Nous suivre sur

Football

Paolo Maldini : Le meilleur défenseur de l’histoire ?

La tradition des grands défenseurs italiens a perduré à travers l’histoire. De Facchetti à Canavarro en passant par Baresi et Nesta, la solidité défensive de l’Italie repose sur de grands noms. Parmi eux, un homme se dégage par sa beauté, son élégance, sa solidité, son intelligence et sa polyvalence. Du haut de son mètre 87, Paolo Maldini est considéré par ses pairs comme le meilleur défenseur de l’histoire.

Des débuts convaincants

Fils de Cesare Maldini qui a remporté une coupe d’Europe des clubs champions en 1963 avec l’AC Milan, et 4 championnats d’Italie, Paolo Maldini fait ses classes de jeunes chez les rossoneri. A ses débuts, Maldini impressionne chez les jeunes et fait taire les critiques l’accusant d’être là grâce à son nom. A seulement 16 ans, le légendaire Niels Liedholm le lance dans le grand bain en hiver 1985. Très vite, on comprend que Paolo Maldini n’est pas qu’un bon défenseur. Chez lui, il est très vite décelé des capacités d’anticipation, de sens du placement, de tacle debout, de vision de jeu et de relance au-dessus de la moyenne. Tout va s’accélérer pour le défenseur italien.

Une confirmation , des titres et des déceptions

Après ses débuts fracassants, Maldini va connaître au Milan AC beaucoup de victoires et de trophées accompagné des Gullit, Baresi, Van Basten, ou encore Rijkaard. Cette équipe splendide a fait régner sa loi en Europe durant quelques années. Il va durant cette période remporter ses premiers titres de champions d’Italie ainsi que 2 Ligue des champions en 1989 et en 1990. La suite logique de ces grands débuts la participation à sa première coupe du monde en 1990. Malheureusement l’équipe du jeune Maldini est éliminée en demi-finale par l’Argentine de Diego Maradonna aux tirs aux buts. Après cette désillusion il ramène sa 3ème Ligue des Champions en 1994 face au FC Barcelone.

Les années suivantes sont les années du déclin sportif pour le Milan AC. Malgré cette situation, le latéral gauche Italien restera fidèle à son équipe. Il y restera pour y devenir le nouveau capitaine lors du départ de Baresi. Lors de la finale 1994 de la coupe du monde, l’Italie de Maldini va une nouvelle fois perdre aux tirs aux buts face au Brésil. Et toujours avec le même issue en quart de finale en 1998 face à la France après le penalty raté de Di Baggio. Malgré 4 coupes du monde Maldini n’aura rien remporté avec la Squadra Azzura qu’il quittera en 2002, 2 ans après la défaite face à la France lors de l’Euro 2000.

Le Milan AC à jamais reconnaissant

Après ces défaites, Maldini ne s’arrêtera pas là pour autant. Alors qu’il est capitaine des rossoneri depuis plus de 10 ans, il va remporter de nouveau la Ligue des champions en 2003 face à la Juventus. Le joueur brille toujours par son talent et se repositionne en défense centrale pour palier à sa perte de vitesse. Il va compenser cette dernière avec son anticipation et son positionnement sans faille. Ces années-là il forme un duo de feu avec un certain Nesta. En 2005, après une défaite cruelle en finale de LDC dans le fameux miracle d’Istanbul, les rouges et noires prendront leur revanche 2 ans plus tard grâce à Pipo Inzaghi.

Cette Ligue des Champions sera la 5e du géant Italien avec en prime un titre de meilleur défenseur européen de la saison et tout ça à 38 ans. Son dernier match se jouera le 31 mai 2009 face à la Fiorentina dans une rencontre remportée 2-0. Il aura disputé au long de sa carrière 647 matchs de Série A, un record qui vient juste d’être battu par Gianluigi Buffon. Le plus impressionnant dans tout ces chiffres est le nombre de cartons rouges reçu par Maldini  lors de sa carrière : 1. C’était lors d’un match de pré-saison sans importance. Quelque chose de rare pour un joueur qui joue en défense. Cette longévité se ressent dans ses différents records. Le nombre de minutes jouées en phase finale de LDC, nombre de finales jouées, etc… Aujourd’hui directeur sportif du Milan AC, il continue de montrer son amour pour le club lombard.

Paolo Maldini n’aura jamais vraiment perdu son niveau de jeu, ni de sa superbe, de son fair-play, de son charisme. Il incarne à merveille ce nouveau style de défenseur, moins violent plus intelligent, plus technique et plus propre. Il finira 2 fois sur le podium du ballon d’or. Comme pour son coéquipier Baresi et son numéro 6, le numéro 3 ne sera plus jamais porté au sein du Milan AC. Il restera à jamais avec un Maldini écrit dans le dos. Celui qui possède l’un des plus beaux palmarès en club de l’histoire du football restera parmi les plus grands défenseurs de tous les temps avec Moore, Beckenbauer, Fachetti. En tous cas, s’il fallait trouver une définition au mot fidélité, il suffirait d’écrire un nom : Paulo Maldini.

Marius Dekeyser

A lire aussi : Mauvaise passe pour le capitaine de la Lazio

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Football