Nous suivre sur

Cyclisme

Tour de Burgos / 3e étape – On n’arrête plus Remco Evenepoel

L’explication entre les favoris a bien eu lieu! Remco Evenepoel s’est envolé à un peu moins de 3 km du sommet et dompte en solitaire le Picon Blanco. Le crack belge remporte la 3e étape du Tour de Burgos 2020 et prend les rênes du classement général aux dépens de Felix Großschartner (Bora-hansgrohe), Le leader de la Deceuninck-Quick Step devance George Bennett  (+18′) et Mikel Landa (+32′) au sommet de l’ascension finale. A la peine, Ivan Sosa ( Ineos) ne réalisera pas la passe de 3. Gaudu, qui a terminé à plus de 9′ avec le maillot mauve, et Valverde ont eux aussi perdu gros.

 

C’est le Jour J sur la 42e édition du Tour de Burgos. Les prétendants à la victoire finale vont pouvoir s’expliquer sur les terribles pentes du Picon Blanco à l’occasion de la 3e étape de l’épreuve espagnole. L’occasion aussi d’en savoir plus sur leurs niveaux de forme respectifs.

Une entame classique

L’échappée matinale a pris rapidement le large dans la première partie de la course. Edward Theuns (Trek-Segafredo), Nikita Stalnov (Astana), Joel Nicolau (Caja Rural), Jetse Bol et Juan Felipe Osorio (Burgos-BH), Gotzon Martín (Euskaltel – Euskadi), Márton Dina (Kometa Xstra Cycling Team), Roger Adrià et Francisco Galván (Equipo Kern Pharma) possèdent ainsi plus de 8 minutes d’avance avant que le vent ne vienne modifier les plans du peloton. 

Le vent change la donne

A 53 km du terme un coup de bordure est initié par les formations Ineos et Bora-Hansgrohe. L’échappée à l’avant ne possède plus que 5 min 30 d’avance sur le peloton à cet instant. 7 coureurs tentent ainsi un véritable coup de force. La partie de manivelles est lancée par leader lui-même, GROßSCHARTNER, entouré de 3 de ses coéquipiers (Fabbro, Kämna et Majka) et accompagné par 3 coureurs Ineos : Carapaz, Ganna et Dunbar.

Le peloton s’est morcelé en pleins de petits groupes. Mais 10 km plus loin, les groupes piégés opèrent la jonction avec le groupe du leader. La Groupama-FDJ est absente. Valverde, Aru, Simon Yates ou encore Evenepoel  retrouvent ce groupe lancé à la poursuite de l’échappée dont l’écart a fondu sous les 4 minutes. Un peu plus loin, un autre peloton pointe à 40 secondes du premier et lutte dans le but d’opérer la jonction. On y retrouve David Gaudu ou encore plusieurs coureurs de la formation Astana autour de leur leader, Oscar Rodriguez.

Retour à la normale avant le Picon Blanco

A l’entame de l’Alto de Retuerta (3,8 km à 7,5%), dont le sommet est placé à moins de 20 km du pied de la montée finale, les fuyards ne possèdent plus que 3 minutes d’avance sur l’avant-garde du groupe du maillot mauve. Le groupe Gaudu-Rodriguez parvient à revenir après de longs kilomètres de poursuite menée par leurs formations respectives, Groupama-FDJ et Astana. Au regard de l’intensité de la course, cette avant-dernière bosse fait beaucoup de dégâts. Les favoris ne sont pour autant pas pris au piège.

A la bascule, il reste environ 25 kilomètres avant la ligne, placée au sommet du Picon Blanco (7.8km à plus de 9% de moyenne, dont des passages entre 15 et 18%). L’écart avec l’échappée s’est quelque peu stabilisé alors que Roger Adrià, qui réalise sa première saison chez les pros, s’est isolé à l’avant de la course, pris en chasse par le reste du groupe de fuyards et le peloton, plus loin, mené par la Deceuninck-Quick Step, l’Ineos ou encore la Jumbo-Visma.

 

Remco Evenepoel sort vainqueur de la bataille des favoris

L’homme seul en tête, le néo-pro Roger Adrià, entame les premières rampes de la montée finale avec pas moins de 3’40” d’avance sur la meute. Cette dernière, à l’approche du Picon Blanco, accélère et ramène l’écart sous les 3 minutes.

Dès le pied, Ineos impose comme souvent son rythme. Pourtant, c’est son grimpeur Ivan Sosa, le double vainqueur sortant qui semble le plus à la peine parmi les cadors. L’équipe du leader, la Bora-hansgrohe, prend donc les choses en mains alors que la première mèche est allumée par Ben Hermans (Israel Start-Up Nation). Le dernier vainqueur du Giro, Richard Carapaz (Ineos), fait le tempo en tête du peloton, son coéquipier Sosa est le premier des favoris distancé.

A ce moment même, Simon Yates accélère et fait le tri. Le leader, Felix Großschartner fait l’élastique alors que David Gaudu a malheureusement disparu des radars à 5 km du sommet. Mitchelton-Scott ne chôme pas. Bien représentée, la formation australienne met fin aux espoirs de Großschartner.

Dans les pourcentages les plus durs, Adrià pioche. Remco Evenepoel et Almeida, Mikel Landa, Aru, George Bennett et Carapaz sont présents dans le groupe des favoris toujours menée par les coéquipiers de Yates ,alors que Ben Hermans est repris. Alejandro Valverde ou encore Majka ne peuvent quant à eux plus suivre.

A 3 km du terme, Roger Adrià, se bat admirablement et possède 1 minute d’avance sur le groupe des leaders qui ne sont plus qu’une petite dizaine. Chaves place alors une banderille, seulement suivi par Bennett et Remco. Le trio se forme devant Carapaz et un duo Landa-Almeida. Les deux hommes rejoignent l’Équatorien.

Au moment de reprendre l’homme de tête à 2.5 km de l’arrivée, le crack Remco accélère. Le Belge prend vite plusieurs dizaines de mètres d’avance, personne n’a l’air de pouvoir le suivre. Il remporte en solitaire l’étape reine du 42e Tour de Burgos en devançant Bennett, de 18 secondes, et Landa revenu fort à 32 secondes. Chaves finit au pied du podium juste devant un autre jeune de la Deceuninck-Quick Step, Joao Almeida.

 

Top 10 de la 3e étape :

Nouveau classement général :

 

Lucas Rathje

A lire aussi :

Cyclisme – AG2R LA MONDIALE deviendra AG2R CITROËN TEAM en 2021

 

 

 

 

 

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Cyclisme