Nous suivre sur

Football

Foot-Premier League – Mourinho, l’échec de trop ?

Mourinho a subi ce lundi son troisième licenciement consécutif outre-manche, cette fois chez les Tottenham Hotspurs. Après un bon début de saison, les hommes du portugais n’ont pas su tenir la distance et le Spécial One n’a pas trouvé la solution pour relancer l’équipe. Une défaite en Europa League et une Ligue des champions qui s’éloigne auront eu raison de lui. 
 
Winston Churchill a dit un jour : “le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme”. C’est ce que s’applique de faire José Mourinho depuis quelques années maintenant sans pour autant trouver la voie du succès. Cependant, il se pourrait que cet échec chez les Tottenham Hotspurs soit celui de trop pour le Portugais. Après avoir sillonné l’Angleterre du Nord au Sud lors de ses 6 dernières saisons, le Spécial One semble avoir perdu le carnet de recettes qui a fait son succès dans les années 2000. Après avoir été mis à la porte de Chelsea en décembre 2015 à la suite d’un titre de champion d’Angleterre acquis la même année. Il a subi un nouveau “sacked” après une victoire en Europa League puis une saison blanche chez les Red Devils en 2018. Cette fois-ci Mourinho ne s’est contenté que d’espoirs, celle de glaner une League Cup, hélas, il n’aura pas eu le temps d’entrevoir la finale. Une élimination en Europa League face au modeste Dynamo Zagreb et une deuxième partie de championnat ratée l’auront crucifié. 
 
Le duo Kane-Son, forces et faiblesses 
 
Le début des saisons des Spurs avait pourtant commencé idéalement avec une place de leader au soir de la 12 éme journée. Des victoires face à City, United et Arsenal. Un duo Kane-Son au sommet de son art et une défense de fer… tout souriait au portugais. Mourinho semblait alors avoir (re) trouvé les clefs du succès avec ses Spurs. Seulement voilà, un Kane moins efficace et un Son moins en jambe, il n’en fallait pas plus pour dérégler la machine des Spurs. C’est alors que les ennuis ont commencé pour le Special One. Lui qui a gagné partout où il est passé semble à court de solutions, d’idées. La défaite début février, contre le nouveau Chelsea de Thomas Tuchel, 0-1, marque un premier tournant. L’élimination face au modeste Dynamo Zagreb en 1/8 éme de finale d’Europa League après une victoire 2-0 à l’aller, donne le coup de grâce. Mourinho ne se relèvera pas jusqu’au couperet tombé lundi et son licenciement. 
 
La victoire contre Guardiola en trompe l’œil 

Le 21 novembre dernier, au Tottenham Hotspurs Stadium, Mourinho s’impose face à son ennemi juré Guardiola. Une victoire 2-0 et le sentiment d’avoir été meilleur tactiquement que son adversaire du jour. Mourinho déclare alors en conférence de presse d’après-match : “ Ils peuvent emporter le ballon à la maison s’ils veulent, moi, je prends les 3 points”. Ce soir-là, alors que beaucoup voyaient en cette victoire la renaissance de Mourinho et la fin de Guardiola, c’est finalement tout le contraire qui s’est produit par la suite. Nous avons alors assisté à un inversement des courbes nettes et brutal. Pep n’a plus perdu pendant 28 matchs, à la suite de cette défaite. Il s’est remis en question pour mieux repartir de l’avant avec le succès qu’on lui connaît. Mourinho lui, aura cru bon continuer dans la stratégie qui avait fait sa force depuis le début de saison. A savoir laisser le poids de l’attaque sur deux joueurs et s’appliquer à bien défendre. 
 
Le rebond encore et toujours ? 

Après Chelsea, Manchester United et Tottenham, Mourinho semble avoir fait le tour outre-Manche. En Espagne il ne semble pas y avoir de place pour lui chez les trois cadors. En France le PSG vient de signer Mauricio Pochetinno. Finalement, les solutions de rebond parmi les grands clubs européens ne sont pas multiples pour Mourinho. Il jouit encore d’une jolie côte en Italie, mais son crédit s’effrite au fur et à mesure de ses expériences ratées. Le spécial One semble aujourd’hui à découvert. En revanche, certains clubs « outsiders de leurs championnats” seraient prêts à l’accueillir. Du côté du Rhône notamment où Jean-Michel Aulas n’hésite pas à revendiquer son envie de signer le Portugais, un jour. Avant tout, s’il veut enfiler à nouveau la tunique de coach, Mourinho devra se repenser, se réinventer, s’il veut un jour revenir sur le devant de la scène. 

Laurent Lemoine

A lire aussi :

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Football