Nous suivre sur

Cyclisme

Gent Wevelgem 2020 : Mads Pedersen lève les bras au sprint devant un bon Florian Sénéchal

Pour sa 82ème édition, les coureurs s’élancent pour un parcours de 232,5 km très copieux et un niveau très élevé. Une course qui s’annonce très ouverte avec deux grands favoris côté belge, Wout van Aert et Mathieu van der Poel, mais d’autres coureurs semblent pouvoir jouer les troubles faits.

Sur le Gand-Wevelgem, plus de la première moitié de course ne comportera aucune difficulté du départ d’Ypres jusqu’au km 130. Il restera alors une centaine de kilomètres et le profil va alors se compliquer avec un premier enchaînement des cinq ascensions du jour à effectuer. Dans cet ordre, il faudra passer par le Scherpenberg (0,7 km à 3,1%), Vidaigneberg (1,2 km à 5,4%), Baneberg (0,3 km à 4,5%), Monteberg (1 km à 5,2%) et Kemmelberg (0,4 km à 7,2%). Une fois cette phase de course achevée, 85 kilomètres environ resteront à parcourir.

La transition ne durera pas très longtemps avant d’aborder trois secteurs pavés se succédant les uns après les autres. Seulement une dizaine de kilomètres plus tard, il faudra passer un deuxième Monteberg et surtout dans la foulée le Kemmelberg. Mais à plus de cinquante kilomètres, ça n’en sera pas fini des difficultés. Pour la deuxième fois de la journée, il faudra franchir à nouveau le Scherpenberg, Vidaigneberg, Baneberg. Et puis, ce sera le moment d’être pour la troisième fois au Kemmelberg. A 35 kilomètres environ de l’arrivée, il s’agira de la dernière difficulté du parcours. Après, la progression vers Wevelgem s’effectuera sur une route plate et à grande vitesse. A voir si un homme seul ou un groupe plus ou moins restreint se disputera le gain de cette classique.

Le profil de l’étape :

Gent-Wevelgem In Flanders Fields WE 2020 | Results

Nos favoris :

*** Wout van Aert, Mathieu van der Poel, Matteo Trentin
** Jasper Stuyven, John Degenkolb,, Alexander Kristoff, Mads Pedersen
* Jasper Philipsen, Florian Sénéchal, Oliver Naesen, Alberto Bettiol, Stefan Küng, Kasper Asgreen

La course :

Le départ fictif est donné à 10h04, le départ réel est prévu à 10h18. Dès le départ réel, certains coureurs tentent leur chance. A noter que cette journée sera ponctuée par le vent et la pluie qui pourraient rendre la course plus difficile.

7 hommes ont réussi à prendre la poudre d’escampette, Mark Cavendish (Barhein), Alexis Gougeard (AG2R), Alexander Konychev (Mitchelton Scott), Leonardo Basso (Ineos), Julien Morice (B&B Hotel), Kenny Molly (Bingoal) et Gilles De Wilde (Sport Vlaanderen).

Astana et Israël Start-up tentent de reprendre l’échappée, les deux équipes n’ont pas réussi à placer un homme à l’avant et tentent de rejoindre l’échappée afin d’y placer un équipier. Mais les hommes de tête ont déjà 50 secondes d’avance. Finalement les deux formations laissent filer l’échappée qui compte maintenant 3 minutes d’avance sur le peloton. L’écart se creuse encore pour atteindre les 5?.

L’équipe belge Deceuninck Quick-Step roule à l’avant du peloton, Ils impriment le tempo. Tim Declercq fait le boulot en tête de peloton et donne le train.

Après 50km de course le rythme imprimé par les coureurs est un bon rythme : 45,7km/h en moyenne. Le rythme est un peu plus élevé que la semaine dernière lors du Liege-Bastogne-Liège qui n’allait pas très vite.

L’écart continue d’augmenter. 6’30 d’avance pour les hommes de tête qui sont toujours en bonne position pour le moment. Nous sommes à 153km de l’arrivée, on approche du virage à gauche en direction de Furnes après lequel le vent soufflera très fort et les bordures seront possibles.

On approche doucement mais sûrement des premières difficultés, l’occasion de voir les coureurs capables de faire des différences.

Un coéquipier de Van Der Poel abandonne. Senne Leysen a été pris dans une chute d’environ 10 coureurs causée par un INEOS Grenadier. L’écart commence à baisser. Il n’y a plus que 5 minutes d’avance pour le groupe de tête. Postlberger abandonne à son tour. Le coéquipier d’Ackermann chez la Bora est lui aussi tombé.

L’échappée peut s’inquiéter. Le peloton donne tout, il est déjà revenu à 3? des hommes de tête à 110 kilomètres de la fin de la course.

Après les Deceuninck ce sont maintenant les Jumbo Visma qui ont pris les devants. Johan Jacobs (Movistar) a attaqué et se rapproche tranquillement de l’échappée qui ne compte plus que 2? d’avance sur le peloton.

Les coureurs abordent les 100 derniers kilomètres, les hommes dans le peloton ralentissent et en profitent pour manger un peu à l’approche des difficultés. Le peloton sous l’impulsion de la formation INEOS roule fort sur les pavés et des coureurs sont en difficultés.

Un groupe avec les principaux favoris vient de se former, l’écrémage s’est fait très rapidement et ils ne sont qu’une quinzaine, nous sommes à 75 kilomètres du dénouement. Ils ne reste plus que 1’30 d’avance pour les fuyards sur le groupe des favoris qui avance vite et certains coureurs sont même à la relance.

