Nous suivre sur

Autres Rugby

Coupe du Monde. D’où viennent les demi-finalistes ?

Angleterre, Nouvelle-Zélande, Pays de Galles et Afrique du Sud. Voici les quatre demi-finalistes de cette Coupe du Monde 2019. Si l’on connaît assez bien les compositions de ces mastodontes, il est impossible de citer tous les clubs où les joueurs évoluent. Pour vous, SBM Rugby s’est intéressé à la provenance des 124 hommes qui disputeront, pour certains, ce dernier carré au Japon. Quelle sélection privilégie les locaux ? Quel club est le plus touché ? Quel championnat est le plus impacté ? Les réponses ici.

 

XV de la Rose : tout le monde à la maison

 

L’Angleterre est la seule des quatre nations qui ne compte que des joueurs issus de son championnat. Une surprise ? Pas du tout ! Seuls les joueurs évoluant en Gallagher Premiership peuvent être sélectionnés par Eddie Jones. Au total, neuf clubs sont représentés. Bristol, Worcester et les London Irish sont les trois clubs ayant “échappé” à cette sélection, et forment d’ailleurs le trio de tête du championnat après la première journée, déroulée le week-end dernier. Les Saracens comptent le plus grand nombre de sélectionnés avec huit joueurs qui affronteront les Blacks samedi. Suivent les Tigers de Manu Tuilagi avec six retenus, et Bath, privé de cinq éléments. Exeter, Northampton (3), Sale, les Harlequins (2), Gloucester et les Wasps (1) complètent la liste.

Les 9 clubs représentés par le XV de la Rose

 

All Blacks : du Super Rugby, mais pas que

 

Du côté des doubles champions du monde en titre, peu de surprise également. 80% de l’effectif évolue au pays, Crusaders en tête. Steve Hansen a choisi huit vainqueurs du Super Rugby 2019. A cela s’ajoutent six joueurs des Chiefs, quatre des Hurricanes et des Blues, et trois des Highlanders. A l’image de Brodie Retallick (Kobelco Steelers), plusieurs néo-zélandais jouent dans le championnat japonais depuis peu. Ainsi, les Steelers sont accompagnés des Toyota Verblitz (Kieran Read), des Kubota Spears (Ryan Crotty) et des Panasonic Wild Knights (Matt Todd). Enfin, Ben Smith, qui a récemment signé à Pau, représente le club Béarnais dans cette formation triple championne du monde. A noter que Sonny Bill Williams est sous contrat avec la fédération néo-zélandaise, lui permettant de participer aux World Rugby Sevens Series, et donc aux JO.

Super Rugby, Top League ou Top 14 : les clubs des Blacks

 

XV du Poireau : les Scarlets et les autres

 

Le club de Llanelli compte onze joueurs sélectionnés par Warren Gatland ! Leigh Halfpenny, Jonathan et Gareth Davies ou encore Ken Owens : ça fait du beau monde d’indisponible pour le début du Pro 14. Les Ospreys ne sont pas en reste avec huit rugbymen au Japon, dont l’emblématique capitaine Alun-Wyn Jones. Les Blues de Cardiff (4) et les Dragons de Newport (3) sont également impactés par le tournoi. Mais les Gallois n’ont pas l’obligation de jouer au pays, et cinq d’entre eux croisent le fer en Premiership ! Chez les Saracens (2), puis à Exeter, Northampton et Gloucester (1).

84% des Gallois jouent dans les 4 équipes locales

 

Springboks : 16 clubs en une sélection

 

L’Afrique du Sud présente l’effectif le plus varié de ce dernier carré. Si 18 des 31 hommes de Johan Erasmus jouent pour une franchise du pays (huit Stormers, cinq Sharks, trois Bulls et deux Lions), le reste s’éparpille un peu partout. Quatre d’entre eux évolueront en Top 14 à la fin de la compétition. Cheslin Kolbe à Toulouse, Eben Etzebeth, qui a signé au RC Toulon, mais aussi Frans Steyn et Handré Pollard qui viendront élargir un peu plus le groupe sud-africain à Montpellier. La Premiership est également à l’honneur, puisque six Boks garnissent les rangs des Saracens, des Saints, des Sharks, des Wasps, de Bath et de Gloucester. Enfin, Duane Vermeulen (Kubota Spears), Kwagga Smith (Yamaha Jùbilo) et RG Snyman (Honda Heat) représentent la Top League japonaise.

Les Boks aux quatre coins du monde

 

Les Saracens et les Scarlets pillés

 

Sans grosse surprise, les récents vainqueurs de la Champions Cup sont l’une des deux équipes les plus touchées par la Coupe du Monde. Avec 11 sélectionnés, c’est la quasi-intégralité de leur effectif qui manque les premières journées de Premiership. Les Scarlets, qui comptent aussi 11 joueurs au Japon, vivent plutôt bien leur absence, en témoignent leurs trois victoires inaugurales en Pro 14. Les Ospreys n’ont pas la même réussite et semblent subir les sélections des 8 Gallois qui joueront les demies. Huit, c’est aussi le nombre de sélectionnés des Crusaders et des Stormers, forcément moins impactés puisque le Super Rugby ne débutera pas avant 2020.

Au total, ce sont 43 joueurs de ce dernier qui fouleront (ou pas) la pelouse du Nissan Stadium de Yokohama ce week-end. Avec 42 sélectionnés, la Premiership va encore devoir patienter pour voir ses stars de retour au pays. 26 dragons rouges manquent toujours à l’appel du Pro 14. Au Japon, la Top League recense sept joueurs dans ces demi-finales. Enfin, le Top 14 observera avec attention les performances de ses cinq pépites encore en course pour soulever la coupe Webb Ellis.

 

A lire aussi : Pocock annonce sa retraite internationale

 

Thomas Deborde

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Le Sport Hors Terrain

Plus d'infos dans la rubrique Autres Rugby