Nous suivre sur

Breaking News

Cyclisme – Tour de la Provence / Étape 2 – Davide Ballerini profite du travail d’Astana et s’impose à Manosque !

Au lendemain d’une première étape explosive et animée en bonne partie par l’équipe Deceuninck-Quick Step de Julian Alaphilippe, les coureurs se retrouvent aujourd’hui sur la deuxième étape du Tour de la Provence. Au programme, 174 kilomètres sur les routes du sud de la France entre Cassis et Manosque pour une étape accidentée, notamment sur les 50 derniers kilomètres. Davide Ballerini aura bien du mal à garder son maillot de leader du classement général si la course s’annonce aussi explosive qu’hier avec un final bien plus compliqué.

Le profil de l’étape :

Une échappée contrôlée par Deceuninck-Quick Step

Dès le départ réel, cinq coureurs s’extirpent du peloton, bien aidés par une montée non-répertoriée de 3,2 kilomètres à 6% de moyenne. Il n’en fallait pas plus pour constituer ce qui semble être la première échappée du jour. Possédant rapidement 2 minutes d’avance, Baptiste Bleier (St-Michel-Auber 93), Samuel Leroux (Xeliss-Roubaix Lille Métropole), Eduard Michael Grosu (Delko), Filippo Conca (Lotto-Soudal) et Jérôme Cousin (Total Direct Energie), parcourent les premiers kilomètres de l’étape à l’avant de la course. Leur avance durant les 50 premiers kilomètres oscille autour des 2’30” puisque Deceuninck-Quick Step ne souhaite pas leur laisser plus, notamment à cause du final accidentée. Au sommet de la première difficulté répertoriée du jour, c’est Filippo Conca qui prend le maximum de points devant Samuel Leroux et Baptiste Bleier. La première heure de course est parcourue en moyenne à 37,2 km/h par les échappés. Le peloton leur laisse finalement un peu plus d’avance qu’au début de l’étape puisqu’a 130 kilomètres de l’arrivée, l’écart est de 3’30”, avant, 10 kilomètres plus loin, de revenir à 2’50”.

Dans le peloton, c’est tout d’abord Yves Lampaert qui régule l’allure puis le TGV de Clermont, Rémi Cavagna qui prend le relais pour maintenir l’écart à 2’30” après deux heures de course. La deuxième heure de course est d’ailleurs parcourue à une moyenne de 39,1 km/h par les 5 hommes de tête. À 69 kilomètres de l’arrivée, l’écart est toujours le même entre le peloton et les échappés alors que la grande bataille pour la victoire d’étape devrait commencer dans une vingtaine de kilomètres. À l’approche du premier sprint intermédiaire, les hommes de têtes reprennent de l’avance avec un écart annoncé à 3’15”. Lors du sprint de Gréoux-les-Bains, c’est Eduard Michael Grosu qui prend les points devant Samuel Leroux et Jérôme Cousin.

Filippo Conca tient tête au Wolfpack

Les coureurs abordent maintenant une ascension non répertoriée de 3,5 kilomètres à 5,5%, permettant à la Deceuninck-Quick Step de ramener l’écart avec l’échappée à 2’35”. L’étape entre dans sa partie finale et la nervosité se fait sentir dans le peloton à l’approche du premier passage sur la ligne d’arrivée. À 40 kilomètres de l’arrivée, l’échappée se désorganise sous l’accélération de Filippo Conca dans les rues de Manosque pour, dans un premier temps, prendre les points du sprint intermédiaire et pour ensuite, lâcher ses compagnons. Au sprint intermédiaire de Manosque, c’est Grosu qui passe devant Conca alors que Jérôme Cousin prend la 3ème place. Une chute à l’avant du peloton désorganise légèrement la poursuite des hommes de tête à 38 kilomètres de l’arrivée alors que Conca continue son coup de force et possède une dizaine de seconde d’avance sur ses poursuivants. Dans le groupe de contre, Baptiste Bleier est distancé, il reste plus que Samuel Leroux, Eduard Grosu et Jérôme Cousin à la poursuite du coureur de la Lotto-Soudal. Filippo Conca passe au sommet du Col de la Mort d’Imbert avec une trentaine de seconde d’avance sur ses poursuivants et 2’15” sur le peloton. Julian Alaphilippe, gêné par la chute, est de retour dans le peloton, ce qui n’est pas le cas d’Arnaud Démare ou encore de Matteo Moschetti. Le peloton, emmené par AG2R Citroën, Team et Deceuninck Quick Step ramène l’écart à 2 minutes.

Les poursuivants sont finalement repris par le peloton et il ne reste plus que Conca en tête de course avec 1’25” d’avance à 25 kilomètres de l’arrivée. Le groupe Bouhanni, aussi piégé par ce final accidenté, est annoncé à une trentaine de secondes du peloton, celui de Démare pointe, déjà, a une minute. Les coureurs sont maintenant au pied de la dernière difficulté répertorié sur cette deuxième étape, le Col de Montfuron (3km à 4%) alors qu’on annonce que Nacer Bouhanni serait de retour dans le peloton. Kasper Asgreen fait le tempo dans le peloton et fait descendre l’écart avec Conca à 30 secondes alors que le leader du classement général, Davide Ballerini, est toujours bien présent dans la roue de ses équipiers. Filippo Conca est finalement repris par le peloton à 17 kilomètres de l’arrivée après avoir livré toutes ses forces dans la bataille et être passé en tête de la dernière difficulté. Deceuninck-Quick Step emmène le peloton a tout allure et on approche des 10 derniers kilomètres.

Alaphilippe privé de sprint, Astana emmène parfaitement le peloton dans le final

Les coureurs sont maintenant de retour dans Manosque et Florian Vermeersch (Lotto-Soudal) ainsi que Matteo Jorgensen (Movistar) s’extirpe du peloton et prenne quelques longueurs d’avance. Les deux coureurs de 21 ans donnent énormément de force dans la bataille et force l’équipe de Julian Alaphilippe a montrer les crocs. Ils possèdent une dizaine de secondes d’avance alors qu’il reste 6 kilomètres. Les deux fuyards sont finalement repris à 4 kilomètres de l’arrivée et l’on semble se diriger vers une explication entre sprinter et puncheur à Manosque. Le leader chez les Wolfpack, aujourd’hui, semble être Alaphilippe qui est d’autant plus protégé que Ballerini dans ce final. C’est maintenant Astana qui emmène le peloton alors qu’il reste 2 kilomètres à parcourir. Nacer Bouhanni se relève au même moment et ne participera donc pas au sprint aujourd’hui. Vlasov chute peut avant la flamme rouge et entraîne Julian Alaphilippe avec lui, empêchant donc toute chance de victoire pour le champion du monde aujourd’hui.

À 300 mètres de la ligne, Astana emmène parfaitement le peloton pour Lutsenko et Aranburu alors que Ballerini saute dans les roues et passe en tête. Après un sprint de 250 mètres en faux plat montant, l’italien résiste au retour d’un étonnant Giulio Giccone et s’impose une nouvelle fois sur ce Tour de la Provence 2021, confortant ainsi son maillot de leader du classement général. Malgré une chute d’un coureur de la Movistar lors du sprint, aucun coureur n’a était gêné. Astana-Premier Tech, qui avait parfaitement emmené le peloton dans le dernier kilomètre de l’étape, se contente de la troisième place aujourd’hui grâce a Alex Aranburu.

Le final de l’étape :

Le classement de l’étape :

Le classement général :

Dorian Parisse

À lire aussi :

Xelliss Roubaix – 2 non partants pour cette deuxième étape du Tour de Provence

 

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Breaking News