Nous suivre sur

Sport de combat

Road to Tokyo 2020 : Le Karaté (2/3)

  • laurent clippe
Après un travail de scouting acharné, nous vous avons dégoté les 8 potentiels médaillés d’or pour Tokyo 2020 :

 
Kumite Féminin -53 kg
Pour cette catégorie, un nom est ressorti de nos papiers : Miho Miyahara. La jeune japonaise de 21 ans a une carrière qui semble tout droit sortie d’un manga. Dans les catégories juniors et cadets, la karatéka nippone progresse petit à petit mais échoue toujours soit au porte de la finale soit à la finale des championnats du monde. La japonaise se heurte, ensuite, au niveau des karatékas dans la Karaté1 Premier League et échoue constamment au premier et au deuxième tour. Cela jusqu’au WKF World Championship 2016 en Autriche où la guerrière nippone élimine les meilleures karatékas du monde dans sa catégorie et a commencé à rêver d’une première médaille d’or en Senior. Cependant Miho ne faisait office que d’une piètre challengeuse pour l’excellente française Alexandra Recchia qui a rétabli la logique en finale de ce championnat du monde. Cette défaite a très certainement boosté la karatéka nippone qui remportera 3 médailles d’or et une médaille d’argent sur les 4 tournois qui ont suivis. Un peu plus d’un an après le WKF World Championship 2016, Miho, qui n’a connu qu’une seule fois la défaite depuis, va prendre sa revanche en finale du Tournoi de Paris en Karaté1 Premier League face à Alexandra Recchia, et ainsi remporté une 4ème médaille d’or en Sénior.
 
Kumite Féminin -60kg

Parce que nous aimons les belles histoires, nous avons choisi l’égyptienne de 23 ans, Giana Farouk Lofty. Cette karatéka fait partie de ces légendes qu’on se doit de raconter aux jeunes karatékas d’aujourd’hui avant qu’ils ne s’endorment. Cette histoire raconte le parcours d’une jeune fille égyptienne de 6 ans qui en allant à son entraînement de natation, a assisté par pur hasard à un exercice de karaté dans le gymnase d’à côté. Elle en profitera pour faire son initiation et malgré son corps chétif et d’une force en-deçà de la moyenne, elle se découvrit une passion pour le karaté. Au tout début, elle vivra un véritable calvaire à cause des mêmes raisons cités précédemment qui l’inhibait dans sa progression. Son entraîneur de l’époque, quand elle était au club Ahli, lui a fait comprendre que la force n’était pas nécessaire pour devenir une championne de karaté, il lui fallait se concentrer sur l’intelligence et la vitesse. 5 ans plus tard elle remportera son premier titre d’Égypte de Karaté des moins de 12 ans. Elle sera la plus jeune karatéka à intégrer la section juniors de l’équipe d’Égypte de Karaté à 15 ans. Après avoir gagné les Championnats du monde -18 ans et -21 ans, l’égyptienne sera invaincu pendant près de 23 mois entre les WKF World Championship 2014 et les WKF World Championship 2016. Cette série lui permet de devenir la plus jeune karatéka à occuper la 1ère place du classement WKF, on la surnommera alors “la légende”. À cause du Ministère des sports égyptiens, qui a refusé de reverser l’intégralité des 90 000 Livres égyptiennes dû à chaque champion du monde de karaté, et afin de finir ses études de pharmaceutique dans l’une des meilleures écoles d’Égypte, la jeune pharaonne a dû s’écarter des tatamis pendant plus d’un an. Elle est revenue, armée de son diplôme, pour le Tournoi de Paris en Karaté1 Premier League, le 26 janvier 2018, pour une élimination au 3ème tour, ce qui constitue sa première défaite en compétition depuis le 5 novembre 2014.
 
Kumite Féminin +60kg

 
Ce sera également une karatéka nippone en la personne de Ayumi Uekusa. Pas grand chose à dire, tant son bilan est époustouflant : Championne du monde en titre, la japonaise de 25 ans a disputé au total 19 tournois pour 18 médailles (9 en Or, 5 en Argent et 4 en Bronze). Le Tournoi de Paris pour la Karaté1 Premier League en Janvier dernier est le seul et unique tournoi à l’issue duquel Ayumi n’est pas repartie avec une médaille.
Kata Féminin
Encore un espoir de médaille pour les japonais avec la double championne du monde en titre de Kata, Kiyou Shimizu. La guerrière nippone de 24 ans a remporté 13 médailles d’or sur les 14 tournois disputés depuis le début de sa carrière. Elle a été invaincu pendant 5 ans et 5 mois sur la période d’Octobre 2011 à Mars 2017. Il ne fait aucun doute que la japonaise est la personne à éliminer pour obtenir la médaille d’or.
 
Kumite Masculin -68kg
Au sein de cette catégorie, notre regard se pose sur Amir Mehdizadeh, Iranien expérimenté de 28 ans. L’actuel double champion du monde et champion du monde en titre avait connu des débuts tonitruants en remportant 3 de ses 5 premiers tournois de Karaté1 Premier League. Il obtenait ainsi sa toute première médaille d’or pour sa première compétition avec les séniors en 2011 lors du Tournoi de Paris. Aujourd’hui, en plus d’une médaille de bronze lors du championnat du monde en 2014, le karatéka Iranien est également double champion continental en titre.
 
Kumite Masculin -78kg

S’il remportait la médaille d’or au cours des prochains JO, le karatéka azéri de 32 ans, champion du monde en titre, Rafael Aghayev, n’en serait pas à son premier fait d’armes, loin de là. Le guerrier azéri est passé, au fil de sa carrière, par 4 catégories différentes : -60 kg, -65kg, -70kg et -75kg. Il fait d’ailleurs partis des seuls karatékas à avoir remporté une médaille d’or dans quatre catégories différentes. Depuis ses débuts chez les séniors, Rafael a remporté 23 de ses 39 tournois disputés soit près de 59% de médailles d’or et 85% de médailles lors de ces tournois.
 
Kumite Masculin +78kg

L’Iran pourra prétendre près de deux médailles dans la discipline nippone avec, pour cette catégorie, l’Iranien de 25 ans, Sajad Ganjzadeh. Champion du monde en titre également, le karatéka iranien avait échoué en finale lors de l’édition précédente en 2014. Il culmine, aujourd’hui, au sommet du classement WKF grâce notamment à ses victoires lors des tournois de Dubai en mars 2017 et de Paris en janvier 2018.
 
Kata Masculin
Impossible de se tromper, et non, nous ne choisissons pas volontairement et facilement les champions du monde en titre, mais comment faire autrement avec l’invincible Ryo Kiyuna. Le karatéka nippon de 27 ans, a remporté toutes ses compétitions depuis le 18 octobre 2013 précisément, soit 4 ans et 3 mois d’invincibilité. Le double champion du monde et continental en titre n’a jamais connu pire que ses médailles de bronze obtenu lors de son premier tournoi en sénior et lors de son premier championnat du monde.
Voici sa prestation lors du Tournoi de Paris de l’année passé : https://www.youtube.com/watch?v=NjgrZxrxxFU
 
Tristan Delautre

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Sport de combat