Nous suivre sur

Basketball

Draft NBA – Killian Hayes impressionne par ses progrès !

Le prospect de 19 ans pourrait devenir, dans la nuit du 18 au 19 novembre, le français le mieux drafté de l’histoire de la NBA et impressionne toujours par les progrès faits ces derniers mois.

Killian Hayes est bien pressenti pour être dans le top 10 de cette cuvée 2020, mais la hiérarchie entre chaque prospect reste très difficile à définir à 3 jours de la Draft. Ses qualités de meneur suscitent beaucoup d’intérêt de la part de nombreuses franchises.

Depuis mars et l’arrêt de la saison, le meneur d’Ulm a mis à profit son temps pour progresser et développer son physique :

“Le joueur que j’étais en mars n’est pas le même que celui que je suis aujourd’hui,” a déclaré Hayes lors d’une interview pour ESPN sur Zoom. “Tout le monde a vu les progrès et beaucoup de changements dans mon jeu. Ce que j’ai vraiment amélioré, c’est mon corps. Dès que vous me voyez, il y a une grande différence et un changement par rapport à il y a huit mois jusqu’à maintenant.

Il en a également profité pour développer son jeu avec sa main droite :

“J’ai aussi choqué beaucoup de gens avec ma main droite”, a ajouté Hayes. “Ils me voient lancer des balles avec ma droite et finir avec des flotteurs avec ma main droite. Aussi, sur mon tir, certaines personnes ont remis en question mon shoot parce que j’avais un taux de réussite faible. Maintenant, ma réussite est assez élevée. Je tire assez bien. Tous ces doutes ont donc disparu.

Où pourrait-il débarquer ?

Hayes a déclaré avoir fait des entraînements pour la plupart des clubs de la Conférence Est, nommant seulement Detroit qui détient le pick 7 de la Draft. On croit aussi que les Bulls, qui ont le pick 4 de cette Draft, ont de l’intérêt pour le meneur. “Ils ont vu les progrès dans mon jeu”, a déclaré Killian.

Les Knicks, qui ont choisi la huitième place dans cette Draft NBA, n’ont pas pu se pencher sur Hayes et ne pourront probablement pas obtenir cette chance. Les Knicks prévoyaient de faire un entraînement avec le meneur à tout faire, mais une récente éclosion de COVID-19 à leur installation de Tarrytown plus tôt cette semaine a annulé ce rendez-vous.

Killian Hayes a également échangé avec quelque Français déjà présents en NBA comme le meneur des Knicks, Frank Ntilikina, où encore Sekou Doumbouya des Detroit Pistons. Cela pourrait être un plus pour son intégration s’il venait à être drafté par l’une de ces franchises.

Des idoles qui le motivent

Son père, DeRon Hayes, ancien professionnel, l’a préparé pour la NBA depuis le début.

“J’ai appris de lui à un jeune âge”, a dit Hayes. “Il m’entraîne depuis que j’ai 5 ou 6 ans. J’ai tout appris de lui. Je me souviens, enfant, d’avoir assisté à des entraînements et à des matchs à domicile. Tous ces souvenirs m’ont marqué. Le fait qu’il soit un professionnel m’a donné envie d’être un professionnel. Il m’a inspiré pour être le pro que je suis aujourd’hui.

Ayant eu 19 ans en juillet, Hayes est l’un des plus jeunes joueurs de cette cuvée, mais a joué contre des joueurs plus âgés en Allemagne. En tant que gaucher, Hayes a déclaré que son idole NBA est Manu Ginobili pour ses passes et son jeu de jambes.

Un jeune très promeneur avec beaucoup d’ambitions et de passion. Rendez-vous le 18 novembre pour connaître le fin mot de l’histoire et voir le début de ses péripéties dans la grande Ligue.

Quentin Orieux

A lire aussi :

NBA – Giannis met la pression sur les Bucks

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Basketball