Nous suivre sur

Football

Foot/Ligue des Champions – “C’est eux le grand Paris”, la qualification historique du PSG

Match de prestige pour une des rencontres les plus importantes de l’histoire du Paris Saint Germain.

Les Parisiens accueillent des Bavarois revanchards après leur défaite 3-2 au match aller. Les allemands se déplacent avec de nombreux absents, Lewandowski et Gnabry bien sûr, mais aussi Goretzka, Costa, Tolisso, Roca ou Süle. Il y a seulement 7 remplaçants sur le banc du FCB, sur les 12 possibles, et pas un seul à vocation offensive. Les Parisiens devront eux composer sans leur capitaine Marquinhos, mais avec les retours de Paredes et Verratti.

Le retour de Paredes au milieu de terrain fait le plus grand bien au PSG, qui joue plus haut et couvre plus d’espace. Les joueurs de la capitale prennent même le jeu à leur compte, tout en se montrant dangereux sur les appels en profondeur de Kylian Mbappé, comme en tout début de match, mais l’international français croise trop sa frappe (3e). Après un match en demi-teinte à l’aller, Manuel Neuer avait à cœur de se rattraper, et il commence bien, en sortant rapidement dans les pieds de Neymar suite à une erreur défensive bavaroise (9e). Les allemands ont du mal offensivement, et n’arrivent pas à faire le siège de la surface adverse comme lors de la semaine dernière. Les centres devant le but ne donnent rien, et le Bayern s’en remet à des frappes lointaines, par Sané (26e), puis Kimmich (27e), mais aucune des deux n’est cadrée. Malgré ces occasions, c’est bien le PSG qui se procurent les meilleures opportunités, comme ce rush de Mbappé, qui transmet à Neymar, mais là alors, le cyborg Manuel Neuer se dresse devant lui pour repousser le ballon (27e). Le brésilien insiste, d’abord côté droit, où après s’être joué de Hernandez, il frappe fort au premier poteau et oblige le portier allemand à sortir une grosse parade (34e). Il tente de nouveau sa chance, cette fois-ci côté gauche, mais son enroulée touche la transversale, toujours 0-0 (37e). Deux minutes plus tard, suite à une contre-attaque bien menée, c’est de nouveau Neymar qui se présente face à Neuer, et sa sortie oblige le numéro 10 parisien à tirer sur le poteau (39e). Une occasion que le PSG va regretter, car sur l’action qui suit, le Bayern Munich ouvre le score, par un ancien de la maison, Éric-Maxim Choupo-Moting. Sur un centre venu de la gauche, Müller envoie Alaba qui bute sur Navas, le ballon s’envole dans les airs, puis est repris par le camerounais qui inscrit son deuxième but de cette double confrontation (40e). Kylian Mbappé croise de nouveau trop sa frappe, et rate l’égalisation quelques minutes plus tard (42e). Les Bavarois auront encore deux grosses occasions, d’abord par Alaba (44e), puis par Sané (45+2e), mais elles sont toutes les deux repoussées par le portier costa-ricien.

Les Bavarois reviennent sur la pelouse avec de meilleures intentions et dès la 47ème minute, David Alaba est tout proche de marquer le 2ème but sur une frappe à l’entrée de la surface. Quelques minutes plus tard, c’est son coéquipier Sané qui tente sa chance, cette fois-ci au-dessus (51e). Ce sont les Parisiens qui sont les plus proches du deuxième but du match. Sur une super passe de Di Maria, Neymar est seul face au but vide, mais trop court, le ballon est sorti par Boateng (53e). Plus la rencontre avance, plus les jambes sont lourdes, et plus les occasions se rarifient. Müller a un ballon de qualification, mais la sortie de Navas dans ses pieds l’empêche d’ajuster correctement son tir (62e). Comme en première mi-temps, les Parisiens continuent de chuter régulièrement, pour gagner du temps, mais aussi pour énerver les Bavarois. Une tactique payante, tant l’agacement se lit sur les visages lors de chaque chute parisienne. Le PSG se satisfait d’un tel résultat, et ils attaquent de moins en moins. Seul Moïse Kean, rentré quelques minutes plus tôt, tente sa chance (77e). Les dernières minutes sont haletantes, et les Bavarois reprennent le dessus. Sané d’abord, mais sa frappe file à côté du poteau (83e), puis Coman (84e), et Müller (86e), mais ils sont tous les deux contrés par la défense adverse.

Les parisiens, plus conquérants, profitent de leur exploit du match aller pour éliminer des Bavarois diminués, et se qualifier pour les demies-finales de Ligue des Champions.

Louis PETER

A lire aussi :

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Football