Nous suivre sur

Football

Foot/Ligue 1 – Retour sur les incidents et les possibles sanctions de Nice-Marseille

Au lendemain des honteux incidents entre Nice et Marseille, nous vous proposons un retour sur ces incidents et les possibles sanctions pour les clubs.

Lors du dernier match de la troisième journée de Ligue 1, Nice reçoit Marseille pour un derby en feu. Ce match donne lieu à une belle opposition entre deux candidats à l’Europe. De nombreux supporteurs assistent au match avec une très bonne ambiance.

Les faits :

Lors de ce match, les ultras Niçois jettent à de nombreuses reprises des bouteilles, verres ou papier sur les Marseillais. L’arbitre ne fait pas grand-chose pour que ces supporters arrêtent. Résultat, à la 75e minute, corner pour Dimitri Payet. Ce dernier reçoit une canette de bière.

Payet se relève et jette deux canettes vers les ultras. Ces derniers n’ont pas apprécié la réaction du Marseillais. Alvaro Gonzalez s’est présenté aux côtés de Payet. L’Espagnol fait des doigts d’honneurs, tire le ballon et lance des insultes envers la tribune Niçoise. Jusque là ce ne sont pas des incidents qui permettent d’arrêter un match.

Les ultras sont descendus au niveau des panneaux publicitaires. 2-3 ultras se sont rendus sur le terrain. Un de ces ultras en est venu aux mains avec les joueurs Marseillais.

Jusque-là, l’ordre était encore présent. Sur une vidéo d’un supporteur présent dans le stade, on peut observer toute la scène honteuse. Ce qui met le feu aux poudres est l’intervention de l’un des adjoints de Jorge Sampaoli sur un supporteur. Cet adjoint a mis un énorme coup de poing à l’ultra plutôt calme.

Des joueurs de l’OGC Nice l’ont vu faire et en sont venu aux mains. Ensuite une bagarre générale éclate, plusieurs joueurs reçoivent des coups. Après plusieurs minutes, tout le monde reprend sa place. Les deux équipes rentrent au vestiaire. Jean-Pierre Rivière annonce en conférence de presse que des joueurs de son équipe ont reçu des coups de la part du staff Marseillais. Par la suite, les joueurs de l’OM ont publié des photos de leurs blessures. On apprend aussi que les deux présidents ont failli en venir aux mains. Pablo Logoria a bousculé la femme de son homologue Niçois. Heureusement sans gravité et sans de trop grande proportion comme sur le terrain.

Après 1 heure et demie, l’arbitre annonce que le match va reprendre sous la pression de la Ligue et du préfet. Pablo Longoria a refusé que ses joueurs reprennent le match après ces incidents. Le match reprend sans les Olympiens qui perdent le match 1-0 sur tapis vert. Ce débordement de nous rappeler un certain Metz-Lyon. Les ultras avaient lancé une bombe agricole à Anthony Lopes qui était en train de se faire soigner. Le match avait été arrêté. Ici les conséquences sont plus graves et le match a repris.

Les coupables :

Le premier acteur coupable est Benoît Bastien. L’arbitre de cette rencontre n’a pas été capable de stopper le match à temps. Après plusieurs petits incidents lors de l’échauffement et du match, l’arbitre n’a pas fait grand-chose pour protéger les joueurs Marseillais. L’arbitre aurait dû prendre exemple sur celui de Montpellier-Marseille. La décision de reprendre le match est incompréhensible lorsqu’on revoit les images.

Les seconds coupables sans débat, sont les “supporteurs/ultras”. Les supporteurs reviennent à peine au stade et déjà des débordements ont lieu. Notons que leur équipe gagnait déjà le match 1-0. Ces supporteurs ont été aidés par l’arbitre qui n’a pas bronché sur les jets de projectiles.

Le comportement de l’un des adjoints de Sampaoli est la cause de cet envahissement de terrain comme on peut le voir sur la vidéo du spectateur. En frappant violemment le supporteur, qui ne faisait aucun mouvement de violence ou autre, il a déclenché le débordement de terrain et la bagarre générale.

