Nous suivre sur

Athlétisme

Les Alphafly de Nike : du dopage technologique ?

Lors de son marathon en moins de 2h à Vienne Eliud Kipchoge portait un nouveau prototype de chaussures Nike: les Alphafly. Certains athlètes de haut niveau parlent de dopage mécanique.

En effet à l’instar des moteurs dans les cadres de vélo, on parle aussi de dopage technologique en course à pied. La paire de Nike portée par Eliud Kipchoge lors de son fameux marathon en moins de 2h fait beaucoup parler d’elle depuis l’exploit. Il s’agirait de la nouvelle génération de chaussures à économie d’énergie de chez Nike. Elle succède à la Vaporfly 5 % et à la Vaporfly Next %. La Next % inclue une plaque de carbone dans la semelle pour un meilleur renvoi d’énergie, l’Alphafly en possède 3 complétées par des coussins d’air.

Certain athlètes de haut niveau élèvent la voix contre cette chaussure, ils l’accusent de considérablement améliorer les performance des athlètes qui les portent. En effet avec ces 3 plaques de carbone et ses coussins d’air, elles agissent comme des ressorts propulsant l’athlète. Dans ces conditions peut on parler de performance équitable ? Les régles de l’IAAF sont claires, les chaussures ne doivent pas être conçues dans le but de donner un avantage. L’Américain Ryan Hall (record de 2h04 au marathon) a un avis tranché sur la question :

“Avec tout le respect que j’ai pour Kipchoge – qui est clairement le meilleur marathonien de tous les temps – mais quand une marque insère trois plaques de carbone et un coussin entre celles-ci dans une chaussure ce n’est plus normal. C’est un ressort et un avantage évident pour quiconque portant cette chaussure. J’espère que les jeux de Tokyo et les grands marathons seront courus de manière équitable pour tous les athlètes, qu’il soit Adidas ou Nike.”

L’IAAF a ouvert une enquête sur la question et des études sont en court pour estimer le gain énergétique offert par ces chaussures.

Cela n’est pas sans rappeler les affaires de moteurs dans les vélos en cyclisme ou les combinaisons en natation.

Le débat est donc ouvert dans le monde du marathon et du running en général : dopage technologique ou pas. Peut importe la réponse il n’en reste pas moins que Eliud Kipchoge a réalisé un exploit incroyable à Vienne lors du Ineos 1h59 challenge.

 

Pierre JULIEN

 

A lire aussi : La Réunion en diagonale, un ultra trail qui fait mal aux jambes !

Management Hôtelier International de Luxe | CMH

Ecole supérieure de design ESDAC | ESDAC

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

École de management sportif | AMOS

A découvrir

Plus d'infos dans la rubrique Athlétisme