Nous suivre sur

Football

Liverpool plus fort que jamais !

Après un échec essuyé face à Manchester City de Pep Guardiola, les Foxes doivent se rattraper face à l’ogre Red. Liverpool tâchera de s’éloigner de la fine menace Leicester pour la course au titre de Premier League.

Les compositions de ce choc :

La formation qu’a choisi Brendan Rodgers est un 4-5-1. La tactique de l’Irlandais étant d’étouffer les milieux de Liverpool. Son objectif étant d’oppresser Wijnaldum et Keita afin qu’ils n’alimentent pas leur trio d’attaque. La réponse de Jürgen Klopp est très simple : le football total. Trent Alexander-Arnold et Andrew Robertson font alors le jeu à la place de leurs milieux créatifs. Ce match est avant tout une bataille tactique. Un jeu de compensation en course dans les phases défensives de Leicester contre le gegenpressing de Liverpool. La manière de jouer de Rodgers demande une rigueur physique énorme pour ses joueurs. Le bloc est solide, compact, et unis.

Pourtant, Liverpool arrive à se créer des occasions, deux, pour Mohamed Salah. A la 12e et 14e minute, l’Egyptien se retrouve en position d’ouvrir le score sans trouver le chemin des filets. C’est alors que Leicester se créé des occasions. Mais aucunes d’entre elles ne sont dangereuses. Le jeu dans le dos de la défense prôné par les Foxes sous Rodgers ne fonctionne pas face aux rapides défenseurs des Reds. Il faut attendre la 31e minute pour attendre un centre parfait, chirurgical de Trent Alexander-Arnold qui dépose le ballon sur la tête de Roberto Firmino au second poteau. Le brésilien s’était fait oublier de la défense et surgit plus haut que tout le monde. Il n’a plus qu’à mettre le ballon à ras du poteau. Schmeichel, pourtant bien placé pour couvrir un maximum l’angle de précision de Firmino, ne peut rien faire. 1-0 31′. 3 minutes après, c’est Nabi Keita qui se fait remarquer en se présentant face au portier de Leicester en 1 contre 1. Schmeichel gagne ce duel et permet à son équipe de rentrer aux vestiaires avec un désavantage de seulement 1 but.

45 minutes de massacre.

En cette rentrée de seconde période, la domination des hommes de Klopp est outrageuse. Les Foxes n’arrivent plus à dépasser leur moitié de terrain. Cela se traduit à la 54e minute où Firmino arrive à glisser un ballon en dehors de la zone d’action de Schmeichel qui était sorti (en retard…), mais cette déviation n’est pas cadrée.  Le math des Foxes ne fait qu’empirer. Dans un élan de mieux, les offensives permettent aux attaquants d’enfin s’infiltrer dans la surface adverse. Mais aucune de ces incursions ne donne du travail à Alisson. Comme impuissant, les joueurs de Leicester ne cessent d’essayer, désespérément. Mais rien n’y fait. Pendant 10 minutes, Liverpool ne touche presque pas le ballon, mais ne vacille jamais tant sa domination est grande.

Ce “mieux” dans le jeu des champions d’Angleterre 2016 est stoppé net. Soyuncu est coupable d’une main dans la surface sur un corner des Reds et offre un Penalty à James Milner entré 20 secondes avant. Le milieu anglais transforme le Penalty et double la mise à la 71′ minute de jeu. 2-0. Leicester est plongé en plein cauchemar. Arnold pour Firmino acte deux. Cette fois-ci le latéral centre en retrait pour le brésilien qui fait preuve de sang froid et foudroie Schmeichel d’une frappe pleine lucarne. 3-0 74′. L’humiliation est à la 78′ minute. Alexander-Arnold frappe pied droit deuxième poteau après un énorme sprint, trouve le chemin du but et marque le 4e but de son équipe. Le reste du match n’est qu’anecdotique, 4-0 score final.

Veni vidi vici. Voici le résumé de ce match pour les Reds. Avant ce match, ce n’était pas tant le suspens qui était relancé mais surtout l’honneur du champion d’Angleterre qui était testé face aux surprenants Foxes donnant des petits soucis aux hommes de Klopp. Ce match était une démonstration, Liverpool a récité un jeu de gala, du grand art. On ne peut que les féliciter et apprécier le spectacle qu’ils nous ont produit, et nous produiront jusqu’à la fin de la saison. C’est donc une deuxième défaite de rang pour Leicester qui ne doit surtout pas baisser les bras tant la qualité est présente dans cette équipe. Mais l’adversaire du jour était juste trop fort pour espérer quoi que ce soit.

Kyllian Firmin

A lire également: https://www.sportbusinessmag.com/zap-sport/manchester-united-simpose-face-a-newcastle/

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Football