Nous suivre sur

Football

Football/Premier League – La Premier League : paradis du “latéral moderne”

Poste dans l’ombre autrefois, le Latéral occupe aujourd’hui un rôle clé. Le défenseur de couloir se définit, en 2021, comme un joueur technique, adroit avec la vista d’un numéro dix, au point de parfois reléguer les taches défensives au second plan. La Premier League est le “paradis” de ses latéraux plus moderne que jamais. Zoom sur l’évolution d’un poste, dorénavant en pleine lumière.

Le “latéral moderne”, une des nouvelles expressions à la mode du football. Celle pour définir l’arrière latéral qui va, toujours plus, vers l’avant. Une expression qui se confirme et prend de l’épaisseur au fil du temps. Notamment en Premier League. Dans le classement du CIES (observatoire du football), recensant les joueurs avec la plus forte valeur marchande, figure Alexander Arnold, en troisième position. Deux places devant Kylian Mbappé. La valeur du jeune latéral droit des Reds est estimé à 151,6 millions d’euros. Révolu donc cette époque ou l’arrière latéral était le joueur le moins bien côté de l’effectif. Celle où ce dernier était un défenseur central raté ou un ailier pas assez bon techniquement. Le Latéral de 2021 possède des qualités multiples et se veut comme un joueur offensif avec une vraie formation au poste. Il apparait même, peut-être, dorénavant, comme le poste le plus complexe dans sa dimension tactique et technique.

“Il est comme un milieu de terrain qui joue arrière droit”

Cette phrase, prononcée par Jamie Carragher au sujet d’Alexander Arnold, prend tout son sens lorsque l’on observe les statistiques offensives des latéraux de Premier League ces dernières saisons. Digne, Robertson, Chilwell, Creswell tous possèdent un point commun, hormis celui d’être défenseur gauche, ils sont les meilleurs passeurs de leur équipe dans l’exercice actuel de Premier League. Les latéraux évoluant aujourd’hui dans les tops clubs du championnat anglais réalisent en moyenne 7 à 8 passes décisives par saison. Autrefois Gary Neville, Ashley Cole ou autre Lauren figuraient beaucoup moins haut dans ce classement, avec en moyenne 3 à 4 passes par saison. En revanche lorsque l’on compare les données défensives des latéraux de top clubs de maintenant avec ceux d’hier, on observe de meilleures statistiques pour ces arrières “old school” . Plus de duels gagnés environ 5% et 10% en moyenne concernant les tacles réussis.

Un poste en pleine évolution

La menace semble donc avoir changé de camp au sens propre du terme. Les latéraux représentent désormais plus des menaces offensives que défensives. Les transversales de latéral à latéral, les centres abondants de Robertson, les coups de pied arrêtés d’Alexander Arnold et les coups francs de Digne. Autant d’actions qui traduisent l’évolution du niveau technique de ces arrières. Les caractéristiques de ces derniers se rapprochent au fil du temps, d’avantage d’un numéro dix que d’un défenseur central. En observant et comparant les matchs d’aujourd’hui à ceux d’hier, on remarque un positionnement beaucoup plus haut des latéraux. En situation offensive ils représentent une solution supplémentaire dans le jeu.

Guardiola et Klopp artisans d’une modernisation

Que ce soit Klopp ou Guardiola, chacun d’eux redéfinit le poste de latéral à sa manière. D’un côté Klopp utilise ses deux arrières de coté comme des contres attaquants, des machines à centrer. Avec 25 passes décisives à eux deux, la saison dernière, Alexander-Arnold et Robertson apparaissent comme le prototype du latéral moderne. Guardiola lui utilise ses latéraux comme des relayeurs, à l’instar d’un Cancelo qui rentre souvent à l’intérieur du jeu. Gael Clichy, ancien joueur de Manchester City, et passé sous les ordres du coach Catalan entre 2011 et 2017, a déclaré à RMC Sport : “quand on se retrouve en position haute en tant que latéral, on ne peut pas revenir sur l’ailier. Mais si on part d’une position centrale, on peut toujours accompagner l’ailier sur l’extérieur”. Des déclarations qui traduisent bien la façon dont Guardiola voit ses latéraux. En Angleterre, plus qu’ailleurs, le latéral n’en finit plus de se moderniser.

Laurent Lemoine

A lire aussi :

Foot/Bundesliga – Bremen marque 4 fois lors d’un match important à Berlin

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Football