Nous suivre sur

Breaking News

Tour de France – étape 19: Le nouveau chef d’œuvre de Soren Kragh Andersen !

On savait que la 19ème étape pouvait être l’étape de toutes les surprises mais on ne s’attendait pas à un scénario semblable à un final de classique. Dans un groupe de 12 costauds c’est Soren Kragh Andersen (Sunweb) qui s’est montré le plus malin pour remporter sa deuxième victoire d’étape sur le Tour 2020. Luka Mezgec (Michelton Scott) devance ensuite Jasper Stuyven qui complète le podium.

Les baroudeurs en difficultés dès le début de l’étape

La route vers Champagnole, ponctuée de nombreuses côtes, laissait espérer aux échappées la possibilité de remporter l’étape. De ce fait, la bataille pour prendre l’échappée fut de nouveau rude mais un extraordinaire Rémi Cavagna (Deceuninck Quick Step) a mis tout le monde d’accord puisque le TGV de Clermont Ferrand, sorti du peloton après 10 kilomètres de course, prend rapidement 30 secondes et maintient l’effort pour résister aux différents attaquants voulant le rejoindre. Le champion de France du contre-la-montre dégoûte les groupes de poursuivants ne parvenant pas à le rejoindre, même un groupe de cinq coureurs sorti avec 40 de secondes de retard sur le peloton s’est trouvé à plus de 1’30 de l’homme de tête dix kilomètres plus loin. Dégoutés, Guillaume Martin (Cofidis), et Cyril Barth renoncent en premier puis Geoffrey Soupe (Total Direct Energie), Max Walscheid (NTT) et Dylan Van Baarle (INEOS Grenadier) attendent finalement le peloton emmené par Bora Hansgrohe. Si l’équipe Bora-Hansgrohe se lance de nouveau dans la chasse au maillot vert, elle perd également un coéquipier’en ce début d’étape. Lukas Postlberger (Bora-Hansgrohe) se fait piquer par des insectes et fait un malaise par la suite. De ce fait, l’Autrichien est évacué directement à l’hôpital le plus proche. La première heure de course a été parcourue à toute allure, Rémi Cavagna a parcouru 50,96 kilomètres.

Une étape de transition avec un final infernal

La route de Champagnole avait tous les symptômes d’une jolie étape de transition, un profil escarpé mais pas trop avec un final légèrement descendant, on s’attendait à trouver une échappée ouvrir la route toute la journée et avec un peloton tentant de rattraper les fuyards. Le scénario n’a pas manqué, Rémi Cavagna a ouvert la route toute la journée avec environ 2’30 d’avance devant un peloton roulant à un rythme de sénateur.

A 50 kilomètres de l’arrivée, dans un faux plat montant alors que l’écart était tombé sous la minute trente, Benoit Cosnefroy (AG2R), Pierre Rolland (B&B Hotels Vital Concept) puis Luke Rowe (INEOS Genadier) tentent de sortir du peloton pour rejoindre le TGV de Clermont Ferrand.  Après le sprint intermédiaire, Deceuninck Quick Step tente un coup avec un groupe de 5 qui prolonge l’effort du sprint intermédiaire. Kasper Asgreen, Michael Morkov, Sam Bennett (Deceuninck Quick Step), Peter Sagan (Bora Hansgrohe) et Matteo Trentin (CCC) tentent de rentrer sur les 4 hommes rassemblés en tête de course. Malheureusement la tentative est vaine, l’entente n’est pas bonne au sein de ce groupe et le peloton avale le groupe des sprinteurs.

