Nous suivre sur

Breaking News

Portrait : Alejandro Pozuelo, l’Espagnol qui porte Toronto

Alejandro Pozuelo lors de ses débuts

Alejandro Pozuelo Molero est le footballeur espagnol type. Milieu polyvalent, de petite taille (1m70), travailleur et surtout doté d’un jeu balle au pied qui fait la différence. Bill Manning, président du Toronto FC, l’a décrit comme « un gars qui sait tirer les ficelles, qui sait gérer le jeu et faire les actions qui font les buts ».

Le natif d’Andalousie a grandi à Séville. Il y effectue sa formation, et les portes du monde professionnel s’ouvrent à lui, au Betis. Âgé d’une vingtaine d’années, il commence à fouler les pelouses de Liga. Pour sa première saison dans l’élite, Pozuelo effectue 13 apparitions. Une nouvelle saison avec les A et 30 matchs plus tard, il prend son envol et quitte l’Espagne. Il rejoint alors le Pays de Galles et le club de Swansea.

Il signe au côté de son coéquipier José Cañas, devenant ainsi le septième Espagnol de l’équipe, qu’il conquit dès son premier match lors d’une soirée d’Europa League face à Malmö.

Cependant suite à un changement d’entraineur, il n’entre plus dans les plans du club gallois. Il décide alors de rentrer en Espagne mais cette fois-ci du côté de Madrid, au Rayo Vallecano. Un retour difficile et mouvementé, suite à son départ anticipé de Premier League. Cette saison, il n’effectuera que 13 apparitions.

L’aventure Belge

Une envie de challenge le saisit lorsque les dirigeants du KRC Genk font appel à lui et le signent à l’été 2015. Cette épopée reste, à ce jour, la plus longue de sa carrière. Pozuelo reste cinq saisons en Belgique, devenant par la même occasion capitaine de l’équipe.
Pour autant, les supporters belges, contrariés par son absence lors de son dernier match, ne lui ont pas rendu hommage, bien au contraire. Ils ont pendu un mannequin à son effigie en tribune pour bien faire comprendre leur mécontentement.  Retenu au chevet de son père malade en Espagne, Pozuelo s’est vu offrir de bien tristes adieux.

Suite à ce départ tumultueux, Pozuelo signe à Toronto, en MLS, en tant que “joueur désigné”, ce qui place en lui des espoirs importants de la part des dirigeants et des supporters. L’Espagnol se permet de les rassurer dès son premier match en inscrivant un doublé et une passe décisive face au New-York City FC.
Il finit la saison en tant que meilleur buteur de son équipe avec 12 buts et 12 passes décisives, raflant également le titre de meilleur joueur de la semaine numéro 8. Et consécration en MLS, il est nommé au match All Star face à l’Atlético Madrid. Son père n’a d’ailleurs pas caché sa fierté quant à la réussite de son fils aux États-Unis.

 

À lire aussi :

MLS, le dénouement !

 

Jérémie Escallier

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Le Sport Hors Terrain

Plus d'infos dans la rubrique Breaking News