Nous suivre sur

Breaking News

Rugby/Top 14 – Christophe Urios s’exprime sur sa fin de contrat à l’UBB

  • Team Rugby

Le manager de l’Union Bordeaux-Bègles sera en fin de contrat en juin 2023. Sa décision quant à une potentielle prolongation n’est pas fixée.

Des discussions entre Christophe Urios et Laurent Marti ont commencé à se faire au sujet d’une éventuelle prolongation. Aucun décision n’a été prise à ce jour. Le manager s’est exprimé à ce propos : “Mon avenir est simple et compliqué. On a parlé avec Laurent , ça s’est super bien passé, Mais aujourd’hui, je n’ai pas envie de prendre une décision. Chez moi, il n’y a pas de quête d’attendre et de voir ce qui va se passer. Moi, je ne fonctionne pas comme ça. Aujourd’hui, je n’ai pas la tête à m’engager. Ce n’est pas que je ne veux pas le faire ou que je cherche ailleurs, mes agents ne travaillent pas dans ce sens. C’est juste que c’est : chaque chose en son temps. C’est encore un peu tôt.

Christophe Urios s’exprime quant à son attitude et les répercussions


Christophe Urios s’est exprimé au sujet des répercussions vis à vis de son attitude : “ Ca peut en avoir. D’ailleurs ça en a eu, déjà. En troisième ligne par exemple… (allusion à un joueur qui ne serait pas venu car il n’avait pas l’assurance de la prolongation de l’entraîneur, NDLR). Mais je n’ai pas peur, c’est comme ça. Ma décision je la prendrai en fin d’année. Laquelle, je ne sais pas. Non je rigole ! (NDLR : on croit comprendre qu’il parle de la fin 2021 et non pas de la fin de saison). C’est déjà beaucoup, déjà. J’ai besoin de savoir plein de choses. Est ce que je peux faire progresser le club ? Est-ce que je peux progresser moi-même ? À Castres, j’avais le sentiment d’avoir fait le tour . Il n’y avait rien de particulier, mais je savais que je n’étais pas la personne idoine pour faire avancer le club. Je fonctionne comme ça. …. Un cycle de quatre ans, c’est beaucoup vous savez vu notre métier où on est en permanence avec les gars. À Oyonnax, c’est vrai, j’ai fait plusieurs cycles car je sentais qu’il y avait une dynamique forte, je sentais que je sentais que je devais rester là car je sentais que je pouvais faire progresser le club. À Castres, je sentais qu’on avait atteint ce que je voulais…. Il sera temps d’en parler le moment venu même si on en discute régulièrement avec Laurent, ce n’est pas un sujet tabou. Mais simplement, ce n’est pas le moment. Mais à Bordeaux, j’attaque ma troisième saison et j’ai l’impression que je suis arrivé hier.. Ce n’est pas le sentiment que j’avais à Castres. Tout ça se mélange, dans ma tête et je ne prends pas de décision.. “

Quentin Bastard

À lire aussi :

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Breaking News