Les équipes de sprinteurs ne veulent pas prendre la chasse des échappées en charge et Pierre-Luc Périchon (CCC) relance l’allure avec Greg Van Avermaet (CCC), Tim Declorcq (Deceunininck Quick Step), Nils Poitt (Israel Start Up Nation), Mathieu Burgaudeau (Total Direct Energie), Jasper Stuyven (Trek Segafredo), Valentin Madouas (Groupama-FDJ), Soren Kragh Andersen, Casper Pedersen (Sunweb) et Omar Fraile (Astana). Dans le peloton, ni Sunweb, ni Bora-Hansgrohe, ni Lotto Soudal ne veulent prendre en charge la poursuite alors qu’il reste moins de 40 kilomètres. Alors qu’un gros groupe de 14 coureurs  se retrouve projeté en tête de course avec une trentaine de secondes d’avance, Michelton-Scott et Bora-Hansgrohe se réveillent et donnent tout pour ramener tout le monde dans le peloton. L’initiative marche mais les forces manquent pour cadenasser le peloton et les attaques continuent à fuser, Michal Kwiatkowski (Ineos Grenadier), Benoit Cosnefroy, Alessadro De Marchi (CCC) tentent de ressortir. A l’arrière Caleb Ewan (Lotto Soudal) semble avoir mal digéré les Alpes et se retrouve en difficulté dans cette course de mouvement.

Une nouvelle échappée se forme à 30 kilomètres de l’arrivée sous l’impulsion de Jack Bauer, Luka Mezgec (Michelton Scott) avec Oliver Naessen (AG2R), Greg Van Avermaet (CCC), Soren Kragh Andersen, Niklas Arndt (Sunweb), Luke Rowe (Ineos Grenadier), Peter Sagan, Sam Bennett, Dries Devenyns (Deceuninck Quick Step), Matteo Trentin, Jasper Stuyven. Dans ce groupe on retrouve tous les sprinteurs voulant se jouer la victoire, il ne manque que Wout Van Aert (Jumbo Visma), Cees Bol (Sunweb), caleb Ewan (Lotto Soudal) et Bryan Coquard (B&B Hotels Vital Concept). Mais aucune de ces équipes de sprinteurs n’est en mesure de rouler car certains ont des leaders jouant le général ou des sprinteurs souffrants qui ont peu de chance en cas de regroupement. Pour toutes ces raisons les 12 hommes de têtes réussissent à prendre plus de deux kilomètres en à peine 5 kilomètres. La mission semble compliquée pour le peloton de revenir sur la tête de course. Edvald Boassen Hagen (NTT), Bryan Coquard (B&B Hotels Vital Concept) et Hugo Hofstetter (Israel Start Up Nation) sortent donc du peloton et tentent de rentrer sur la tête de course.

Un final dans une échappée de sprinteurs

Alors que le peloton se résigne à lancer la poursuite, le “groupe des sprinteurs” ralentit l’allure et s’expose aux attaques. A 15 kilomètres de l’arrivée, Soren Kragh Andersen, vainqueur à Lyon sur le Tour de France, tente de fausser compagnie au “groupe des sprinteurs” et part seul. Le danois prend rapidement 30 secondes d’avance sans que le groupe de contre réagisse puisque les sprinteurs, dépourvus d’équipiers’ ne s’entendent pas pour mener la poursuite. Le coureur de l’équipe Sunweb spécialiste de l’effort solitaire profite du marquage Trentin-Sagan-Bennett pour creuser encore l’écart qui ne cesse d’augmenter dangereusement. La bataille du maillot vert a condamné ce groupe de poursuivants. Deceuninck Quick Step ne veut pas jouer la victoire aujourd’hui et n’a qu’un seul but, empêcher Peter Sagan de remporter l’étape. Le moyen le plus facile est de laisser filler Soren Kragh Andersen vers la victoire. Autant de bataille pour ça !

Soren Kragh Andersen coupe donc la ligne d’arrivée à Champagnole avec 53 secondes d’avance sur un petit groupe de 5 coureurs que Sam Bennett a aussi laissé sortir. Le groupe du maillot vert coupe la ligne avec une quinzaine de secondes de retard. Le peloton finit lui en toute décontraction à plus de 7’30 du vainqueur.

 

Classement de l’étape:

 

Classement général:

Axel Lhote

A lire aussi:

Tour du Luxembourg – étape 4: Diego Ulissi encore vainqueur et récupère le maillot de leader

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Breaking News