Nous suivre sur

Autres Handball

Thierry Omeyer, le meilleur gardien de tous les temps : Episode 5 – Conquérant

Voici la suite des 4 premiers épisodes, portant sur l’épopée de Thierry Omeyer :

Le 24 Aout 2010 se joue la Supercoupe d’Allemagne. Pour rappel, cette coupe oppose le vainqueur du championnat d’Allemagne au vainqueur de la coupe d’Allemagne de l’année passée. Dans le cas où une équipe a gagné ces deux titres, un des finalistes est choisi. Le THW Kiel, champion la saison passée, affronte le HSV Hambourg, vainqueur de la coupe d’Allemagne. Hambourg s’était imposé au même stade la saison passée (28-35). L’équipe entrainée par l’Islandais Alfred Gislason revit le même scénario. Après un match très serré, le club de Kiel s’incline d’un petit but (26-27).

En janvier 2011, Narcisse et Omeyer sont appelés en équipe de France pour les championnats du Monde en Suède. La France connait une phase de groupe assez facile avec 4 victoires (Allemagne, Tunisie, Egypte et Bahrein) et un match nul contre l’Espagne.

Lors du tour principal, la France, l’Espagne et l’Allemagne sont rejoints par l’Islande, la Hongrie et la Norvège. La France avec encore 4 victoire et un nul, comme l’Espagne, se qualifie pour les demi-finales. Les Bleus ne tremblent pas contre l’Islande (29-26) et s’imposent après prolongations contre le Danemark en finale (37-35). La France est sacrée championne du monde et est qualifiée pour le championnat d’Europe 2012, les Jeux olympiques de Londres et le championnat du monde 2013 où elle tentera de défendre ses titres. Thierry Omeyer est élu meilleur gardien de la compétition avec 110 arrêts et 37,5% de réussite. Son compatriote et coéquipier Daouda Karaboué tourne à 47,5% de réussite. Avec ce titre Omeyer devient, avec ses compatriotes Didier Dinart et Jérôme Fernandez, le joueur le plus titré en championnat du Monde (3 sacres).

En mai 2011, Kiel prend part à la coupe du monde des clubs. Les concurrents sont les champions des différents continents (Asie, Océanie, Europe, Afrique…). Il n’y a pas réellement de concurrents dangereux mis à part le Ciudad Réal (Tenant du titre). 8 équipes sont reparties dans deux groupes. A la fin des confrontations, le vainqueur du groupe A affronte le vainqueur du groupe B, pareil pour les autres. Kiel s’impose face au Ciudad Réal en finale (28-25) et remporte la coupe du monde des clubs.

Les Zèbres ne gagneront pas cette fois-ci le championnat d’Allemagne, distancé (55 points) par le HSV Hambourg (62 points). Kiel a fait trop d’erreurs en s’inclinant six fois durant la saison. Hambourg a été plus régulier, avec seulement deux défaites, pour se hisser sur le toit de l’Allemagne. Malgré tout, Omeyer comptabilise 374 arrêts en 34 matchs soit une moyenne de 11 parades par rencontre.

En ligue des champions Kiel se retrouve dans le groupe A avec le FC Barcelone, Chambéry, le Rhein Neckar Lowen, Celje et Kielce. Sans aucun mal, Kiel termine premier. Après des huitièmes de finales plutôt tranquille face au Kolding IF Handbold (72-53), les zèbres buttent contre Barcelone en quart (58-63), futur gagnant de la compétition. Titi aura comptabilisé 142 arrêts en 14 matchs soit une moyenne de 10,14 arrêts par match.

Kiel remporte la Coupe d’Allemagne et sauve en quelque sorte sa saison. L’équipe emmenée par Thierry Omeyer s’impose tranquillement (30-24) face au SG Flensburg. Le THW Kiel remporte pour la septième fois de son histoire ce trophée, un record en Allemagne, Kiel succède à Hambourg (éliminé en huitième de finale). Omeyer totalise 10,2 arrêts par match lors de cette compétition.

La saison suivante, la tendance s’inverse assez rapidement. En super coupe d’Allemagne, le champion d’Allemagne Hambourg et rival des zèbres affronte Kiel, vainqueur de la coupe d’Allemagne. Kiel s’impose cette fois-ci au cours d’un match épique, d’un but (24-23).

En septembre 2011, le retour de Thierry Omeyer au Montpellier Handball est annoncé à compter de 2012 ou 2013 pour un contrat d’environ 3 ans.

En janvier 2012, les Bleus partent aux championnats d’Europe en Serbie. Lors du tour préliminaire, les bleus terminent dernier qualifié de leur groupe derrière l’Espagne et la Hongrie et devant la Russie. Lors du tour principal, les trois équipes qualifiées sont rejointes par la Croatie la Slovénie et l’Islande. La France termine dernière du groupe avec seulement une victoire contre la Slovénie et un nul contre l’Islande. Leur parcours aura été rapide. La France termine 11ème sur 16 équipes. Omeyer termine 15ème meilleur gardien de la compétition avec une moyenne de 30,8% de réussite et 11,5 arrêts par match.

En championnat d’Allemagne, Kiel est impérial. Le club est sacré champion avec 34 victoires en 34 matchs (68 points). Flensburg, en deuxième position, est loin derrière (57 points). Thierry Omeyer termine 6ème meilleur gardien de la saison en Allemagne avec près de 8,5 parades par match. Cependant il affiche une moyenne de 34,6% d’arrêts, la deuxième meilleure statistique derrière le suédois Mattias Andersson (SG Flensburg).