Des bordures sont tentées, le rythme accélère et quelques coureurs sont piégés.Van Der Poel tente de revenir en roulant pour le groupe. Daniel Oss et Jasper Philipsen ont chuté et ne sont pas encore repartis. C’est maintenant le belge de la Jumbo Visma Wout van Aert qui roule a vive allure pour empêcher le deuxième groupe de revenir. Stefan Kung et Florian Sénéchal apportent leur soutien au Belge.

Matteo Trantin porte une attaque, il est suivi par Jonas Rickaert le coéquipier de Van Der Poel. Aucun autre favori ne suit pour le moment. Le peloton accélère sous l’impulsion des Jumbo et ils ne sont que 7 à avoir tenu le rythme. Trentin semble fort tout comme Van Aert. Pendant ce temps c’est la fin de l’échappée.

Mis à part Alexander Kristoff et Mark Cavendish, la majorité des sprinters sont lâchés du groupe des favoris. Les échappés du jour sont restés dans le groupe. Zdenk Stybar porte une grosse accélération, il est suivi par 4 coureurs. Ça travaille derrière pour revenir. Avec toutes les accélérations, le groupe éclate et plusieurs mini-groupes se forment.

Dans les 60 derniers kilomètres, un groupe avec 9 coureurs à l’avant se forme. Il est composé de Florian Vermeersch, Gianni Vermeersch, Alexis Gougeard, Matteo Trentin, Sep Vanmarcke, Mike Teunissen, Luke Rowe, Mads Pedersen et Stefan Kung. Ils ont 30 secondes d’avance. Van Aertet et Van Der Poel sont piégés. Ils ont 1’07 de retard sur le groupe de devant qui contient du beau monde.

Enorme tempo du Belge suivi par Van Der Poel. Seul Senechal et Teuns ont pu suivre les deux. Derrière Asgreen et deux autres coureurs ont tenu le choc et vont rentrer. Sous l’impulsion de Wout van Aert, le groupe revient à 30?. Alberto Bettiol et John Degenkoelb sont bien dans le deuxième groupe.

Yves Lampaert fait son retour dans le deuxième groupe. Il y a donc avec Asgreen et Sénéchal 3 belles cartouches pour l’équipe Belge … plus que 20 secondes d’avance pour le groupe des 9 hommes sur le deuxième groupe.

Les hommes de tête ne lâchent rien et ont toujours 25 secondes d’avance. Un troisième groupe est derrière à 1’00 de la tête. Matteo Trentin à l’air dans un très bon jour. Il roule fort et donne confiance à son groupe qui roule à ses côtés.

Le groupe Van Aert-Van Der Poel revient, les deux premiers groupes vont se rejoindre juste avant le Kemel et pourront s’attaquer dans la côte. Trentin et Kung accélèrent fort et se retrouvent seuls en tête.

Stefan Kung est devant, il ne faut pas que les coureurs se regardent derrière car c’est le champion d’Europe du contre-la-montre qui est en tête. Mathieu Van Der Poel perd son seul équipier, Gianni Vermerrsch a chuté et prend donc quelques hectomètres de retard. Il n’y a que 7 secondes d’avance pour l’instant.

Le suisse a été pris au sérieux et il est repris à 26 kilomètres du terme de l’étape. Les favoris ont 1’16 d’avance sur les premiers poursuivants. Dans ce groupe, on compte 15 hommes Vanmarcke, Kung, Pedersen, Teunissen, Trentin, Rowe, Vermeersch, Van der Poel, Senechal, Lampaert, Degenkolb, Van Aert, Asgreen, Teuns, Bettiol.

A 22km de l’arrivée il ne reste aucune difficulté répertoriée. Une petite côte va se placer sur la route des coureurs mais probablement pas assez difficile pour faire des différences.

Tous les relais sont assurés, on collabore bien. On attend encore l’attaque des meilleurs rouleurs comme Kung ou Luke Rowe. Alberto Bettiol tente sa chance, il est suivi par Trentin qui fait le boulot pour ne pas le laisser partir.

Dylan Teuns et Rowe sont piéges et se retrouvent à un deuxième échelon avec déjà 15” de retard. Parmi les coureurs restants Van Aert, Degenkoelb et Trentin sont les plus rapides mais attention aux différentes attaques qui risquent de dynamiter la course.

Les dix derniers kilomètres sont franchis, 9 coureurs sont à l’avant, Sénéchal, Bettiol, Lampaert, Van Der Poel, Van Aert, Pedersen, Trentin, Degenkoelb et Kung. Le vainqueur est dans ce groupe. 6,5 kilomètres, on se rapproche du dénouement et personne ne tente un coup.  4,5km, attaque d’Alberto Bettiol mais il est bien suivi par Van Aert qui roule fort et prend quelques mètres d’avance.

Kung, Van Aert, Bettiol et Sénéchal se détachent et les coureurs roulent à fond derrière, nous avons passé la banderole annonçant 3 kilomètres. Mathieu Van der Poel est obligé de faire l’effort, il ramène le groupe sur les 4 coureurs à l’avant. Attaque de Trentin, Bettiol et Sénéchal.

L’ancien champion du monde, Mads Pedersen est revenu sur le groupe alors que Van Der Poel et Van Aert se sont regardés. Le vainqueur se trouve dans le groupe Senechal, Trentin, Bettiol et Pedersen ! Le vainqueur sera l’un d’eux.

Le danois s’impose au sprint devant le français Florian Sénéchal qui prend une belle deuxième place. Trentin et Bettiol sont derrière. Les grands favoris Van der Poel et Van Aert se sont fait piéger et sont les grand perdants du jour.

Top 10 de l’étape :

Théo Carlu

A lire aussi :

Paris-Tours : Casper Pedersen gagne la plus belle course de sa carrière devant Benoît Cosnefroy

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Cyclisme