Nous suivre sur

Breaking News

Cyclisme-Les 5 raisons qui ont poussé Bardet à quitter Ag2R

Bardet vient de signer dans une équipe allemande, la Sunweb. Il quitte la formation Ag2R dans laquelle il a tout vécu en professionnel. Un nouveau défi s’ouvre à lui.

  • 29 ans : l’heure de la maturité

Bardet rentre dans les années charnières de sa carrière. Dans le monde du cyclisme on dit souvent que vers les 30 ans, on est meilleur qu’à 25. Le cyclisme est un sport où l’expérience est prépondérante. Pour de nombreux coureurs c’est le meilleur moment de leur carrière. Donc, pour Bardet si on suit cet adage le meilleur reste à venir. Le changement d’équipe va lui donner une façon différente de travailler et lui faire passer le cap qu’il lui manque pour gagner des Tours.

  • Deux saisons compliquées

Bardet a besoin de nouveauté, il s’était endormi sur ses lauriers. A la différence de beaucoup de coureurs, il n’a pas su augmenter son niveau depuis sa troisième place au Tour de France en 2017. Certains diront même qu’il a régressé. La participation au Giro 2020 devait lui redonner de la confiance mais la crise du Covid en a décidé autrement. Effectivement, en raison de la crise économique présente actuellement dans le vélo, le sponsor Ag2R ne pouvait pas se permettre de ne pas avoir Bardet au Tour de France. Il a annoncé qu’il ne visera pas le classement général mais les étapes et le maillot à pois de meilleur grimpeur.

  • Mieux pour tous le monde

Depuis que les rumeurs de départ autour de Bardet sont présentes, les  médias citent, le plus souvent, les envies de départ de Bardet. Mais est-ce qu’Ag2R ne voulait pas aussi s’en « débarrasser » ? La question mérite d’être posée. En effet, depuis quelques années l’équipe mise tout sur le classement général du Tour de France avec plus ou moins de succès. Aujourd’hui, la formation de Vincent Lavenu a envie de passer à autre chose en visant les classiques et les courses d’un jour. La prolongation de Naesen et le départ de Latour vers Direct Energie corroborent cette hypothèse tout comme la venue de Greg Van Avermeat, de deux de ses coéquipiers de la CCC (Gijs Van Hoecke et Michaël Schar) et d’un ancien vainqueur de Paris-Roubaix espoir, Stan Dewulf.

  • Sunweb une équipe sans leader

Sunweb est l’équipe parfaite pour Bardet. En effet, c’est une formation qui fait partie du « Movement For Credible Cycling (MPCC) » qui prône un cyclisme propre. Ag2R en fait également partie mais ce n’est pas le cas de toutes les formations du peloton. C’est un complément à la lutte anti-dopage prôné par l’UCI. Par ailleurs, la Sunweb vient de perdre son leader Tom Dumoulin, une place se libère donc pour Bardet. Enfin, la présence de Kelderman ne l’oblige pas à faire le Tour de France. On sent que le français a envie de gagner soit le Tour d’Espagne soit celui d’Italie. Sunweb ne l’obligera pas à s’aligner sur la Grande Boucle.

  • Moins d’attentes, moins de pression

Un français qui a les capacité de gagner un Tour de France a une pression énorme. En effet, un français ne l’a plus gagné depuis 1985 avec Bernard Hinault. L’attente est omniprésente. Aujourd’hui, le français s’exile pour rejoindre une formation allemande. La pression sur lui sera moins forte. C’est en prenant du plaisir à courir qu’un coureur est le meilleur.

Bardet a décidé de quitter SON équipe afin de découvrir une nouvelle formation. Un départ qui va lui apporter une nouvelle façon de s’entrainer, de courir avec de nouvelles tactiques. Mais surtout, il intègre une équipe qui a confiance en lui, qui veut en faire un leader dans les Grands Tours. Cette équipe avait parfaitement exploité le talent de Barguil.

Pour conclure, Bardet va finir cette saison sans pression et c’est dans ces moments là qu’il est le meilleur.

Marius Villerio

A lire aussi

Cyclisme-AG2R lâche Bardet et signe Van Avermaet

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Breaking News