Nous suivre sur

Cyclisme

GP La Marseillaise – Aurélien Paret-Peintre fait parler sa puissance face à Boudat et Coquard

La première course de la saison en France se déroule aujourd’hui à l’occasion du Grand Prix La Marseillaise qui profite de l’annulation de nombreuses autres courses en Europe pour faire le plein. Qui succédera à Benoit Cosnefroy, absent aujourd’hui suite à des problèmes aux genoux ? Avec un plateau relevé, l’épreuve la plus compliquée de la coupe de France devrait nous offrir du grand spectacle.

L’échappée se compose rapidement

Dès les premiers kilomètres de la course, certains coureurs passent à l’offensive et forment rapidement l’échappée du jour. Morne Van Niekerk (St-Michel-Auber 93), Jon Barrenetxea (Caja Rural-Seguros RGA), Kenny Molly (Bingoal-WB) et Vojtech Repa (Equipo Kern Pharma) s’isolent en tête. Ils sont rejoints quelques kilomètres plus tard par Jens Reynders (Sport Vlaanderen-Baloise) et Eliot Lietbaer (B&B Hôtels p/b KTM). Le peloton les laisse filer après le Col des Termes avec 5’10” d’avance après seulement 35 kilomètres de course. Le peloton reprend rapidement les commandes de la course en diminuant l’écart autour des 3 minutes après 50 kilomètres de courses. L’échappée entame l’ascension du Petit-Galibier (7,6km à 3,4%), au sommet Jon Barrenetxea passe en tête du premier classement de la montagne devant Vojtech Repa et Morne Van Niekerk.

Dans la descente, Jon Barrenetxea part à la faute et tombe. Le coureur de Caja-Rural parvient rapidement à repartir sur son vélo et retrouve ses camarades d’échappée. La tête de la course compte toujours 3 minutes d’avance à la mi-course face à un peloton emmené par Total Direct Energie, UAE Team Emirates et Lotto Soudal. Dans le Col de l’Espigoulier, Jon Barrenetxea passe en tête devant Vojtech Repa et Eliot Lietaer alors que l’avance de l’échappée baisse autour de 2 minutes. UAE Team Emirates affirme son statut de favori en prenant les commandes du peloton, ce qui semble être de bon augure pour Matteo Trentin. L’écart descend logiquement à 1’30” sous l’impulsion du peloton.

La course entre dans sa meilleure partie

Le peloton arrive à toute allure sur les hommes de tête alors que la Groupama-FDJ fait son apparition en tête de la course pour Alexis Brunel. Ils n’ont plus que 46 secondes d’avance à 48 kilomètres de l’arrivée. Total Direct Energie est toujours bien présent dans le peloton en chasse des hommes de tête qui seront repris probablement avant la Route des Crêtes. Les échappés sont repris à 34 kilomètres de l’arrivée après avoir passé une grande partie de la journée à l’avant de la course. Dans le peloton, ça roule très fort alors qu’il reste quelques kilomètres avant la route des crêtes. Une partie du peloton se trompe de route à l’entrée d’une ville, mais la plupart parviennent à rapidement rentrer dans les voitures. La course aborde maintenant la route des Crêtes, principale difficulté du jour et les attaques s’enchaînent à l’avant du peloton. Trois coureurs parviennent à s’isoler, mais c’est bien Tim Wellens qui lance l’attaque la plus tranchante à 23,5 kilomètres de l’arrivée.

Le Belge, leader de la formation Lotto-Soudal, est rejoint par Simon Carr pour EF alors que le peloton les garde en ligne de mire. Les deux hommes sont finalement repris et c’est Jesus Herrada qui place à son tour son attaque, suivi par Calmejane et Latour, qui basculent dans la descente avec une dizaine de seconde d’avance. Les fuyards sont repris par un groupe de contre de 16 coureurs. Lilian Calmejane est intenable et enchaîne les attaques dans la descente, en vain. Benjamin Thomas tente à son tour sa chance, mais est bien suivi par ses adversaires. Dans le groupe de tête, on annonce que Bryan Coquard ou encore Matteo Trentin sont encore présents en cas d’arrivée au sprint. AG2R Citroën Team fait le spectacle avec des attaques répétées alors qu’il ne reste plus que 13 kilomètres avant l’arrivée.

Un final explosif

Les coureurs sont disposés un peu partout sur la route de ce GP la Marseillaise édition 2021 et les attaques s’enchaînent encore. Le final semble indécis même si Aurélien Paret-Peintre semble être en forme alors que Coquard est toujours présent à l’avant de la course comme Trentin et Gibbons qui ont les meilleures pointes de vitesse. Le vent fait exploser la tête de la course et 4 hommes se retrouvent isolés à l’avant. Thomas, Carr, Kron et Eiking tentent leurs chances face aux formations en surnombre qui possèdent 20 secondes de retard à 14 kilomètres de l’arrivée. Finalement, Arkéa-Samsic, Total Direct Energie et B&B Hôtels réussissent à réduire petit à petit l’écart avec le quatuor de tête.

Les fuyards sont repris à 11 kilomètres du final, mais Kron, Carr et Eiking parviennent à attaquer une nouvelle fois avant d’être finalement avalés par le train B&B. On semble se diriger vers une arrivée au sprint en petit comité si l’équipe bretonne parvient à museler la course. L’avenue du Stade Vélodrome attend l’arrivée des coureurs d’ici quelques instants puisqu’il reste 7 kilomètres de descente à parcourir. Les puncheurs semblent résolus à perdre aujourd’hui face aux sprinters restant dans le peloton. Les coureurs entrent donc dans les rues de Marseille pour les 4 derniers kilomètres.

Aurélien Paret-Peintre tente le tout pour le tout, mais ne peut rien faire face au train des Men in Glaz alors que Trentin reste bien placé dans la roue de Coquard. C’est Quentin Pacher qui emmène à 1,5 kilomètres de la ligne. Matteo Trentin poursuit son effort avec Coquard dans la roue alors que Thomas Boudat et Aurélien Paret-Peintre réalisent un sprint exceptionnel et la victoire se joue à la photo finish sur la ligne d’arrivée. C’est bien le jeune de la formation AG2R Citroën Team qui remporte la victoire au sprint devant Thomas Boudat et Bryan Coquard. Le jeune grimpeur de 24 ans mérite amplement sa victoire après avoir animé la fin de course et s’impose devant les sprinters.

Le sprint final

Le classement

Dorian Parisse

À lire aussi :

Cyclo-cross – Chpts du monde U23 F: Fem Van Empel succède à Marion Norbert Riberolle

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Cyclisme