Autre coupable, le staff et la sécurité de Marseille qui est entré sur le terrain. Le staff d’abord qui a déclenché tous les incidents. Mais aussi la sécurité de l’OM qui est entré sur le terrain pour frapper des joueurs Niçois comme Jean-Clair Todibo et Justin Kluivert.

Le comportement de Dimitri Payet fait aussi débat. Le joueur a manqué de professionnalisme. Sa réaction est compréhensible puisque ce n’est pas la première fois du match qu’il reçoit des objets. Une réaction compréhensible certes, mais pas professionnelle. Le joueur aurait peut-être dû ne pas vouloir tirer le corner tant qu’il n’était pas en sécurité, voire même demander à son équipe de rentrer au vestiaire. Mais ce n’est pas son comportement qui a mis le feu aux poudres.

Alvaro Gonzalez a, lui aussi, par son comportement poussé les supporteurs à envahir le terrain. D’abord avec des doigts d’honneurs et des insultes, puis en tirant le ballon en direction des ultras.

Les sanctions :

Concernant l’OM, plusieurs membres du club vont devoir répondre de leurs actes, notamment le malheureux Dimitri Payet qui n’a pas réussi à garder son calme face aux nombreux jets de projectiles. L’OM espère de la clémence pour son joueur qui est d’abord la victime. Pourtant le joueur de 34 ans risque gros. Lorsqu’on regarde le règlement de la LFP. Si Payet est reconnu coupable d’un comportement excessif ou déplacé, il risque un ou deux matches de suspension. Si son comportement est jugé grossier ou injurieux, il risque trois ou quatre matches de suspension.

Alvaro Gonzalez peut lui aussi purger des matches de suspension, notamment pour ses gestes, ses insultes et sa frappe décochée en direction du virage Niçois. Pour la suspension, ce sera la même chose que pour Payet. S’il est reconnu coupable d’un comportement excessif ou déplacé, il risque un ou deux matches de suspension. Si son comportement est jugé grossier ou injurieux, il risque trois ou quatre matches de suspension.

Pape Gueye peut lui aussi écoper de matches de suspension. Sur certaines images, on peut l’apercevoir avec Jean-Clair Todibo. Les deux joueurs ne se disent pas des mots d’amour. Ils risquent entre six et huit matches de suspension pour tentative de coups ou de brutalité.

L’adjoint de Sampaoli risque plus gros que tous les joueurs. D’une part, puisque les images sont très claires et d’autre part pour son excès de violence. S’il est reconnu coupable de s’en être pris à une personne du public, il risque entre six mois et un an de suspension. La suspension peut évoluer si l’incident est considéré pendant ou hors la rencontre. La sanction pourrait être plus grave selon la blessure du supporter. Si le supporter a un ITT inférieur à 8 jours, la sanction maximale est de quatre ans. Si l’ITT est supérieur à 8 jours, la sanction possible est de sept ans.

Côté de l’OGC Nice, on assure que Justin Kluivert et Jean-Clair Todibo ont reçu des coups de la part du staff Marseillais. Sur les images, ces accusations ne sont pas flagrantes.

Nice est bien évidemment responsable de ses supporters et risque le huis clos. L’article 541 impose au club évoluant à domicile de maîtriser ses supporters et assurer la sécurité des acteurs. Si l’incapacité de Nice à garantir la sécurité des joueurs est confirmée, le club risque un simple rappel à l’ordre jusqu’au huis clos avec des amendes ou des points de pénalité. Ce qui est presque sûr, c’est la fermeture de la tribune Populaire Sud pour une durée que la commission devra déterminer.

Le score :

Même si Marseille n’est pas retourné sur le terrain et que le match s’est terminé sur un forfait de Marseille, le score n’est pas fixé. Après avoir étudié la responsabilité du Gym sur le comportement de ses supporters, celle des acteurs de jeu, la LFP devra arbitrer sur le sort du match. Le match peut se terminer de trois manières : rejouer le match en entier, maintenir le score ou victoire de l’OM sur tapis vert. Pour prendre cette décision, la LFP va sûrement attendre la décision du parquet de Nice.

La réaction de Pablo Longoria :

Triste image pour le football français.

Baptiste Franckelemon  

À lire aussi : 

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Football