Nous suivre sur

Cyclisme

Tour de France – étape 15: Tadej Pogacar au sommet, Roglic assomme Bernal

Au départ de Lyon ce matin, tous les visages étaient fermés, chacun sait que les 174 kilomètres emmenant au Grand Colombier (17,4 km  à 7,1%) seront éprouvants. C’est une nouvelle fois Tadej Pogacar qui s’impose sur une étape de haute montagne devant son compatriote Primoz Roglic. Egan Bernal et Nairo Quintana perdent complètement pied dans la difficulté et sortent du jeu pour la victoire finale.

 

La bataille au maillot vert va-t-elle encore une fois condamner les baroudeurs ?

Depuis plusieurs étapes, la conquête au maillot vert de Peter Sagan fait de nombreuses victimes collatérales. Les premiers touchés sont les baroudeurs qui ne peuvent pas pleinement s’exprimer à l’image de l’étape de la veille où, à cause de la manœuvre des Bora-Hansgrohe, seuls 2 hommes avaient réussi à s’échapper avant d’être repris à près de 100 kilomètres de l’arrivée alors que sur le papier l’étape étaient dédiée à ces téméraires de l’attaque. Aujourd’hui encore, le sprint intermédiaire situé au kilomètre 58 pourrait influer énormément sur la formation des échappées.

Comme annoncé au départ de l’étape, une échappé peine à se dessiner, beaucoup de coureurs et beaucoup d’équipes veulent prendre les devants mais il n’y a pas de place pour tout le monde. De plus les quelques tentatives qui arrivent à prendre quelques secondes, comme l’attaque de Julian Alaphilippe (Deceuninck Quick Step) après une dizaine de kilomètres de course, se trouvent condamnées par la lutte au maillot vert. Peter Sagan (Bora Hansgrohe), Matheo Trentin (CCC) et Sam Bennett (Deceuninck Quick Step) sont indissociables en ce début d’étape. Le peloton est très nerveux, tout le monde commence a être éprouvé par ce départ ultra rapide et dans ce contexte propice aux chutes, Bob Jungels (Deceuninck Quick Step) fait une grosse vague en tête de peloton et fauche Sergio Higuita (Education First). Le jeune Colombien, qui est retombé dans sa poursuite pour rentrer dans le peloton, n’a plus la force de rester sur la route du Tour et monte dans la voiture après 40 kilomètres de course.

Après une trentaine de kilomètres de course, un groupe de 7 coureurs réussit à prendre une quinzaine de secondes d’avance. Jesus Herrada (Cofidis) rejoint finalement les fuyards. Le premier véritable groupe peine à faire le break car dans celui-ci on retrouve notamment Matteo Trentin ce qui déplait aux BoraHansgohe pour permettre à Peter Sagan de continuer à creuser son avance. De nombreuses équipes sont intéressées pour relancer l’allure à l’image de Groupama-FDJ, Lotto Soudal ou encore Michelton Scott. Malheureusement, Jumbo-Visma et B&B Hotels Vital Concept condamnent toutes les tentatives d’échappées et désorganisent toutes les initiatives de poursuites. Au sprint intermédiaire, après 58 kilomètres de course, l’échappée a finalement réussi à creuser l’écart et compte 3 minutes d’avance sur le peloton emmené par Tony Martin (Jumbo-Visma). Pierre Roland (B&B Hotels Vital Concept), Matteo Trentin, Simon Geschke (CCC), Jesus Herrada, Michael Gogl (NTT), Marco Marcato (UAE), Kevin Ledanois (Arkéa Samsic) et Niccolo Bonifazio (Total Direct Energie) s’avancent donc gentillement vers le premier col de la journée, la Montée de la Selle Fromentel (11,1 km à 8,1%).

 

Ça grimpe !

