Nous suivre sur

Actus Sport

Van Avermaet, leader affirmé

Vainqueur récemment de la 3e étape du Tour de la Communauté de Valence, Greg Van Avermaet a gagné pour sa course de reprise et, même si le management reste le même, l’équipe a elle sensiblement changé. Porte, Dennis sont partis et BMC est devenu CCC. Contrairement à ses collègues australiens, le flamand a fait le choix de rester et de devenir le seul leader de toute une équipe.

Responsable et loyal

Le visage de l’équipe de Jim Ochowicz a radicalement changé durant l’intersaison. Pendant que la maison BMC menaçait de s’effondrer Rohan Dennis et Richie Porte n’ont pas pris de risque et ont fait le choix de quitter la maison rapidement bien avant qu’une solution de reprise soit trouvée. Van Avermaet, lui a patienté, reconnaissant de tout ce que la structure BMC lui a donné, il est resté fidèle. « C’était assez stressant, tous les coureurs veulent signer quelque part avant le Tour. Je veux rester loyal à l’équipe et je peux attendre encore un peu’, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi long. ». Il a attendu qu’un budget soit trouvé et que toute une équipe s’articule autour de lui. Aujourd’hui sa patience lui permet d’être le porte-étendard d’une équipe. Il est à la tête d’un véritable projet, CCC est le sponsor mais l’équipe, elle, est celle de Greg.

« L’équipe m’a supporté depuis tant d’années, a t-il déclaré. Je suis arrivé en 2011, davantage comme équipier, et j’ai fait mon chemin jusqu’au sommet. […] Je n’allais pas être le premier gars qui part à la première offre, c’est une question de respect, d’honnêteté, ce que Jim a toujours eu vis-à-vis de moi. Il a toujours était clair, il me disait ‘Nous n’avons pas de sponsor mais nous travaillons dessus, tu peux décider si tu restes ou si tu pars.’ ». Cette hiver GVA est devenu bien plus qu’un simple leader. Il est aujourd’hui l’unique patron de CCC en course et avec toutes les responsabilités que cela entraine. « Je me sens un peu plus responsable, avouait-il au Soir. Je suis occupé avec le matériel, l’équipe, l’ambiance, etc. […] Ca génère un peu plus de stress, mais je gère. »

Le patron d’une équipe

A 33 ans, le champion olympique de Rio est devenu la figure de toute un projet. Le flamand n’est plus qu’un simple leader comme il l’a pu l’être chez BMC depuis quelques saisons, non il est devenu le véritable patron. Jim Ochowicz n’a pu retenir Jurgen Roelandts et Jempy Drucker qui étaient tous 2 des éléments essentiels de la garde rapprochée sur les flandriennes de GVA. Alors, le vainqueur de Roubaix 2017 a pris les choses en main. Il a demandé et appuyé l’arrivée de Guillaume Van Keirsbulck et dans une moindre mesure celle de Gijs Van Hoecke. A l’instar de Peter Sagan chez Bora, Van Avermaet a (enfin) les pleins pouvoirs au sein d’une équipe, son équipe, car c’est bien lui la voix de la formation. Depuis quelques semaines on le voit défendre et porter le projet de son équipe dans la presse. Après sa récente victoire sur le Tour de Valence, il est allé déclaré « Je suis fier de mon équipe ». Il y a encore pas si longtemps, il était éclipsé par Phillipe Gilbert au sein de BMC et le voilà quelques années plus tard à la tête d’une équipe. A 33 ans, il est prêt pour emmener toute une équipe vers le succès. Vous vous souvenez des Cleveland Cavaliers de LeBron James ? Voici les CCC de Greg Van Avermaet.

Depres Nicolas

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Le Sport Hors Terrain

Plus d'infos dans la rubrique Actus Sport