Nous suivre sur

Autres Tennis

Tennis – “Bebel”, la véritable histoire d’amour avec Roland Garros

Le monument du cinéma français Jean Paul Belmondo s’est éteint le 6 septembre dernier à l’âge de 88 ans. Remontons le temps, où le tennis évoluait sous le regard de notre “Bebel National.”

Je n'ai pas peur de la fin" : Jean-Paul Belmondo évoque s... - Closer

Bien qu’il ait eu de nombreuses histoire d’amour se frottant parfois à la comédie (Elodie Constantin (d) de 1959 à 1968 puis Natty tardivel de 2002 à 2008), celle qui demeurera jusqu’à la fin de sa vie, est celle avec le tennis et Roland-Garros.

RDV Porte d’Auteuil

Comment aborder l’été de meilleure manière? Bien évidemment pour Jean-Paul le cinéma est important, mais le sport et le tennis particulièrement ont une place spéciale dans son coeur. Il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’il est rapidement devenu la vedette des Internationaux de France. Il n’a pas besoin de sortir une cascade de sa poche, seulement une paire de lunette ou une casquette. Un invité, un habitué qui fait plaisir au public et qui fait rayonner les tribunes du Philippe Chatrier.

PHOTOS - Roland-Garros 2015 : Jean-Paul Belmondo et Charles Gérard, les  indétrônables ! | LCI
Jean- Paul Belmondo & Charles Gérard “les Indétrônables”

La camaraderie de Jean Paul

Jean-Paul Belmondo et Charles Gérard Roland-Garros 2018
Dans les Tribunes du Central avec son fidèle ami Charles Gérard. 2018

Plus qu’un spectateur, plus qu’un joueur…

« En fait, c’était un sportif. Il connaissait le sport et il en parlait comme un spécialiste. Il connaissait le goût de l’effort »

Marc Rosset (champion olympique en 1992, ancien numéro 9 mondial)
FLIC OU VOYOU Jean-Paul Belmondo Georges Geret Marie Laforet PAL DVD only  French - EUR 8,89 | PicClick FR

Un Hommage de taille et des plus sincères.

La loge Jean-Paul Belmondo à Roland-Garros
La loge Jean-Paul Belmondo à Roland-Garros

Tout là-haut, le clin d’œil a dû le faire marrer. Le jour de son inhumation, deux de ses plus grandes passions se sont trouvées réunies : la boxe et Roland-Garros. Lui qui a voué un amour éternel au noble art depuis son adolescence, a aussi rarement manqué une édition des Internationaux de France sur le court central. Il avait son fauteuil attitré le long de la ligne de service. Oui, Jean-Paul Belmondo a dû apprécier, lui qui a rarement manqué un combat de Tony Yoka. La dernière fois que nous l’avions vu au bord d’un ring, c’était le 13 juillet 2019 à Antibes pour le combat de rentrée du champion olympique après son année de suspension. Il était accompagné de son complice, Charles Gérard.

Alors évidemment, les mondes de la boxe et du tennis, réunis ce vendredi soir dans le temple du tennis qu’il aimait tant, ne pouvaient pas manquer de rendre un vibrant hommage au plus digne et magnifique ambassadeur de la boxe.

Inscrit à Roland Garros


Jean-Paul Belmondo est un fidèle parmi les fidèles du tournoi de Roland-Garros. Une ligne de fond de court a même été baptisée à son nom. « Après la ligne Maginot, la ligne ‘Belmondo’ », s’est-il alors amusé. La raison d’un tel surnom ? « L’acteur se tenait dans sa loge, raconte Patrice Dominguez dans L’Amour du tennis, au premier rang, pile dans l’axe de cette ligne et qu’on le voyait même tendre son bras, de temps en temps, pour indiquer que la balle était faute ; exactement comme le juge de ligne assis, lui, sur le court, à quelques centimètres devant lui ». En 1996, pour sa première demi-finale en Grand Chelem, Marc Rosset lui offre même sa raquette au sortir d’un match face à l’Allemand Bernd Karbacher. Le Suisse explique son geste : « À force de voir sa tronche quinze jours par an chaque printemps durant des années, Jean-Paul est presque devenu comme un ami ! »

En bref Belmondo c’est le sport (la boxe, le football) mais aussi particulièrement le tennis. Il a connu les plus grands noms du tennis depuis la fin des années 60, comme Mc Enroe ou Jimmy Connors. Ou même Mats Wilanders et Peter Sampras. Jean Paul aura tout vu et connu tennis, notamment sur la terre battue de RG. Le tennis le remercie et l’honore, à l’image de Roland-Garros qu’il incarnait tant. Merci pour tout “Bébel”.

Jules Trouillet

A lire aussi :

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Autres Tennis