Nous suivre sur

Breaking News

Vuelta/Etape 8 – Roglic impose sa loi

Après une étape très rapide les coureurs enchaînent avec une journée comprenant deux cols dont l’Alto de Moncalvillo (première catégorie) où sera jugée l’arrivée. L’étape fait 164km, le début d’étape est une plaine de 100km favorable à une bataille d’échappée, d’autant que les deux prochaines étapes seront favorables aux sprinteurs.

La physionomie de la course d’hier a laissé des traces car la bataille pour passer une journée en tête est faible. Au bout de 20km, on connaît déjà l’identité des coureurs qui ouvriront la course du jour : Julien Simon (Total Direct Energie), Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step), Rui Costa UAE), Angel Madrazo (Burgos-BH), Benjamin Dyball (NTT), Robert Stannard (Mitchelton-Scott) et Stan Dewulf (Lotto-Soudal) sont les protagonistes. Pour Ineos c’est du pain béni, personne n’est dangereux ici pour le classement général.

Les coéquipiers du leader de la Vuelta contrôlent les hommes de tête en leur laissant entre quatre et cinq minutes. Le col de Puerto de la Rasa dont le sommet est situé à 50km de l’arrivée pourrait voir des attaques de grande envergure. A 80km de l’arrivée, le rythme n’est pas très élevé. La monotonie de l’étape est interrompue par l’attaque de Jhojan Garcia et Hector Saez. Les  deux coureurs sont de la Caja-Rural, ils essayent d’anticiper la bataille. Ils doivent boucher le plus rapidement possible les 4’30 qui les séparent de la tête de course.

Les échappés débutent le premier col de la journée avec plus de cinq minutes d’avance sur un peloton qui roule à un rythme de sénateur. Il reste 60km. Dès les premières pentes Movistar accélère sur un rythme très élevé. Les deux coureurs de l’équipe invitée sont rattrapés dans la pente. Au sommet, Rémi Cavagna passe en tête du col de deuxième catégorie, leur avances a fondu. Il leur reste 2’30 à 50km de l’arrivée. Movistar continue sur sa lancée en effectuant la descente tambour battant, l’avance continue à diminuer. Elle n’est plus que de deux minutes à 40km de la fin et une minute à trente.

Il reste 15km, Movistar imprime toujours un rythme très élevé, l’échappée n’a plus que 15 secondes d’avance. Elle est rattrapée au pied du dernier col. L’explication entre les favoris va avoir lieu. Valverde attaque à 6,5km de l’arrivée. Jumbo-Visma fait le travail pour revenir sur l’espagnol, il est vite rattrapé. Robert Gesink imprime maintenant le tempo qui permet de contenir d’autres attaques. Woods (EF) décide de prendre la tête, fait un travail exceptionnel et met le groupe maillot rouge en file indienne. Felix Großschartner, Valverde, Nieve ou encore Soler sont lâchés à 4km.

Hugh Carty décide à la suite du travail de son coéquipier d’attaquer seul. Sepp Kuss arrive à le suivre et derrière Carapaz fait le tempo. Le deuxième du général n’arrive pas à creuser un vrai écart. Carapaz ne veut pas emmener des coureurs derrière lui, il décide donc d’attaquer et sème tout le monde à l’exception de Roglic. Le Slovène se contente de suivre la roue de l’équatorien, il reste deux kilomètres. Hugh Carty, Dan Martin et Vlasov arrivent à revenir. Le russe d’Astana, plus loin au général, profite du marquage pour attaquer. Mais Roglic attaque, suivi par Carapaz. Vlasov se fait avaler, ils se retrouvent encore ensemble à l’avant.

A 800 mètres, Roglic effectue une nouvelle attaque tranchante qui lui permet de s’imposer sur l’Alto de Moncalvillo juste devant Carapaz et Dan Martin. Les coureurs finissent un par un dans cette ascension très exigeante. Movistar a roulé près de 60km en tête pour un résultat loin d’être probant. Carapaz reste le leader de la Vuelta pour moins de quinze secondes.

Classement de l’étape :

Classement général :

Marius Villerio

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Breaking News