Nous suivre sur

Autres Tennis

Tennis/Portrait de Légende – Arthur Ashe, plus qu’un champion

Ayant évolué sous les conflits sociaux dès les années 60, Arthur Ashe a réinventé le tennis et a marqué son histoire. Il est reconnu comme étant un grand champion et un gardien de la paix.

Des débuts compliqués

Le New-Yorkais connaît des débuts compliqués. Il s’intègre aux Etats-Unis (né en Virgine le 10 Juillet 1943), sous des convulsions sociétales, un problème d’envergure pour l’Afro-Américain dû aux ségrégations raciales. La révolution qu’Ashe fomente se ferait sentir non seulement sur le terrain de jeu mais également dans des sphères sociales et politiques plus larges. Il est vite devenu le Jackie Robinson du tennis masculin, perçant l’exclusivité d’un sport blanc. 

Un mental à toute épreuve

En 1968, il remporte le Grand Chelem américain, l’US Open. Cette même année il n’a subit qu’une seule petite défaite ! Il a continué à dominer son sport, a aidé à le désagréger, puis à le transcender, devenant un militant féroce et éloquent pour un éventail de causes. Notamment les droits civils, l’autonomisation économique, l’opposition à la sensibilisation à l’apartheid et au sida.

Un Champion bouleversant le cours de l’histoire !

Ashe était connu pour son excellent revers, son service martelant, un comportement calme et gracieux et un engagement presque sans précédent envers l’esprit sportif. Il découvre et débute le tennis en ramassant une raquette de tennis à 7 ans. Par la suite, Il a inspiré d’autres futurs grands champions comme Yannick Noah. Il aura changé le monde où tant d’inégalités et d’injustices régnaient auparavant. Il marque son empreinte dans ce sport. Il compte 73 tournois au compteur, remporte 3 titres en Grand Chelem (Open d’Australie 1970 ,US Open 1968 ,Wimbledon 1975) mais aussi en double comme en 1971 à Paris. Sans oublier qu’il détient le record du premier et du seul Afro-Américain à avoir atteint la 1ère place mondiale.

10 ans après l’arrêt de sa carrière, il fait face à son ultime combat, celui de sa maladie. Il succombe du sida le 6 février 1993 à New York.

Jules Trouillet

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

L'école des sportifs de haut niveau | SER

Tennis

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Autres Tennis