Eh oui ! Si le Grand Colombier est la première grande arrivée de ce Tour de France, l’apéritif avant d’arriver au pied de l’ultime difficulté est corsé. Après 100 kilomètres de plaine les coureurs devront escamoter les très irrégulières routes de la Montée de la Selle Fromentel avec ses pourcentages à 23% puis le terrible col de la Biche (6,9 km à 8,9%) situé à une vingtaine de kilomètre de Culoz, pied du Grand Colombier. Blessé au genou depuis quelques jours, Bryan Coquard (B&B Hotels Vital Concept) est le premier décramponné malgré le rythme plus que modéré du peloton. Le coureur Ligérien va tenter de rallier l’arrivée dans les délais avec l’aide de ses deux fidèles équipiers Kevin Reza et Jens Debusschere. En tête de course, les meilleurs grimpeurs se détachent logiquement des sprinteurs. Simon Geschke, Pierre Rolland et Jesus Herrada partent donc à la pédale dans ce premier col avec pour objectif de chiper le maillot à pois des épaules de Benoit Cosnefroy (AG2R). Au sommet Jesus Herrada marque les 10 points du classement de la montagne avec 3’30 d’avance sur le peloton emmené par les équipiers de Tadej Pogacar (UAE). Le jeune Slovène est en train de mettre en application un dispositif lui permettant de répondre aux ambitions qu’il a affiché dans la presse cette semaine.

Dans le col de la Biche, le groupe de tête explose, Michael Gogl qui a fait la dernière descente à bloc réussit à prendre presqu’une minute sur les meilleurs grimpeurs de cette échappée. A trois kilomètres du sommet, Pierre Rolland fait exploser ce trio et part seul à la poursuite de Michael Gogl. Pierre Rolland parvient à passer en tête du col de la Biche et fait un gros rapproché au classement du maillot à pois. Intéressant pour le futur…

Le Grand Colombier plein de surprises !

Le Français Pierre Rolland accompagné de son camarade d’échappée, Michael Gogl, entame l’ultime montée de l’étape avec un maigre pécule de simplement 1’40. Le pied du col est bien moins enjoué du côté de la maison Cofidis, Guillaume Martin joue encore de malchance en cassant son dérailleur au pied du Grand Colombier. Dans le même temps, Wout Van Aert (Jumbo Visma) fait le pied de la montée à bloc et écrème le groupe des favoris. Le Belge fait une véritable lessive, Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) est le premier à céder à 13 kilomètres du sommet. Quelques mètres plus haut c’est Egan Bernal qui cale complètement en étant attendu par deux de ses équipiers. Ineos Grenadier et Nairo Quintana s’allient pour limiter l’écart avec le peloton toujours emmené par un Wout Van Aert enragé sur les pentes du Grand Colombier. Guillaume Martin semble payer sa poursuite de 3 kilomètres au pied de la montée finale et fait l’élastique en queue de peloton.

A 7 kilomètres de l’arrivée l’ancien maillot jaune, Adam Yates (Michelton Scott), tente d’accélérer le rythme et s’isole seul en tête de course. La bataille des grands favoris approche et la tension monte dans ce peloton. Jumbo Visma accélère encore sous l’impulsion de Tom Dumoulin qui tente de revenir sur le Britannique. Tom Dumoulin continue d’imprimer un rythme impressionnant pour emmener Primoz Roglic (Jumbo Visma) à la victoire au sommet du Grand Colombier. C’est finalement le maillot jaune qui dégaine le premier dans le final à 700 mètres du sommet sans faire de différences. Richie Porte (Trek Segafredo) tente de contrer mais s’écrase sur le haut lorsque Tadej Pogacar fournit son ultime effort pour s’imposer au sommet. Contrairement à ce qu’on avait vu au Puy Mary, Primoz Roglic est dans l’incapacité de mettre en difficulté son compatriote. Pas de pitié entre les deux Slovènes qui s’envolent en tête du classement général même s’il n’y a que peu d’écart entre les dix premierS de l’étape qui se tiennent en 24 secondes.

Les grands perdants du jour, sur les pentes du Grand Colombier, sont Guillaume Martin, Nairo Quintana et Egan Bernal qui coupent la ligne respectivement à 3’25, 3’40 et plus de 6’30 pour le dernier vainqueur du Tour qui a perdu toute chance de remporter la Grande Boucle à une semaine de Paris.
Malgré les nombreux points de la montagne disrtibués aujourd’hui, Benoit Cosnefroy garde la tête de ce classement pour deux petits points sur Tadej Pogacar et trois sur Primoz Roglic. Au vu des nombreuses défaillances, de l’abnégation d’autres coureurs et la forme des Slovènes, le maillot à pois pourrait nous offrir une belle bagarre.

 

Classement de l’étape:

Classement général:

Axel Lhote

A lire aussi:

Tirreno-Adriatico / Étape 7 – Mathieu Van der Poel conclut son récital offensif

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Cyclisme