Nous suivre sur

Cyclisme

Milan San Remo

  • laurent clippe
294 Kms de course, 220 kms sous la pluie. Milan-San Remo, épreuve la plus longue du calendrier UCI comme à son habitude n’a pas épargné la fraicheur des coureurs tout au long de cette journée de course.

La première des 5 grandes classiques de la saison est en effet réputée pour être une course à l’usure où seuls les sprinteurs et puncheurs les plus endurants ont les capacités pour pouvoir prétendre à lever les bras sur la ligne d’arrivée, mais cette année Vincezo Nibali en a décidé autrement.
Lancé le 17 mars 2018 aux alentours de 10h, la 100e édition de la Primavera a débuté par 220 kms sous les averses. C’est une échappée de 9 coureurs qui a animé seule la course avant l’apparition des premiers rayons de soleil qui ont lancé comme un second départ sur cette classique. À partir de 80 kms de l’arrivée le peloton décide enfin de mettre en route et de rentrer sur l’échappée. Mais il faut comme tous les ans attendre la fin de course pour voir apparaître les premiers capos*, même si la première difficulté se trouve à 40 kms de l’arrivée Milan-San Remo est tout sauf une course facile. Les coureurs les moins préparés ont souvent du mal à encaisser les 300 kms de la plus longue classique au monde à tel point que cette année aucun coureur n’a tenté d’attaquer dans la fameuse montée de la Cipressa à 20 Kms de l’arrivée.
C’est donc dans le Poggio que les favoris devaient faire la différence pour passer la ligne d’arrivée en tête. Alors que le Poggio est généralement favorable aux puncheurs et aux quelques sprinters qui parviennent à rester au contact dans la montée, c’est un grimpeur italien spécialiste des courses par étapes qui est parvenu à tirer son épingle du jeu, dans le dernier capo. Vincezo Nibali la superstar du cyclisme italien a su prendre une avance de 10 secondes avant de basculer sur la descente, avance suffisante pour un coureur réputé pour être le meilleur descendeur. Il passe finalement la ligne d’arrivée en tête avec seulement quelques mètres d’avance sur Caleb Ewan. Le champion de France Arnaud Démare termine troisième.
Capo : le capo en cyclisme est une montée courte est raide, caractéristiques des routes italiennes.

Clément Dumont

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Cyclisme