En coupe d’Allemagne, Kiel s’impose encore en finale contre Flensburg. Sur un score de parité à la mi-temps (15-15), les zèbres prennent les devants et s’imposent (33-31). Omeyer réalise 53 arrêts en 6 matchs.

En ligue des champions. Le tirage pour les phases de groupes, place Kiel dans le groupe D, composé de l’AG Copenhague, de Montpellier, du Pick Szeged, du Partizan Belgrade et du Reale Ademar Leon. Kiel termine en pole position avec l’Ag Copenhague second, le Reale Ademar Leon troisième et Montpellier dernier qualifié.

En huitième, le THW Kiel balaye le Orlen Wisla Plock (48-63). En quart de finale, les zèbres, après un score de parité à l’aller (31-31), dominent le RK Zagreb au retour (33-27 ; Total 58-64) et se qualifient pour le Final Four. Après avoir dominé tout le match, Kiel s’impose d’un petit but contre le Fusche Berlin en demi-finale (25-24). Kiel se retrouve finaliste au coté du BM Atletico de Madrid anciennement appelé le Ciudad Réal, multiple vainqueur de la ligue des champions. C’est finalement Narcisse et les siens, plus entreprenants, qui gagnent (26-21). Kiel est sacré pour la troisième fois champion d’Europe. Les statistiques d’Omeyer sont phénoménales avec une moyenne de 12,5 arrêts par match.

Cet été là, l’équipe de France prend part aux Jeux Olympiques de Londres. Les Francais sont placés dans la poule A aux cotés de l’Islande, la Suède, la Tunisie, l’Argentine et la Grande Bretagne.

La France s’impose contre la Grande Bretagne (44-15), contre l’Argentine (32-20 avec 10 arrêts de Titi), contre la Tunisie (25-19, 13 arrêts de Titi), contre la Suède (29-26, 10 arrêts de Titi) et perd contre l’Islande (29-30, 12 arrêts de Titi). La France termine donc deuxième derrière l’Islande et est qualifiée pour les phases à élimination directe. 

En quart les Bleus s’imposent (23-22, 14 arrêts de Titi) grâce à un William Accambray stratosphérique (7 buts) qui assomme les espagnols à la dernière seconde.

En demi-finale, les Bleus maitrisent totalement la Croatie (25-22, 19 arrêts de Titi, 46%). 

La France s’impose en finale face aux Suédois après un duel fou (22-21, 11 arrêts de Titi). L’équipe de France devient la première équipe à remporter deux fois de suite l’or olympique. Omeyer est élu meilleur gardien des Jeux Olympiques avec pas moins de 12 arrêts par match et 37% de réussite.

Thierry Omeyer sera élevé au grade d’Officier de l’Ordre National du mérite.

En début de saison, le 21 aout 2012, Kiel vainqueur du championnat et de la coupe d’Allemagne est opposé à Flensburg, vice champion d’Allemagne et finaliste de la coupe d’Allemagne. Rien de mieux que de commencer une saison avec une coupe, Kiel s’impose (29-26).

En janvier 2013, les bleus prennent part au championnats du Monde en Espagne. Ils sont jusque la tenant du titre. La France est placée dans le groupe A avec l’Allemagne, le Brésil, la Tunisie, l’Argentine et le Monténégro. Les Francais terminent second, derrière l’Allemagne, avec 4 victoires et un nul, et se qualifient pour les huitièmes. La France s’impose de peu contre l’Islande (28-26) et prend une claque contre la Croatie en quart (23-30). Titi réalise 10 arrêts quand même lors de cette rencontre. La France termine 6ème, c’est un échec.

En championnat, Kiel est toujours sacré champion (61 points) devant le SG Flensburg (54 points). Omeyer réalise 321 arrêts en 34 matchs avec une moyenne de 9,5 arrêts par match.

En coupe d’Allemagne, Kiel gagne encore contre l’éternel dauphin, le SG Flensburg, en finale. Mené à la pause (12-16), les zèbres renversent le match et s’imposent (33-30). Omeyer tourne à près de 9,25 réalisations par match.

En ligue des champions, Kiel termine deuxième derrière Veszprem et devant le BM Atletico de Madrid et Celje, tous qualifiés. Le HCM Constanta (Roumanoe) et l’IK Savehof (Suède) auront fait les frais de ces qualifications. 

Kiel a eu peur en huitième de finale face au Medvedi Tchekhov. Apres s’être incliné à l’aller (35-37), les zèbres se reprennent au retour (30-26). Lors des quarts de finales face au Veszprem, Kiel s’impose (61-59) après deux matchs gagnés de un petit but.

C’est la désillusion en demi-finale, le HSV Hambourg est plus entreprenant (33-39). Kiel à l’occasion de jouer contre Kielce pour la troisième place mais s’incline (30-31) après une domination nette à la pause (12-19). Omeyer n’a pas réalisé sa meilleure compétition comptabilisant une moyenne de 6,4 arrêts par match.

Lors de l’intersaison de 2013, Omeyer effectue son retour à Montpellier pour un contrat d’une durée de 3 ans avec la possibilité ensuite de poursuivre au-delà avec un poste au sein de l’encadrement. 

Augustin Claverie

Image source : Twitter #Omeyer

A lire aussi : Thierry Omeyer, le meilleur gardien de tous les temps : Episode 1 – Origines

A lire aussi : Thierry Omeyer, le meilleur gardien de tous les temps : Episode 2 – L’Envol

A lire aussi : Thierry Omeyer, le meilleur gardien de tous les temps : Episode 3 – Maturité

A lire aussi : Thierry Omeyer, le meilleur gardien de tous les temps : Episode 4 – Prise de risque

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Autres Handball