Nous suivre sur

Cyclisme

Une rencontre avec un champion – Valentin Madouas “Je ferais ma place auprès d’eux”

Sport Business Mag a le plaisir de vous proposer un entretien avec l’une des révélations de la saison, 13ème du Giro, 8éme de l’Amstel Gold Race ou encore 5ème des Championnats de France.

Valentin Madouas se livre sur sa flamboyante saison, ses ambitions pour la saison prochaine mais il nous livre également des petits conseils et informations pour les cyclistes avec une pointe d’humour. Un grand merci à Valentin pour cet entretien.

 

Qui est Valentin Madouas ?

Quel est ton plus grand rêve en tant que cycliste ?

“Ça serait de pouvoir remporter de très grandes courses tout en prenant du plaisir comme c’est le cas actuellement.”

Et en dehors du vélo ?

“Je n’ai pas d’objectif précis, mais déjà vivre simplement, de manière heureuse et sans problème de santé serait bien.”

De ces « très grandes courses », laquelle voudrais-tu remporter avant tout ?

“Il n’y en a pas une en particulier. Remporter des victoires sur des Grands Tours, les grandes classiques comme Liège-Bastogne-Liège ou encore l’Amstel Gold Race et le Tour de Lombardie sont des courses que j’apprécie. Ça fait rêver bien évidemment, mais faut s’y imposer. (Rires)”

Tu es plutôt puncheur, grimpeur ?

“Puncheur et grimpeur à la fois. Je suis plutôt complet sans être excellent sur ces deux aspects. C’est dans les courses difficiles et longues que je peux tirer mon épingle du jeu.”

Quelle est la plus grande victoire de ta carrière ? Que ce soit en amateur ou chez les professionnels.

“En amateur, la plus belle reste le championnat de France (2016) car c’est une course à part. Je compare cette victoire à celle de Paris-Bourges l’année dernière (sa première chez les professionnels). Pour autant, le titre de champion de France reste le plus beau moment et souvenir que j’ai vécu pour l’instant.”

L’année de Valentin Madouas: “J’ai réussi cet objectif”

Et cette année que retiens-tu plus que le reste ? 

“C’est compliqué…  Je dirai Paris-Nice puisque c’est ma première course par étapes World Tour cette saison. Je ne pensais pas trop pouvoir jouer quelque chose au général, mais je me suis très vite bien senti (11e du général). Il y a aussi l’Amstel Gold Race, le principal objectif de mon début de saison. J’ai réussi cet objectif en terminant 8e puisque je visais le top 10, mais maintenant il va falloir faire un peu mieux. (Rires)”


Y a-t-il eu également des frustrations ? (2 fois 2e des classiques de la Drôme et de l’Ardèche, Championnat de France, pas de victoire sur le Giro ou en World Tour)

“En effet, je termine deux fois 2e et ce sont de courses où j’avais le niveau pour gagner. Être au pied du podium (5e) des championnats de France aussi, et il m’a aussi manqué un petit quelque chose pour prendre les bonnes échappées lors du Giro. Je n’ai pas eu d’immenses regrets cette saison mais plusieurs petites déceptions. Je suis satisfait de ma saison 2019.”

Après beaucoup d’effort, Valentin Madouas, finit 5ème à la Haye-Fouassière lors des championnats de France 2019

En 2020: “Déjà participer à des classiques et on verra quel(s) Grand(s) Tour(s)…”

A présent parlons un peu de la suite. Quels seront tes objectifs l’an prochain ?

“Déjà participer à des classiques et puis on verra quel(s) Grand(s) Tour(s) je ferai. Il faudra voir quels objectifs me donnera l’équipe pour ce ou ces Grand(s) Tour(s) et donc comment je me préparerai. On en saura plus après le stage de mi-décembre, mais pour l’instant je cherche à me préparer au mieux pour les classiques afin d’y obtenir des résultats.”

