-être les deux classiques en Ardèche, Drôme Ardèche, Tour des Alpes Maritime et du Haut Var, des choses comme ça.

SBM : A titre personnel, depuis que tu es arrivé à AG2R Citroën Team, tu connaissais déjà un peu l’équipe avec le Chambéry Cyclisme Formation, tu avais pu faire des entraînements, comment s’est passée ton intégration? Est-ce que l’ambiance est vraiment bonne ? Est-ce que tu penses que ça va être encore plus formateur qu’auparavant pour toi ?

Valentin Paret-Peintre : Pour l’instant je n’ai pas encore rencontré les coureurs d’AG2R Citroën Team, on va se voir la semaine prochaine. C’est sûr que les coureurs qui s’entraînent sur le bassin chambérien, on les connaît parce qu’on s’entraîne souvent ensemble avec les coureurs de la U23, Nans Peters, Geoffrey Bouchard, Benoît Cosnefroy… après il y a une découverte avec Greg Van Avermaet, avec les grands coureurs, et je me demande encore ce que je vais leur dire une fois que je serai en face d’eux.

SBM : Est-ce que tu as vraiment une forte envie de pouvoir les découvrir, pouvoir rouler avec eux, échanger. Est-ce que c’est un rêve ou une chose que tu attends avec beaucoup d’impatience ?

Valentin Paret-Peintre : Oui c’est quelque chose que j’attends avec impatience, il y a un petit stress mais je suis pressé.

SBM : Justement tu nous parles de coureurs comme Greg Van Avermaet que tu vas découvrir d’ici une semaine. Est-ce que t’inspires d’un coureur en particulier dans ton équipe? ou une autre équipe ou bien même d’un coureur qui t’a fait rêver ?

Valentin Paret-Peintre : Non pas forcément, je parle de Greg Van Avermaet parce qu’il gagnait des courses quand je ne pensais même pas faire du vélo professionnel, je le regardais à la télé. Après j’aime bien Philippe Gilbert mais je n’essaye pas de lui ressembler ou devenir un coureur comme lui en tout cas.

SBM : Un grand Merci Valentin pour cette interview et bonne première saison chez les professionnels avec AG2R Citroen Team.

Valentin Paret-Peintre : Merci à vous, avec grand plaisir !

Théo Carlu & Paul Gaffet

A lire aussi :

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Breaking News