Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Nous suivre sur

Basketball

Portrait de légende : John Stockton, l’homme aux 15 806 réalisations et meilleur passeur de l’histoire

John Houston Stockton est né le 26 mars 1962 à Spokane dans l’état de Washington. Il découvre le basket pendant sa jeunesse, sport pour lequel il éprouve une passion grandissante malgré sa taille. 

Sa carrière universitaire

Le jeune Stockton, alors encore étudiant, étudie plusieurs offres de différentes universités, comme les Vandals de l’Idaho ou encore les Grizzlies du Montana. Il finira par trancher en s’engageant auprès de l’université du Gonzaga, qui est plus proche de chez lui. Il suivra le sillage de son grand père, Hust Stockton considéré comme l’un des meilleurs joueurs de football américain des années 1920. 

Chaque année est signe de progression pour John, il ira jusqu’à être : meilleur marqueur, passeur et intercepteur de la West Coast Athletic lors de sa dernière année. Il sortira de l’université en établissant des nouveaux records en termes de passes décisives et d’interceptions. Cela donne un bon aperçu de l’impact qu’il va avoir par la suite dans la Grande Ligue.

John Stockton, fort de ces statistiques impressionnantes en université, participe aux sélections pour l’équipe nationale américaine dans l’optique de jouer les JO de Los Angeles en 1984. Il sera retenu dans les 20 meilleurs joueurs du camp avant de se faire éliminer dans les derniers aux cotés notamment d’un certain Charles Barkley. Cependant, cet événement est un mal pour un bien. Cela lui a permis de montrer son talent aux recruteurs de la NBA. 

Le saut dans le grand bain 

John est drafté en seizième position du premier tour de la Draft 1984 par le Jazz de Utah. Cette sélection est une grande surprise pour les fans de la franchise car ce joueur n’est pas connu dans l’Utah. Lui même surpris, Stockton s’est même renseigné sur le fait de jouer en Europe sachant qu’il ne pensait pas avoir sa chance en NBA. 

Très pessimiste quant à son avenir dans la Grande Ligue, il économise ses premières paies de peur de devoir jouer en Europe. Cependant, il fait son travail de second meneur de la franchise, derrière Rickey Green, le joueur All Star de l’équipe. Mais à la surprise générale, Stockton progresse de match en match et apprend de Rickey.

L’année suivante, c’est un certain Karl Malone qui rejoint le Jazz. Continuant sa progression, Stockton se retrouve à temps de jeu égal avec le premier meneur, jusqu’à prendre sa place de titulaire lors de la quatrième saison. 

Le tournant de sa carrière 

Suite à cette promotion en tant que titulaire, John Stockton et Karl Malone deviennent le nouveau duo à suivre. John de son coté un excellent passeur et un excellent tireur (quatrième meilleur pourcentage de la ligue), et de l’autre côté, Karl, puissant défensivement et offensivement, est l’un des meilleur scoreur et rebondeur de la ligue. Ajoutez à cela le pick and roll, cela vous donne l’une meilleure association de l’époque. Cela le mènera vers sa première participation au All Star Game.

Les saisons passent et les deux compères marchent sur les autres équipes, mais échouent en Playoffs à cause d’un manque cruel de profondeur de banc.

La Dream Team de 1992

Lors des Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, John est présent accompagné de son acolyte de club Karl Malone, de Michael Jordan, de Larry Bird et toutes les autres légendes. Ils écraseront toute la concurrence avec une facilité déconcertante avant d’obtenir sans surprise la médaille d’or pour les USA. 

L’histoire s’écrit

Les années 1995, 1996, 1997 et 1998 sont quatre années très représentatives de la carrière de John, c’est ici qu’il a forgé sa légende. 

En 1995, il détrône Magic Johnson et devient le meilleur passeur de l’histoire de la NBA. 

En 1996, il devient le plus grand intercepteur de l’histoire et participe de nouveau aux JO pour remporter une nouvelle médaille d’or. 

Enfin, il sera double finaliste NBA en 1997 et 1998. 

Lors des finales de conférences de 1997, le Jazz joue une carte importante lors du sixième match contre les Houston Rockets. John Stockton réalisera une excellente prestation avec 25 points (dont neuf points à la fin du match) et 13 passes. Il emmènera son équipe en finale en inscrivant un incroyable tir au buzzer. 

Les Bulls de Michael Jordan sont eux aussi en finale. Champions en titre, ils ne laissent aucune chance à leurs adversaires qui ne parviendront pas à les battre. 

Cependant, Stockton aura brillé lors de ces finales NBA et plus particulièrement pendant le Match 4. Au cours des dernières minutes du quatrième quart-temps, John marque un trois points qui se révélera décisif. Il intercepte un ballon de Jordan, inscrit plusieurs lancers francs et enfin il lâchera une magnifique passe en direction de Karl Malone pour assurer la victoire. 

L’année suivante, le scénario se répète et les Bulls sortent une nouvelle fois vainqueur de ce duel. 

En 2003, John Stockton décide de prendre sa retraite après 19 saisons passées au sein du Jazz. Il détient un nombre de records impressionnant, notamment en termes de matchs joués, il aura fait un total de 17 saisons sans louper un seul match. Les match manqués des autres saisons le seront pour cause de blessure. 

Un palmarès impressionnant 

  • Hall of Fame en 2009
  • Meilleur intercepteur de l’histoire (3265 réalisations)
  • Meilleur passeur de l’histoire (15 806 réalisations)
  • 2 titres champions de conférence
  • 10 sélections au All Star Game

John Stockton ne gagnera jamais un titre de sa carrière, cependant c’est un joueur exceptionnel. Souvent moqué pour son gabarit de monsieur tout le monde, il était physique sur le terrain, fidèle à son équipe malgré des débuts tumultueux, ce qui lui a permis d’écrire sa légende. Il aura marqué à jamais l’équipe du Jazz et ses prestations resteront longtemps dans l’esprit des habitants de Utah. 

Petite anecdote, son fils Michael est lui aussi basketteur professionnel, il évolue en Jeep Elite dans l’équipe de Cholet.

A bientôt pour un prochain portrait de légende.

Valentin DUBOIS

A lire aussi le portrait de son acolyte Karl Malone :

Portrait de Légende : Karl Malone, le joueur le plus puissant de la NBA

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Basketball