Plutôt les ardennaises que les flandriennes ?

“Oui plutôt, mais on verra encore une fois après le stage. Peut-être que j’irais sur quelques classiques pavées.”

Et le Tour de France dans tout ça ?

“Bien sûr j’en ai envie, c’est la plus belle course. Il faudra voir où iront nos leaders (Pinot et Démare). Iront-ils tous les deux sur le Tour ou pas ? Après je ferai ma place auprès d’eux que ce soit pour jouer le général ou pour être équipier. On verra.”

Valentin Madouas, solide 13ème du Giro espère mieux pour l’avenir

Comment te sens-tu à la Groupama FDJ ? Notamment au sein du projet axé sur le développement des jeunes

“Je me porte très bien. Pour l’instant tout se passe bien. On verra comment les choses vont évoluer. La formation est très bonne.”

Qui sont tes amis à la FDJ ?

“Tout le monde (rires). Je n’ai pas de pote en particulier. Après je m’entends très bien avec les gars de mon âge comme David Gaudu, Romain Seigle ou encore Rudy Molard. Olivier Le Gac aussi, le Breton.”

Et Thibaut Pinot ?

“Je cours un petit peu avec Thibaut et je m’entends très bien aussi avec lui. On se connaît qu’un petit peu car on n’a pas fait de longs stages ou couru régulièrement ensemble.”

Justement, espéres-tu l’accompagner dans sa quête au Grand Tour ou plutôt jouer ta carte ?

“J’irai où l’on me dit d’aller. J’aimerais l’accompagner sur des Grands Tours pour voir comment un grand leader court et toute cette pression autour de lui. Ce serait super pour mon apprentissage et je pense que ça va arriver.”

L’équipe Groupama FDJ est connue pour être une équipe plutôt familiale où les coureurs sont la préoccupation majeure. Penses-tu pouvoir rester toute ta carrière au sein de cette formation ? A l’image de Benoit Vaugrenard, Jérémy Roy ou encore Sandy Casar ?

“Il est évident que je m’y sens très bien après les choses peuvent évoluer. Des opportunités et des projets tentants il y en aura aussi. Pour l’instant je ne songe pas à partir, mais il faudra voir dans quelques années comment l’équipe et moi avons évolué.”

 

Les années amateurs: “ça a été important pour moi”

Quel souvenir gardes-tu de l’UC Nantes Atlantique ? Ont-ils été déterminant dans ton passage professionnel ?

“J’avais déjà signé après mon titre de champion de France quand j’étais au sein de l’équipe Brest Iroise cyclisme mais ça a été important pour moi car ça m’a permis de courir avec le maillot de champion de France. Courir avec un maillot comme celui-ci ce n’est pas rien, tout le monde te remarque dans le peloton et c’est pas facile. Je n’avais pas l’habitude d’avoir le regard des autres tout le temps sur moi et le statut de favori sur toute les courses. Il a été compliqué pour moi de pouvoir m’adapter à ça et l’équipe (UCNA) m’a beaucoup formé, beaucoup aidé à passer ce cap et ça m’a permis de passer à un échelon, un niveau supérieur. C’est aussi pour cela que mon adaptation chez les pros a été très rapide. »

 Maintenant l’objectif suprême c’est le titre chez les pros ?

“Oui, oui c’est sûr c’est sûr j’aimerais bien, c’est un gros objectif c’est sûr. Un objectif de carrière serait le maillot chez les pros après l’avoir eu en amateur, cela n’a pas dû arriver très souvent. On va essayer d’y parvenir au moins une fois et ensuite on verra…”

Valentin Madouas vainqueur sur la ronde finistérienne 2016

Les petits conseils de Valentin

La course que tu déconseillerais de faire à un nouveau dans le vélo ?

“Le Tour du Pays Basque, c’est super dur, que des côtes raides .. c’est une galère. Si je peux faire sans je ferai sans, quand t’es néo-pro, c’est pas le plus facile.

