Nous suivre sur

Actus Sport

Don’t trust the Process, trust Ben Simmons

Alors que la série entre les Nets et les 76ers s’annonce plus compliquée que prévue pour Philadelplhie, l’absence de Joel Embiid au game 3 risquait bien de compliquer la tâche aux hommes de Brett Brown. Finalement, c’est une victoire 131-115 dans un match bien maîtrisé, avec Tobias Harris en feu (6 sur 6 à 3 points) et un match référence pour Ben Simmons avec 31 points et 9 passes à 11 sur 13 au shoot.

Cette victoire a cependant soulevé un gros problème pour l’équipe de Philie : l’incompatibilité de Ben Simmons et de Joël Embiid

Dans le game 1 perdu à domicile, on a particulièrement épinglé Ben Simmons comme responsable de la défaite. Pourtant, Embiid termine à 5 sur 15 dont 0 sur 5 derrière la ligne. Dans le game 2 le pivot n’a joué qu’une vingtaine de minutes et dans le game 3 il était absent pour blessure. Contre les Nets, les 76ers gagnent sans leur franchise player.

Les deux hommes sont hors normes, Ben Simmons un meneur annoncé à 2,08 mètres alors qu’Embiid est un joueur formidable au poste mais leurs styles de jeu ne se complètent pas, d’autant plus qu’ils sont tous les deux des shooteurs médiocres. En plus, le jeu d’Embiid force son meneur à s’effacer totalement du jeu et c’est justement pour cette raison que la défaite du game 1 est due au pivot des 76ers, Simmons n’est bon que lorsqu’il a la balle en main. Le seul match ou le premier choix de la draft 2016 n’a pas brillé, c’est le match ou le Process a joué tout le match. Ben Simmons est tout simplement meilleur sans Embiid sur le parquet, et lorsque Ben Simmons est bon, les 76ers gagnent.

Comme Chris Broussard l’a récemment déclaré sur Simmons, « tout le monde est au courant de son manque de shoot mais, sauf tirer il sait absolument tout faire ». Dans la suite de sa déclaration, il suggère que les 76ers pourraient utiliser Ben Simmons de la même façon que Giannis est utilisé par les Bucks, même s’il est moins puissant et plus petit, sa qualité de passe et de handle lui permettrait totalement d’assumer cette position.

Les blessures récurrentes d’Embiid sont également un point négatif sur son CV, il n’a joué que 150 matches alors qu’il a été drafté en 2014 ! En 5 saisons, le Process n’en a pas fait une seule avec plus de 63 matches joués, et cet handicap risque de lui coûter cher. Il ne serait pas surprenant de voir les 76ers développer leur identité de jeu autour de leur meneur plutôt que de leur pivot trop souvent blessé et qui ne semble pas être un élément crucial pour la réussite de sa franchise.

 

 

Résumé du Game 3 de Ben Simmons :

 

Hugo Casanova.

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Le Sport Hors Terrain

Plus d'infos dans la rubrique Actus Sport