Nous suivre sur

Breaking News

Giro – étape 12: Jhonatan Narvaez entre les gouttes, les favoris se neutralisent

Une nouvelle fois, les conditions climatiques n’ont pas été favorables puisque la pluie et le vent ont accompagné les coureurs tout au long de la journée. Un temps qui a refroidi les envies d’attaques des favoris, mais qui a réussi à Jhonatan Narvaez (INEOS Grenadier), vainqueur de cette douzième étape

Une configuration traditionnelle

La boucle de 200 kilomètres autour de Cesenato sur cette 12ème étape du Tour d’Italie offrait un véritable parcours de montagnes russes avec une succession de courtes montées et de courtes descentes, un terrain de jeu idéal pour les baroudeurs et pour les leaders voulant faire un gros coup au général.

Comme prévu un groupe d’échappée très conséquent de 14 coureurs prend rapidement le large avec un écart avoisinant les 10 minutes d’avance sur le peloton emmené par la formation Deceuninck Quick Step. Dans ce groupe de baroudeurs nous retrouvons de redoutables coursiers affamés de victoires à l’image de Jhonatan Narvaez (INEOS Grenadier), Simon Clarke (Education First), Cesare Benedetti (Bora-Hansgrohe), Simon Pellaud (Androni Giocattoli), Victor Campanearts (NTT) ou encore le Français François Bidard (AG2R). Si l’entente est bonne dans l’échappée, le peloton réagit à 120 kilomètres de l’arrivée sous l’impulsion de l’équipe NTT de Domenico Pozzovivo, impressionnant depuis le départ de Sicile qui veut durcir la course pour déstabiliser le leader de la course Joao Almeida (Deceuninck Quick Step).

 

La course s’emballe de loin

L’action de l’équipe NTT a pour effet de mettre sous pression l’échappée qui voit son avance diminuer à grand pas et se divise à de multiples reprises. Le groupe s’amoindrit au fil des kilomètres. Dans le peloton le train infernal de l’équipe sud-africaine permet de faire la sélection et crée de nombreuses cassures dans les descentes humides du parcours. Dans la plus longue ascension du jour, la Madona di Pugliano (9,1kms à 5,9%), l’équipe NTT continue une lessive incroyable. Au sommet, l’écart a chuté à 4’30 avec un groupe d’échappés réduit à 7 alors que le groupe des favoris n’est fort que de 20 unités. Un grand nombre de coureurs est déjà passé à la trappe comme Ilnur Zakarin (CCC) ou Aurélien Paret-Peintre (AG2R).

Alors que plusieurs favoris du général semblent souffrir du froid en tête de course, Mark Padun (Bahrain McLaren) et Jhonatan Narvaez (INEOS Grenadier) veulent se réchauffer et partent dans une chevauchée de 50 kilomètres pour tenter d’éviter le retour du peloton. Cette stratégie semble fonctionner puisque les relais appuyés de chacun permettent au duo de reprendre 6’50 d’avance alors qu’il ne reste que 30 kilomètres. Après avoir usé son équipe toute la journée, tout le monde s’attendait à une offensive de Domenico Pozzovivo dans la dernière ascension du jour. Malheureusement, au moment de placer son attaque, l’italien ne semble plus avoir assez d’énergie pour faire plus de dégats. Sans doute frigorifié par ces conditions météorologiques dantesques, personne n’est en mesure d’accélérer et l’équipe Deceuninck Quick Step reprend la barre du peloton. L’équipe du leader semble très solide avec pas moins de 3 équipiers autour du maillot rose sur un groupe de 20 coureurs ! Ce collectif fort empêche tout attaque et emmène tout ce beau monde tranquillement vers l’arrivée.

La seule bataille qu’il nous reste, concerne celle pour la victoire d’étape entre Jhonatan Narvaez et Marc Padun. Malheureusement, un élément externe vient perturber ce combat puisque le coureur ukrainien est victime d’une crevaison à une vingtaine de kilomètres de la ligne. L’Equatorien prend donc un matelas confortable de 30 secondes facilement et tente de préserver cette avance. Malgré tous ses efforts, le coureur de l’équipe Bahrain Merida ne parvient pas à retrouver la tête de course et laisse son ancien compagnon d’échappée s’offrir la victoire d’étape. Après la victoire finale l’an dernier de Richard Carapaz (ex-Movistar) et la victoire d’étape cette année de Jonathan Caicedo, le Giro sourit décidément aux coureurs équatoriens.

 

 

Classement de l’étape:

Classement général:

Axel Lhote

A lire aussi:

Thibaut Pinot présent sur la Vuelta

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

Cyclisme

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Breaking News