 

C’est quoi la chose la plus importante à faire avant une course ? Et après ?

Avant: “N’avoir rien oublié, dans la valise. Ça arrive régulièrement” (rire)

Après: “Une bonne collation, c’est très bien”

 

Tu as roulé combien de kilomètres cette saison ?

“Je le sais pas précisément, je dirais entre 23 000 et 25 000 kms entre Novembre 2018 et Novembre 2019”

 

Quel coureur t’impressionne le plus dans le peloton ?

“Les coureurs impressionnants… Sagan est très impressionnant dans un peloton. Il a une prestance, c’est un peu un fou, il ne respecte pas trop les autres coureurs. Du coup il est impressionnant parce que personne n’a envie de se mettre devant lui, on s’écarte beaucoup plus facilement que pour les autres coureurs. Un autre coureur qui en impose c’est Valverde. Il est toujours respectueux, il dit toujours merci ou bonjour aux autres coureurs, c’est appréciable.”

 

Tu as déjà eu des discussions avec eux ?

“Très très furtive, je parle pas trop leurs langues. Valverde c’est l’espagnol et Sagan parle anglais mais italien surtout, je parle pas trop ces langues-là.”

 

Qui est pour toi le meilleur coureur du monde à l’heure actuelle ?

“C’est Roglic, c’est sûr, Alaphilippe aussi mais Roglic surtout. Il est vraiment impressionnant, sur toutes les courses par étape, il a été toujours là, toute la saison. J’ai couru pas mal avec lui, au Giro et toute la fin de saison en Italie il était là, il est impressionnant, toujours présent et il a passé vraiment un gros cap”

 

C’est l’heure de jouer !

Tu es manager d’une équipe. Vous devez faire une équipe pour le Tour De France, tu sélectionnes qui ?

“C’est facile tu prends Sagan, Alaphilippe en grimpeur, Pinot. En sprinteur Benett, puis des coureurs impressionnants comme un Kruijswijk, c’est un équipier de luxe. Puis sur le plat, évidemment des gros rouleurs, un Dennis. Pour le reste on voit avec la forme du moment.”

La culture vélo de Valentin : 8/10

  1. Quels sont les 5 monuments ? Facile, Milan-San Remo, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Paris-Roubaix et… le Tour des Flandres.
  2. 5 disciplines du cyclisme : “5 disciplines ? Bah oui, le Trial, le BMX, VTT, Descente, piste, route…Plus encore si tu veux
  3. les vainqueurs des 3 GT en 2019: “Roglic, Bernal, Carapaz”
  4. Qui sont les 4 coureurs à avoir gagné 5 TDF (Anquetil, Mercx, Indurain, Hinault) “Alors il y a Hinault (moment de réflexion), Mercx, Anquetil et le dernier… Je l’ai pas”
  5. Qui est le champion du monde en titre ? “Mads Pedersen évidemment”
  6. Combien d’équipe en World Tour en 2019 ? “Cette année 18 et 19 en 2020”
  7. En quelle année a été crée la Française des jeux ? (1997) “1998 non ?
  8. Combien de monuments remportés ? (3: Paris Roubaix, Milan-San Remo et Tour de Lombaride) Cites les“Il y a eu Milan avec Arnaud et sur le Lombaride, Thibaut sûr… Il y en a eu que 2”
  9. Quelle est la couleur dominante du maillot national belge ? (Moment de Réflexion) “Il doit être bleu”
  10. Qui est le numéro 1 mondial 2019 ? Roglic
  11. Combien de kilomètre fera le prochain TDF ? (3 470) 3 250

 

 

Axel Lhôte, Margaux Le Panse et Lucas Rathje

 

A lire aussi:  CCC fait un don à l’UNICEF

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A découvrir

Le Sport Hors Terrain

Plus d'infos dans la rubrique Cyclisme