Nous suivre sur

Football

Où en est la polémique de l’homophobie dans les stades de foot ?

Notre début de championnat est marqué par de nombreuses interruptions de rencontres pour des banderoles et des chants jugés homophobe.

Rappel des faits, née de l’indignation de la ministre des sports suite au match PSG/OM, la ministre présente au stade ce soir là a jugé « inadmissible » les chants du Parc des princes.

Animosité

Depuis la polémique du moment n’en finit plus d’enfler. Dernier événement en date la déclaration du Président de la Fédération française de football Noël Le Graët, qui déclara sur Franceinfo « L’arrêt des matches ne m’intéresse pas. C’est une erreur. J’arrêterais un match pour des cris racistes, j’arrêterais un match pour une bagarre, des incidents s’il y a un danger dans les tribunes » . Une déclaration qui confirme ses propos quelques jours auparavant dans un entretien donné à Ouest-France.« Pour être clair, je trouve qu’on arrête trop de matches. Cela fait plaisir à certains ministres, mais moi, ça me gêne. (…) On a l’impression que, tout à coup, tous les stades sont devenus des lieux homophobes. Je conteste avec véhémence cette image qu’on donne de nous. »

La réponse de la principale concernée Roxana Maracineanu, ministre des sports, ne se fait pas attendre “La position qu’a pris Noël Le Graët en faisant la différenciation entre homophobie et racisme est erronée.” Ironie du sort après ses déclarations la ministre des sports et Noël Le Graët se sont retrouvés cote à cote au stade de France pour assister au match France Andorre (3-0), la fermeté sur leurs visages lors de la rencontre résume parfaitement la situation.

Macron en arbitre  

Emmanuel Macron a appelé, mardi, au « discernement » concernant l’homophobie dans le football, et souhaitant que « tout le monde travaille ensemble » sans « fausses polémiques ».  

Événement ce mercredi soir Roxana Maracineanu et Noël Le Graët ont publié un communiqué en commun visant à calmer le jeu . « La ministre des sports et le président de la FFF partagent le principe d’une action qui doit être aussi résolue qu’adaptée et pragmatique en cas d’injures ou de propos discriminatoires et font confiance au discernement des arbitres et des commissions de discipline », peut-on y lire.

Et les supporters dans tout ça ?

Principales concernées dans cette histoire les supporters peinent à faire entendre leurs voix. Invités sur différents plateaux de télévisions, le stade reste pour eux leur  seul moyen d’exprimer leur incompréhension. On a donc eu le droit à une déferlante de banderoles dans tous les stades de ligue 1 .

À Nantes, à Lyon, ou encore à Metz  plusieurs banderoles étaient de sortie avec pour argument l’hypocrisie des politiques et des instances concernant le soutien de la France au Qatar. La « Brigade Loire » notamment “Nous faire la leçon sur la prétendue homophobie de nos tribunes après être allé promouvoir le sport français au Qatar? Vous nous prenez vraiment pour des cons.”

À l’approche de la cinquième journée de championnat le torchon brûle entre certains supporters et les politiques.

Que va t-il se passer ce week end ?

 

Hocine Rahmoune.

 

À lire aussi: Mais que fait la sécurité !!?

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Football