Nous suivre sur

ATP

Tennis/Coupe Davis – La Russie, cette armada effrayante

Demi-finaliste en 2019, la Russie fait office de favori de la Coupe Davis. Emmenée par un Daniil Medvedev en feu, elle possède un effectif de très haut niveau, particulièrement homogène, avec trois membres du top 20 mondial, ce qui en fait la sélection la mieux armée pour décrocher le titre.

La Russie, autrement dit Russian Tennis Fédération (RTF), joue son premier match de poules de Coupe Davis face à l’Equateur ce samedi (16 h). Une compétition qu’elle aborde en grande favorite. Avec trois joueurs dans le top 20 dont deux dans le top 10, le sélectionneur de la Russie, Shamil Tarpishev, capitaine depuis 1973, n’a jamais disposé d’un tel « matériel » à disposition.  D’autant qu’en indoor, son équipe sera encore plus efficace. Les hommes voudront s’inspirer de leurs homologues féminines, lauréates de la Billie Jean King Cup (ex Fed Cup), il y a trois semaines, mais aussi des jeunes russes qui ont remporté la Coupe Davis junior en octobre dernier. « Nous sommes dans les meilleures années du tennis russe », s’est enthousiasmé Khachanov.

La locomotive Medvedev

Dans cette sélection russe, un homme fait figure de patron, Daniil Medvedev. Le deuxième joueur mondial a réalisé une saison exceptionnelle, sans trou d’air. Vainqueur de quatre titres cette saison, il possède un bilan élogieux de 58 victoires pour 13 défaites. Surtout, il termine la saison en boulet de canon. Son premier titre en Grand Chelem, à l’US Open face à Novak Djokovic en septembre, l’a fait passer dans une autre dimension. Il a ensuite enchaîné avec une finale au Rolex Paris-Masters, défait cette fois par le Serbe, puis une autre finale au Masters à Turin la semaine dernière, perdue contre Zverev.

Medvedev s’est livré en conférence de presse :  « C’est le dernier tournoi de la saison et c’est un tournoi spécial. Évidemment, je mentirais si je vous disais que je ne suis pas épuisé, j’essaye toujours de faire de mon mieux… Jusqu’à présent, je n’ai eu qu’une seule séance d’entraînement mais je viens de réaliser de bonnes performances à Paris et à Turin et je suis impatient de donner le meilleur pour aider l’équipe. Chaque point va compter ».

Un collectif très homogène

Derrière l’impressionnant Medvedev, le sélectionneur Shamil Tarpishev devrait logiquement aligner Andrey Rublev, son deuxième meilleur atout. Le Moscovite de 24 ans aurait largement une place de numéro 1 au sein de plusieurs autres nations engagées. Installé dans le top 10, 6e joueur mondial actuellement, son meilleur classement en carrière, Andrey Rublev est un joueur très complet. Cette saison, il a atteint deux demi-finales en Masters, une à Monte-Carlo sur terre battue et une à Cincinnati sur dur. Il est en confiance dans son tennis. Grand timide, il s’exprime peu dans les médias mais sur le terrain, il est un joueur brutal, qui martyrise la balle. Le numéro 6 mondial sait se transcender pour sa nation. En 2019, il en était le héros dans un match épique en quarts de finale de Coupe Davis contre la Serbie de Djokovic. Vainqueur de son simple contre Krajinovic, Rublev était associé à Khachanov dans le double décisif contre Djokovic et Troicki avec une victoire à la clé pour les Russes à la Caja Majica de Madrid.

Le troisième de cette équipe russe est la révélation de l’année sur le circuit ATP. Méconnu du grand public avant le confinement, Aslan Karatsev, 28 ans qui a littéralement explosé en début de saison, lui qui est aujourd’hui 18e mondial. Le Russe, au physique imposant a brillé de mille feux lors de l’Open d’Australie, où il atteint les demi-finales à la surprise générale, seulement battu par le maître des lieux, Novak Djokovic. En plus deux titres, à Dubaï (ATP 500) et Moscou (ATP 250) ainsi qu’une finale au Serbian Open, il s’est octroyé l’argent en double mixte avec Elena Vesnina au JO de Tokyo. 115e mondial au début de la saison, Karatsev a fait un bond surréaliste pour entrer dans le top 20 mondial (18e). Il va connaître sa première sélection en Coupe Davis, et sera en rotation derrière Medvedev et Rublev.

Lui n’a que très peu de chances, Karen Khachanov sera à Madrid en tant que remplaçant et quatrième joueur. Un statut surprenant puisqu’avec son classement (30e mondial), il sera parmi les deux premiers joueurs de 12 des 18 nations engagées cette année. Lui qui était le leader de cette même sélection en 2019. Preuve de la puissance russe. Vainqueur de Paris-Bercy en 2018, il a vécu une saison compliquée pour lui et ne parvient pas à retrouver à son niveau qui lui avait permis d’atteindre la 8e place mondiale mais il fera du collectif une priorité.

Seul petit problème

Cette équipe russe ne possède pas de paire de double réputée, à l’image de Mahut et Herbert côté français. Une faille qui pourrait être préjudiciable contre les autres grosses nations comme l’Espagne, la Serbie ou l’Italie. Mais qui devrait être compensée par les deux joueurs de simple, Medvedev et Rublev, capables de ramener deux points contre n’importe quel adversaire. Medvedev et les siens vont devoir se débarrasser de l’Équateur samedi, mais surtout de l’Espagne dimanche en poules avant de voir plus loin.

Cette équipe russe est sur le papier la team la plus forte de cette Coupe Davis, à confirmer.

Martin Lekeux

A lire aussi :

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique ATP