Nous suivre sur

Football

Foot / Ligue 2 – ITW exclusive de Jean Pierre Scouarnec, président de l’USLD

Jean Pierre Scouarnec, le président de l’USLD a répondu à nos questions en exclusivité pour Sport Business Mag. Pour remettre les choses dans leur contexte, le club de football de Dunkerque vient d’accéder à la Ligue 2 pour la première fois depuis plus de 20 ans. Cette promotion est un véritable coup de boost au niveau sportif pour le club, mais aussi au niveau de sa visibilité.

Pourquoi avoir remplacer Claude Robin par Fabien Mercadal ?

On n’a pas remplacé Claude Robin par Fabien Mercadal. Nous n’avons simplement pas trouvé d’accord avec Claude, et étant donné qu’il était en fin de contrat, nous n’avons pas eu d’autre choix que de le remplacer. À Dunkerque l’institution est supérieure à individu, nous avions besoin d’avancer. Il a donc fallu couper court aux discutions. Nous avons examiné plusieurs profils intéressants et Fabien semblait correspondre plus aux attentes. C’était la personne qui correspondait le mieux au club, il le déjà le club.

En quoi Jocelyn Blanchard peut-il vous aider à passer un cap ?

Tout d’abord, je tiens à adresser mes remerciements aux autres acteurs qui sont au club depuis 24 ans et qui ont tout fait pour faire accéder le club en Ligue 2. Ça fait 24 ans que nous sommes amateurs donc il faut passer un cap. Jocelyn a les codes, il connait le monde pro, le pratique. Il peut apporter les règles de conduites pour les mettre en place avec Edwin au sein du club et pour acquérir plus de professionnalisme. Le monde pro est beaucoup plus élitiste. Notre projet est d’associer le monde pro et le monde associatif que connaît Dunkerque. Jocelyn peut nous aider à nous développer.

Au niveau financier, le club a-t-il souffert de la crise du Covid-19 ?

Le club n’a pas vraiment souffert de cette crise, on a des fonds propres. On fera certainement un effort financier pour les abonnés habitués, il y aura une ristourne au prorata des rencontres qu’ils n’ont pas pu voir.

Cette promotion en L2 attire-t-elle de nouveaux partenaires ? Et dans le sens inverse certains partenaires partent-ils ?

Les partenaires sont là depuis le début et ils vont rester c’est clair. Il est vraisemblable que d’autres vont nous rejoindre au vue de la publicité que la Ligue 2 peut offrir. C’est tout autre que celle de la National.

Avec 2 autres clubs pro dans un petit périmètre géographique, le HAND à Dunkerque et le Basket à Gravelines, comment les partenaires réagissent avec cette offre multiple ?

Il n’y a pas de compétition entre les différents clubs, il va falloir être intelligent pour ne pas se tirer la bourre. Il serait intéressant d’offrir pour les 4 clubs plutôt qu’une offre complète. Et pourquoi pas faire un seul club omnisports. On doit faire revenir des clubs dunkerquois dans les élites et faire grandir encore plus les grands clubs qui sont déjà installés en première division ou en seconde division. Dunkerque est une ville vivante, le sport est voué à rassembler la ville et ne pas à la diviser.”

Quel est le budget de fonctionnement du club ?

Il sera d’un peu plus 7 millions, c’est grosso modo un budget d’accédant à la L2, pas de rentrée de sponsors immédiate. On part avec en tête la dotation de la LFP comme si on finissait dernier du classement donc on ne peut avoir que de belles surprises. C’est un budget correct pour nous, on peut largement se maintenir avec ce budget. On souhaite ne jamais être dans les 3 derniers, être serein et ne pas se faire peur. Construire sur le long terme, suivant le classement on peut avoir un budget plus important chaque année.

Le nouveau stade sera-t-il prêt dès le commencement de la saison. Si non, comment comptez-vous faire pour accueillir les spectateurs ?

On aura une seule tribune et une restriction au niveau des loges. On va garder des places pour que les dunkerquois puissent assister aux matchs. Nous espérons avoir le stade dans sa phase complète en 2021/ 2022 et donc pouvoir accueillir plus de monde.

En termes d’infrastructure, le stade est-il la seule nouveauté dans les tuyaux ?

Jocelyn Blanchard, s’organise pour avoir un centre d’entrainement digne de ce nom, on planche aussi pour fonder un centre de formation conséquent. Le club se doit d’en avoir un pour les points de licence club d’abord, mais aussi au niveau financier. Il peut permettre de rester au haut niveau sans dépenser outre mesure, la formation est capitale pour être un grand club. Nous pensons à devenir un club tremplin, la taille des agglomérations définissent le niveau dans lequel on peut évoluer, la Ligue 2 semble parfaite pour Dunkerque et pour ne pas se perdre.

On espère aussi que Boulogne pourra accéder aux barrages et que ce beau derby entre les deux clubs pourra se jouer la saison prochaine en Ligue 2. On s’était dit avec le président de Boulogne après le match aller : “les deux clubs en Ligue 2 l’année prochaine”. Ils méritent de jouer ce barrage. La logique veut que le barrage se joue.

Avec un départ tonitruant au niveau du recrutement, peut-on s’attendre à de nouvelles surprises ?

On n’est jamais à la merci d’une bonne surprise, mais on a déjà une grande partie du recrutement que l’on voulait faire. On essaye d’attirer des joueurs de qualité avec nos moyens, on veut faire du recrutement intelligent et le but c’est de pas se faire peur. Il faut que la spirale soit positive, on va perdre des matchs, on le sait, mais on va essayer d’en gagner les plus possible.

Est-il frustrant de ne pas avoir pu finir la saison, d’être peut-être passé à côté du titre ?

Il n’y a pas de titre décerné cette saison en National, juste un premier et un deuxième. On n’a pas vécu sur le terrain, on n’a pas pu fêter la montée avec le public, les joueurs, le club, c’est vraiment frustrant. Mais on ne va pas bouder notre plaisir, le plus beau des résultats c’est d’y aller.

Comment appréhendez-vous le fait de revenir au niveau professionnel après plus de 20 ans dans l’antichambre des pro ?

On appréhende tranquillement, on arrive sur la pointe des pieds, on a beaucoup structuré le club depuis que je suis arrivé à la présidence pour que la marche soit la plus facile à gravir. Nous allons embaucher, mais le club a déjà beaucoup d’aptitudes d’un club pro depuis quelques années, certains clubs de Ligue 2 ont une structure moindre que la nôtre. On est là pour apprendre, essayer de voir comment tirer son épingle du jeu et faire vibrer les supporters, on a aucune prétention. L’objectif est de se fixer en Ligue 2, égaler le record de longévité de 30 ans du club en Ligue 2 à minima.

Pour finir, un petit mot pour les supporters, futurs supporters et les partenaires ?

On remercie notre partenaire principal qui est la communauté urbaine de Dunkerque, la région, les partenaires, les supporters, Claude Robin, le staff, les joueurs. On a fait une belle saison, merci à tout le monde pour ce que vous nous avez offert, je vous invite à venir directement fin août pour vibrer et voir du spectacle à Tribut. On peut pratiquer du beau jeu avec nos valeurs, ténacité, engagement, courage, ne jamais rein laisser tomber.

 

Baert Tom

À lire également :

Foot – Une vague de recrutement à Dunkerque

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Football